Connectez-vous S'inscrire






Monde

Plus de 1 400 civils tués par les frappes de la coalition contre Daesh

Rédigé par Samba Doucouré | Mercredi 20 Juillet 2016

Près de 60 civils ont été tués dans la province d'Alep par la coalition internationale formée contre l'organisation Etat islamique depuis 2014. Cette bavure n'est pas une première en Syrie comme en Irak, comme le démontre une plateforme spécialisée dans le recensement des frappes aériennes de la coalition et de leurs conséquences.



Manbij après une frappe de la coalition anti Etat islamique, le 22 juin 2016.
Manbij après une frappe de la coalition anti Etat islamique, le 22 juin 2016.
Dans la nuit du 18 au 19 juillet, des bombardements aériens la coalition internationale contre l'Etat islamique ont donné la mort à environ 56 civils dans le village de Toukhar, à une dizaine de kilomètres de Manbij, une ville tenue par le groupe terroriste en Syrie. Depuis fin mai, la coalition tente, en partenariat avec les Forces démocratique syrienne (FDS), d’y déloger l'EI. Près de 190 morts ont été recensés autour de Manbij depuis mai.

La bavure à Toukhar n'est probablement pas la pire de la coalition mais figure parmi les plus graves commises depuis 2014. Jusqu'à présent, au moins 1 422 civils ont été tués par les bombardements en Irak et en Syrie, selon Airwars, une plateforme qui recense les dommages causés par la coalition contre Daesh. Cependant, le bilan pourrait être bien plus lourd : entre 3 181 and 4 267 personnes pourraient avoir été tués depuis septembre 2014 dans 493 incidents susceptibles d'être attribués à la coalition.

« Au moins 70 000 non-combattants sont piégés entre les frappes aériennes des Etats-Unis, l’avancée des forces de la coalition arabe syrienne et les snipers de Daesh. L’eau et la nourriture viennent à manquer après deux mois de siège », écrit Chris Woods, un des rédacteurs de Airwars.

Airwars.org est un site collaboratif à but non lucratif tenu par une équipe de journalistes basés en Europe et au Moyen-Orient. Ils analysent les informations des agences de presse locales, des ONG, des sources militaires et des réseaux sociaux pour éclairer le monde sur la situation des civils en Syrie et en Irak.

D’après Airwars, en 711 jours, la coalition a opéré 13 960 frappes aériennes, 9 340 en Irak et 4 620 en Syrie. Les Etats-Unis sont responsables de 68 % des tirs, 32 % pour le reste de la coalition.

Le pourcentage de frappes aériennes attribuées aux Etats-Unis et à ses alliées ainsi que la répartition du nombre de frappes aériennes opérées par ces derniers. © Airwars
Le pourcentage de frappes aériennes attribuées aux Etats-Unis et à ses alliées ainsi que la répartition du nombre de frappes aériennes opérées par ces derniers. © Airwars
Le Royaume-Uni figure en deuxième position (892 frappes), la France en troisième (755) suivie des Pays-Bas, de l’Australie, du Canada, du Danemark et de la Belgique.

Amnesty International a exhorté la coalition à « redoubler d'efforts pour empêcher la mort de civils et à enquêter sur de possibles violations du droit humanitaire international ».

Lire aussi :
La Syrie sous les bombes, les médecins en première ligne
Le Ramadan, occasion d’intensifier sa solidarité pour la Syrie avec Syria Charity
Irak : une fin de Ramadan sanglante à Bagdad, 292 morts





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu