Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Shimon Pérès, au-delà de l’homme des accords d'Oslo

Rédigé par Saphirnews | Jeudi 29 Septembre 2016



Shimon Pérès, au-delà de l’homme des accords d'Oslo
Shimon Pérès, l’un des derniers pères fondateurs de l’Etat d’Israël, a rendu l’âme mercredi 28 septembre à 93 ans, deux semaines après un accident vasculaire cérébral qui l'avait plongé dans le coma. L'annonce de la mort de l'ancien président d’Israël entre 2007 et 2014 a tôt fait de susciter une pluie de réactions à travers le monde.

Fidèle allié d'Israël, le président des Etats-Unis, Barack Obama a rendu hommage « à la vie extraordinaire de notre cher ami Shimon Peres, un père fondateur de l'État d'Israël et un homme d'État dont l'engagement pour la sécurité et la recherche de la paix était fondé sur son inébranlable force morale et sur son indéfectible optimisme. Il y a peu de personnes avec lesquelles nous partageons ce monde et qui changent le cours de l'histoire humaine. (...) Mon ami Shimon était une de ces personnes ».

A peu de choses près, les réactions politiques dans les pays européens sont similaires. En France, le Premier ministre Manuel Valls, qui a rencontré l'ex-président israélien à de nombreuses reprises, a salué « une conscience pour l'humanité, un bâtisseur de paix infatigable ». En Allemagne, le président Joachim Gauck a rappelé que « en dépit des atrocités perpétrées (par les nazis) contre sa famille pendant l'Holocauste, Shimon Peres a tendu la main (aux Allemands). Pour cette attitude, nous lui sommes très reconnaissants. »

Du côté des Palestiniens, les réactions sont autres. Alors que Shimon Pérès reste ancré dans les mémoires de ses alliés occidentaux pour sa participation aux accords d’Oslo, un événement pour lequel il avait reçu en 1994 le prix Nobel de la paix avec le Premier ministre israélien de l'époque Yitzhzak Rabin et le chef de l’Organisation pour la libération de la Palestine Yasser Arafat, les Palestiniens gardent de l'homme d'Etat et de son histoire politique un mauvais souvenir, jusqu'à le considérer comme un criminel de guerre resté impuni.

Né en Pologne en 1923 dans l’actuelle Bielorussie, Shimon Pérès, Persky de son vrai nom, émigre dans la Palestine sous mandat britannique à l’âge de 11 ans. Il grandit dans un kibboutz de Galilée et s’engage dans les mouvements socialistes. Lorsque la guerre éclate en 1948, il est déjà un des responsables de la Haganah, une organisation paramilitaire juive longtemps tenue clandestine et destinée à défendre le projet de création de l’Etat d’Israël, synonyme de Nakba pour les Palestiniens.

Israël doit sa puissance militaire en grande partie à Shimon Pérès, à l’origine du programme nucléaire israélien, réalisé avec l’aide secrète de la France et permettant ainsi à Israël d'être la seule puissance du Moyen-Orient dotée de l’arme atomique. Un savoir que le protégé de David Ben Gourion a tenté de partager avec le régime sud-africain de l'apartheid dans les années 1970.

Shimon Pérès a « contribué à tuer le camp de la paix »

Dès son accession au poste de Premier ministre en 1995 après l’assassinat d’Yitzhzak Rabin, il lance l'opération « Raisins de la Colère », à la source du bombardement en 1996 à Qana d’un camp de l’ONU abritant des réfugiés au Sud-Liban, qui a coûté la vie à 106 civils libanais. Bien des années plus tard, il soutiendra les opérations militaires dirigées contre Gaza, dont « Bordure protectrice » en 2014.

Aussi, son rôle dans l’implantation des premières colonies israéliennes en Cisjordanie et à Gaza n'est pas ignoré des défenseurs de la paix. Après Oslo, il n'a jamais combattu la colonisation, considérée à ce jour comme illégale par l'ONU. Leila Shahid, ex-ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union européenne, estime que Shimon Pérès a « contribué à tuer le camp de la paix ». « Pour les Palestiniens, il restera l'homme qui n'a pas mis en œuvre les accords d'Oslo, celui qui n'a pas su succéder à Yitzhak Rabin après son assassinat, celui qui a d'ailleurs perdu les élections face à Netanyahu et, pour cette raison-là, il a été décevant pour les partisans de la paix palestiniens mais aussi israéliens. Et puis surtout, l'homme qui a, au lieu de continuer à défendre le parti travailliste, a choisi d'aller avec Ariel Sharon », résume l’ex-diplomate sur France Info.

Ses obsèques, vendredi 30 septembre à Jérusalem, verront néanmoins la présence d'une longue liste de chefs d'Etat et de hautes personnalités, parmi lesquels les Américains Barack Obama et Bill Clinton, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et la chancelière allemande Angela Merkel. Le président François Hollande et son prédécesseur Nicolas Sarkozy ont prévu de s'y rendre ensemble.

Lire aussi :
Vingt ans après Oslo : vingt ans de colonisation
Shimon Pérès à Paris : Arabes, Noirs et musulmans exclus, la SNCF en cause
Israël : Chalghoumi à la rencontre de Shimon Pérès pour parler « paix »




Loading












Recevez le meilleur de l'actu