Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Valence : une grande marche contre l'islamophobie après une agression

Rédigé par Christelle Gence | Jeudi 31 Juillet 2014



La marche blanche contre l'islamophobie après une agression raciste à Bourg-lès-Valence.
La marche blanche contre l'islamophobie après une agression raciste à Bourg-lès-Valence.
Une marche blanche a réuni environ 600 personnes, mercredi 30 juillet, entre Bourg-lès-Valence et Valence, dans la Drôme. Les participants ont défilé pour soutenir la victime d’une agression islamophobe, samedi 26 juillet, à son domicile. Ils étaient aussi réunis pour dire non au racisme et à l’islamophobie. La victime, très choquée psychologiquement, n’a pas pu être présente à la marche blanche. Son mari, lui, a pu y participer et a exprimé son incompréhension.

La marche silencieuse était organisée par un collectif d’associations musulmanes de Valence, dont La Plume qui en est à l’initiative. Conscient du contexte tendu à cause de la situation en Palestine, le collectif avait émis des consignes très strictes au départ de la manifestation, interdisant drapeaux et autres slogans pour éviter tout débordement. Une banderole sur laquelle on pouvait lire « Oui pour le vivre ensemble, non à la haine, non à l’islamophobie » ouvrait le cortège.

L’imam de la mosquée de Valence, Abdallah Dliouah, avait appelé dans une vidéo (plus bas) parue le 29 juillet à participer à la marche blanche, en y exprimant l’inquiétude de la communauté musulmane de la région. Il a dénoncé la banalisation de « l’islamophobie ambiante » dans notre société.


« Sale Arabe. Israël vainqueur »

Samedi 26 juillet, Nadia, une mère de trois enfants d’origine maghrébine, avait surpris un jeune homme en train de taguer sur la porte de son appartement les mots « Israël vainqueur », « Sale Arabe » et « Vous allez tous mourir » inscrits en rouge, autour d’un cercueil. « Tout s’est passé très vite. Ma femme, vers 10h30, a entendu gratter à la porte. En ouvrant, elle a surpris un homme en train de taguer la porte d’entrée de mon appartement » a expliqué Sofiane, le mari de la victime, dans les colonnes du Dauphiné libéré.

Surpris en flagrant délit, l’agresseur a frappé Nadia au visage et lui a entaillé le bras à l’arme blanche. « L’homme, un inconnu, a également dû être surpris. Il a alors aussitôt porté un coup de poing au visage de ma femme qui a lourdement chuté au sol. Il a sorti un poignard avant de la menacer : "si tu bouges ou si tu cries, je te coupe les veines". Avant de lui scarifier l’avant-bras. Pour ma femme, l’agresseur doit être âgé d’une vingtaine d’années », a poursuivi le mari de la victime.

Un acte ciblé qui laisse des marques

Selon lui, l’acte était prémédité. « Nous étions ciblés. Nous sommes la seule famille d’origine maghrébine à vivre dans cette résidence à Bourg-lès-Valence », située dans un quartier très calme de la commune, hors des zones sensibles.

La Bourcaine a porté plainte dimanche dernier et a dressé le portrait robot de son agresseur le lendemain. Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) a annoncé qu’il en ferait autant. Pour les soutiens de la victime, le caractère islamophobe de l’agression ne fait aucun doute. La police n’écarte cependant aucune piste, notamment celle d’un déséquilibré. A ce jour, l'auteur des faits n'a pas été retrouvé.

Lire aussi :
Islamophobie : une mosquée taguée dans la Nièvre, plainte déposée
2013, année noire de l’islamophobie en France
Le recul relatif des actes islamophobes en début d'année 2014
L'islamophobie en France, une réalité dénoncée par Amnesty International





Loading












Recevez le meilleur de l'actu