Connectez-vous S'inscrire






Société

Premiers États généraux du christianisme, à Lille

Rédigé par Leïla Belghiti | Samedi 25 Septembre 2010



Premiers États généraux du christianisme, à Lille
Le christianisme tient ses États généraux à l'Institut catholique de Lille, depuis jeudi soir et jusqu'au 25 septembre, autour du thème central « Notre époque a-t-elle besoin de Dieu ? ». Une rencontre nationale, la première du genre, qui accueille des « personnalités de l'Église et de tout bord », à l'invitation du journal chrétien La Vie.

La première table ronde, « Quelle présence chrétienne dans le débat public ? », a attiré plusieurs centaines de participants.

Parmi les interventions, si celle de l'agnostique Mohamed Abdelatif a peu apporté au débat, celle du philosophe de « culture chrétienne mais non croyant » Yves Michaud, a été sans langue de bois : « je suis sidéré de l'état de la réflexion théologique, c'est-à-dire quasi rien », adresse-t-il à son auditoire quelque peu décontenancé. « Vous vivez les retombées de la théologie de la révolution », qui, aujourd'hui, ont pris une forme « soft », « Dieu, c'est l'amour d'autrui, le pardon ». Et le philosophe termine son discours par une invitation à « reconstruire le débat théologique ».

Les réflexions se sont poursuivies et ont débouché sur la place du christianisme dans la sphère publique, notamment sur le champ politique ou à la télévision, beaucoup soulignant un manque de visibilité. Le président du Secours Catholique, François Soulage, a souligné la nécessité de sortir de cette « sphère privée »«on veut nous cloîtrer », prenant l'exemple du Christ, qui a passé son temps à « déranger ».

La rencontre se veut sans tabous, toutes les questions sont permises : « Peut-on défendre l'Église à tout prix ? », « Peut-on dialoguer avec tout le monde ? » ou encore « Les chrétiens ont-ils un problème avec le sexe ? », « Les parents homos sont-ils des parents comme les autres ? »… Autant de thématiques qui ont tout intérêt à être abordées chez d'autres cultes, y compris musulman. Les organisateurs pourront, in fine, se féliciter du succès de ces premiers États généraux.

Seul bémol : difficile d'attirer la jeunesse, les participants étaient pour leur grande majorité du troisième âge.


Pour consulter le programme, lire les comptes rendus et visionner les débats, cliquer ici







Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu