Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Pour Akhenaton (IAM), Zemmour est « monté sur le cheval du fascisme »

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 15 Octobre 2014



Akhenaton ne porte pas Eric Zemmour dans son cœur, et il le fait savoir. Déjà épinglé dans son nouvel album solo, Je suis en vie, le leader d’IAM a à nouveau taclé le polémiste, lundi 13 octobre, dans une interview au Nouvel Observateur, estimant qu’il est « monté sur le cheval du fascisme ».

« Misogynie, homophobie, racisme… Zemmour est monté sur le cheval du fascisme. Peut-être pour vendre des livres », s'est interrogé le rappeur, alors que le dernier essai du polémiste, Suicide français – dans lequel il affirme que « 95 % des juifs français » auraient été sauvés par Pétain – caracole en tête des ventes.

Mais si l'éditorialiste rencontre un tel succès, c’est qu’un certain public est prêt à entendre ce qu’il dit. « Il a un auditoire, il n’embobine pas les gens. Ça signifie qu’une partie du pays est dans cet état d’esprit- là, analyse Akhenaton. Donc je n’excuse pas Eric Zemmour, et je n’excuse pas les gens qui le suivent ».

Comme le Mouvement contre le racisme et l’amitié entre les peuples (MRAP) qui a saisi le CSA à ce sujet, Akhenaton regrette que certaines chaînes de télévision lui « offrent un tremplin », en lui permettant une si grande visibilité. « A un moment donné, certaines chaînes devraient se poser des questions à force de lui offrir des tribunes et de la surreprésentation médiatique. S’il est aussi connu maintenant, c’est qu’il y a des gens qui lui ont offert un tremplin. Dès qu'il arrive à la télé, le pic d'audience monte parce que les gens soit sont d'accord avec ses idées, soit aiment la polémique », déplore-t-il.

Ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas évoquer le cas Zemmour. « Au risque de lui faire de la publicité, je pense qu’il faut continuer à parler de lui, pour décrire clairement ce qu’il est » estime le chanteur. Dans le titre « Etranges fruits » de son nouvel album (dans les bacs le 6 novembre), le rappeur dénonce « les idéaux toxiques (qui) germent » et « de sales vieux aigris (qui) "zémourifient" notre oxygène ». Eric Zemmour ne manquera sans doute pas de relever les propos et de se positionner une nouvelle fois en victime.

Lire aussi :
Zemmour squatte la télé : le CSA saisi
Eric Zemmour, « un prêcheur de haine » pour le CFCM
Islamophobie : le Coran à la source du cas Nemmouche pour Zemmour (vidéo)
Eric Zemmour, toujours plus loin dans son délire xénophobe
Affaire Zemmour : « La stigmatisation d'une communauté ne saurait être une opinion, c'est un délit »





Loading












Recevez le meilleur de l'actu