Connectez-vous S'inscrire






Religions

Tantawi, figure morale de l'autorité égyptienne

Rédigé par Leïla Belghiti | Vendredi 12 Mars 2010

Le décès du cheikh Muhammad Sayyed Tantawi a ému la communauté internationale, qui voyait en lui un dignitaire religieux modéré et respecté. Le parcours de l'éminent savant et son mandat à la tête d'Al-Azhar révèle par ailleurs l'autorité suprême de la politique égyptienne dans les affaires religieuses.



Tantawi, figure morale de l'autorité égyptienne
Le grand imam d'Al-Azhar, le cheikh Muhammad Sayyed Tantawi s'est éteint mercredi à Riyad, à l'âge de 81 ans, d'une subite crise cardiaque, alors qu'il se trouvait à l'aéroport international de Riyad pour regagner Le Caire. Il était arrivé la veille en Arabie Saoudite pour assister à la cérémonie de remise des Prix internationaux du roi Fayçal, apprend-on de l'agence égyptienne Mena.

C'est à Al Baqi, dans la ville de Médine, deuxième Lieu saint de l'islam, qu'il a été inhumé ce jeudi soir, suivant les vœux formulés par la famille du défunt, qui a quitté Le Caire mercredi pour participer à ses funérailles.

« Homme de paix »

Les hommages lui ont succédé, saluant un « homme de paix », et un religieux militant pour un « islam de compréhension », dixit le communiqué du gouvernement français.

Le président algérien Abdel Aziz Bouteflika a salué un « homme de modération et de lumière ». Le Vatican a présenté ses condoléances et présenté le cheikh d'Al-Azhar comme « un homme de dialogue et de paix ».

Des messages de condoléances ont également été envoyés de la part de personnalités internationales, parmi elles l'émir du Qatar cheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani, le prince du Koweit Al Jabar Al-Sabah, le roi du Maroc Mohammed VI, le président palestinien Mahmoud Abbas et le Mouvement de résistance palestinien Hamas.

Mohammed Moussaoui, président du CFCM (Conseil Français du culte musulman) a salué « la sagesse d’un grand homme qui (...) a prêché l’islam de la modération et du juste milieu ouvert au dialogue et respectueux de l’Autre », ajoutant que, « pour ce haut dignitaire religieux, le fanatisme est le résultat d'une méconnaissance de l'islam » ».

Personnalité controversée

Le recteur et imam de l'université islamique d'Al-Azhar a parfois eu des attitudes et prises de positions qui ont suscité d'importante controverses en Égypte et dans le monde islamique, lequel lui reprochait notamment d'avoir serré la main au Président israélien Shimon Peres lors d'un congrès sur le dialogue interreligieux organisé en novembre 2008, à New York, par l'Arabie Saoudite et l'ONU.

Décembre 2003, le chef de l'État Français était aller chercher du soutien en Égypte pour la loi « anti-voile » en la personne du défunt cheikh. Soutien accordé : tout en insistant sur le caractère « obligatoire et d'ordre divin » du port du foulard islamique, cheikh Tantawi avait affirmé, dans un discours de bienvenue à M. Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur français, que cette obligation n'est valable que « si la femme vit dans un pays musulman ». Dans le cas où elle vit dans un pays non musulman, comme la France, « si les responsables veulent adopter des lois opposées au voile, c’est leur droit ». Une position qui a provoqué l'incompréhension de ses confrères musulmans, et a été accueillie à bras ouverts par l'Occident...

Plus récemment, il avait interdit le port du niqab (voile intégral) dans toutes les écoles dépendant de ses institutions et défendu une position légitimant la construction du mur d'acier pour isoler Gaza de la frontière égyptienne, avis considéré comme étant un soutien inconditionnel politique au chef de l'État égyptien.

Sous la pression du régime

Depuis la révolution de juillet 1952, le cheikh de l'institution Al-Azhar, financée par l'État, est nommé par décret présidentiel. Une manière de sceller l'expression et l'extension du mouvement des Frères musulmans dans le pays, mais également d'obtenir un soutien moral et religieux à une autorité politique jugée totalitariste.

Né le 28 octobre 1928 à Sohag (Haute-Égypte), Cheikh Muhammad Sayyed Tantawi avait été nommé Grand Mufti officiel de la République d'Égypte de 1986 à 1996, puis recteur d'Al-Azhar à partir du 27 mars 1996 par le président Hosni Moubarak. « Depuis que le président Nasser avait décidé de piloter les affaires et d'avoir une vue sur Al-Azhar, il devenait extrêmement difficile pour (le nominé) de prendre une décision indépendante », a expliqué Tariq Ramadan sur les ondes de Radio-Orient.

Son parcours

Docteur en histoire contemporaine et en exégèse à 38 ans, le cheikh Tantawi a travaillé comme professeur de la Faculté de théologie puis a été affecté à l'université islamique de Lybie, où il enseigna durant quatre ans.

Il était également doyen de la Faculté des études supérieures à l'université islamique de Médine et avait été nommé Grand Mufti d'Égypte. Il avait dirigé l'oraison funèbre lors des funérailles de Yasser Arafat, en 2004.

Sa bibliographie est très diverse en matière religieuse. Auteur de plusieurs ouvrages d'interprétation du Saint Coran, dont une exégèse qui comprend 15 tomes (7 000 pages), il s'intéressa également au dialogue interreligieux, à la notion de jihâd, au pèlerinage en Terre Sainte, à la sharia et au mysticisme en islam.

Malgré les controverses, il reste pour beaucoup une éminente personnalité et référence religieuse. Fin 2009, il avait été nommé parmi les dix premières personnalités musulmanes les plus influentes au monde, par le Royal Islamic Strategic Studies Center (Jordanie) et l'université de Georgetown (États-Unis). Son adjoint, Mohamed Wassel, devrait lui succéder, au moins pour un moment.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu