Connectez-vous S'inscrire






Cinéma, DVD

Plus ambitieuse, la nouvelle édition du Festival Ciné-Palestine se dévoile

Rédigé par Samba Doucouré et H. Ben Rhouma | Vendredi 13 Mai 2016

Le Festival Ciné-Palestine revient pour une seconde édition encore plus riche et ambitieuse. A Paris, du 23 mai au 5 juin, le FCP, dont Saphirnews est partenaire pour la deuxième année consécutive, mettra en avant la délicate question de la préservation des vieux films palestiniens.



La première édition du festival Ciné Palestine (FCP) avait réuni près de 1 500 spectateurs en mai 2015. Fort de ce succès, l’Association pour le festival du film palestinien à Paris a mis les bouchées doubles pour cette année avec 22 séances de projections organisées en Ile-de-France contre 16 l’an dernier.

La soirée d’ouverture se tiendra lundi 23 mai à l’Institut du monde arabe (IMA) avec la diffusion du film 3000 nuits, en présence de la réalisatrice Mai Masri et de l’actrice Mayisa Abd Elhadi. Un long-métrage événement qui raconte l'incarcération d'une jeune palestinienne dans une prison israélienne où elle donne naissance à un enfant.

A la surprise des organisateurs, la mairie d’Argenteuil (Val d'Oise) a décidé de déprogrammer le film qui devait être projeté le 2 juin au cinéma Le Figuier Blanc dans le cadre du FCP.* « Alors que cette séance était prévue depuis janvier dernier, la mairie d'Argenteuil a décidé de manière unilatérale et sans aucune concertation de censurer ce film. Outre le caractère choquant et l'atteinte flagrante à la liberté de création artistique, cette décision nous apparaît surprenante, tant le film a reçu un accueil favorable partout où il a été programmé. Ce film connaît un succès mondial et a remporté de nombreux prix », a fait savoir l’Association pour le festival du film palestinien ainsi que le distributeur et le producteur de 3000 nuits. Le film sera programmé une seconde fois le vendredi 3 juin au cinéma Le Studio d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Autre soirée événement, celle qui verra la diffusion du film The Idol lundi 30 mai à l'IMA. Réalisé par Hany Abu-Assad, auteur des films Paradise Now et Omar, le long-métrage raconte l'épopée de Mohammad Assaf, un chanteur palestinien de Gaza devenu célèbre après sa victoire en 2013 dans l'émission Arab Idol. Le film, tirée d'une histoire vraie, est une exclusivité du Festival, « avec la seule et unique projection en salles, en France », précisent les organisateurs. A ne pas rater.

Dans la section « Un Autre Regard », une sélection ouverte pour les films réalisés par des cinéastes internationaux sur la Palestine, on y retrouve Speed sisters de la Canadienne Amber Fares qui a suivi cinq palestiniennes célèbres pour avoir être les premières femmes à participer à des courses automobiles aux côtés des hommes.


Valoriser les classiques du cinéma palestinien

Comme l’année dernière, l’université Paris 8 de Saint-Denis va accueillir des projections tout en exposant de nouvelles productions scientifiques. Des débats et tables-rondes enroberont les projections de la sélection Archives et Mémoire. Pour l’occasion, Khadijeh Habashneh Abu Ali, coordinatrice du Projet de préservation des anciens films palestiniens et ancienne directrice à l’Institut du film palestinien à Beyrouth (Liban), sera présente mercredi 1er juin. L’inventaire et la conservation des pépites du cinéma palestinien sera au cœur des différents échanges.

Michel Khleifi est la vedette de ce second volet du FCP. Les organisateurs du festival le décrivent comme le plus célèbre des réalisateurs palestiniens en Europe ayant inspiré toute une génération de jeunes cinéastes palestiniens. Né à Nazareth en 1950, il part vivre à Bruxelles en 1970 où il étudie à l'Institut national des arts du spectacle. La rétrospective Michel Khleifi va permettre au public de (re)découvrir quatre de ses films : La mémoire fertile (1980), Ma'aloul fête sa destruction (1985), Noce en Galilée (1987) et Cantique des pierres (1990).

Parrain du festival, Michel Khleifi sera présent pour répondre aux questions du public. Ken Loach, Costa-Gravas, Licia Eminenti, Robert Guédiguian ou encore Eric Cantona parrainent également ce deuxième Festival Ciné-Palestine, appelé à être soutenu via une opération de crowdfunding qui a permis de récolter jusque là 6 000 des 15 000 € nécessaires à l'organisation. Le FCP « ouvrira, cette année encore, de multiples fenêtres sur l’histoire, la société et la culture palestiniennes, illustrera les liens entre passé et présent, et portera en avant plusieurs cinéastes qui sont le futur de la cinématographie palestinienne ».

*Mise à jour jeudi 19 mai : La séance prévue le 2 juin au cinéma Le Figuier Blanc à Argenteuil a finalement été reprogrammée, portant à trois le nombre de séances projetant le film 3000 nuits au cours du Festival.

Festival Ciné-Palestine, du 23 mai au 5 juin 2015
Soirée d'ouverture le 23 mai à l'Institut du monde arabe (sur invitation)
Du 30 mai au 1er juin à l'université Paris 8, Saint-Denis
Du 3 au 5 juin au cinéma Le Studio, Aubervilliers
Site officiel du Festival Ciné-Palestine

http://festivalpalestine.paris/sites/default/files/FCP-programme-2016.pdf Programme complet du FCP






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Novembre 2016 - 11:00 Swagger : filmer la banlieue avec classe


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu