Connectez-vous S'inscrire






Société

Rassemblement des musulmans du Nord : le ministère de l’Intérieur dit sa « vigilance »

L'UOIF réagit

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mardi 2 Février 2016



Rassemblement des musulmans du Nord : le ministère de l’Intérieur dit sa « vigilance »
Des milliers de personnes sont attendues au Rassemblement annuel des musulmans du Nord (RAMN) dont la 9e édition est organisée dimanche 7 février au Grand Paris de Lille. Parmi les intervenants annoncés figurent les intellectuels Tariq Ramadan et Ghaleb Bencheikh ou encore les sociologues Fatiha Ajbli et Raphaël Liogier.

Dans un contexte tendu marqué par l’état d’urgence après les attentats de novembre 2015, l’événement organisé chaque année, sans incidents, par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) suscite une attention accrue des pouvoirs publics.

Des appels à interdiction de la RAMN – qui rappellent ceux qui sont régulièrement formulés contre le Salon annuel du Bourget tout autant organisé par l'UOIF – ont d’ores et déjà été lancés par des hommes politiques qui dénoncent la présence d’orateurs « controversés ». Outre Tariq Ramadan, des opposants à la RAMN citent des prédicateurs comme Mohamed Rateb Al-Nabulsi et Abdallah Salah Sana’an, respectivement de nationalité syrienne et de nationalité saoudienne.

La « vigilance » du ministère de l'Intérieur

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, s’est fendu d’un communiqué mardi 2 février dans lequel il rappelle « très fermement qu’il n’y a aucune place dans la République pour les propos incitant à la haine ou à la discrimination » à l’approche de la RAMN qui se tient « en présence de personnalités controversées » sans qu’aucune soit nommée.

Le ministre « prévient que les services de l’Etat seront d’une totale vigilance à l’égard des propos tenus par les différents intervenants. Tout propos tombant sous le coup de la loi donnera lieu à des poursuites immédiates et fera l’objet des sanctions appropriées ». En revanche, aucune interdiction du rassemblement n'est formulée.

L'UOIF réagit aux accusations

Du côté des organisateurs de la RAMN, aucun changement en vue. Rappelant que le rassemblement existe dans la région depuis une décennie, ils confirment la tenue de l’événement de même que la programmation.*

Dans la soirée de mardi, l’UOIF a dénoncé « des accusations indignes » à son encontre et à l’encontre de ses invités. « Au-delà de toute polémique infructueuse, nous rappelons aux détracteurs et à ceux qui pourraient leur prêter oreille dans ces moments difficiles que leurs manœuvres peu scrupuleuses mettent en péril la sérénité de notre pays ». « Par leur esprit haineux et leur rejet épidermique de tout ce qui est musulman, les détracteurs de l’UOIF agissent malheureusement dans le sens opposé », juge la fédération qui déclare agir « depuis des décennies pour une intégration paisible de l’islam et des musulmans de France » avec « un discours de paix qui prêche la fraternité et l’unité ».

La RAMN, qui se passera « dans la sérénité et la joie », sera une occasion de mettre en valeur, pour l’UOIF, « le discours des différents intervenants » afin de combattre « comme toujours toute forme d’extrémisme ».

*Mise à jour mercredi 3 février : Des intervenants ont été déprogrammés de l'événement. Pour en savoir plus.

Lire aussi :
RAMF 2015 : après Charlie, les musulmans réclament respect et reconnaissance
Martine Aubry boycotte la Rencontre annuelle des musulmans du Nord
6e RAMN : les musulmans du Nord se retrouvent à Lille
La RAMN, ou le « mini-Bourget » du Nord





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu