Connectez-vous S'inscrire






Religions

Nouvelles tensions à la mosquée d'Epinay, privée d'électricité

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Lundi 12 Novembre 2012

Depuis plus de deux ans, les tensions sont toujours au plus haut autour de la mosquée d'Epinay, en Seine-Saint-Denis. Aujourd'hui, les fidèles prient dans une mosquée sans l'électricité, coupée depuis mardi 6 novembre par EDF en raison d'un impayé de 60 000 €. Alors que l'Union des associations musulmanes d'Epinay (UAME) et l'Organisme de gestion de la mosquée d'Epinay (OGME) se battent toujours pour la gestion du lieu de culte, il pourrait être une nouvelle fois fermé.



L'une des banderoles des manifestants de l'Union des associations musulmanes d'Epinay lors d'une manifestation devantr la mairie, samedi 6 octobre.
L'une des banderoles des manifestants de l'Union des associations musulmanes d'Epinay lors d'une manifestation devantr la mairie, samedi 6 octobre.
On ne compte plus les rebondissements auxquels doivent faire face les fidèles spinassiens. La coupure d'électricité par EDF dans leur mosquée est le dernier en date.

Le courant y a été coupé « mardi 6 novembre à 8h45 du matin », indique Aissa Nakes, le trésorier de l'Organisme de gestion de la mosquée d'Epinay (OGME), dépendant de la Grande Mosquée de Paris (GMP) en charge de la gestion du lieu de culte spinassien depuis octobre 2010 par l'entremise de la mairie d'Epinay.

EDF a décidé de priver le lieu de culte de courant en raison d'un impayé de 60 000 €. « Il s'agit de l'accumulation de factures impayées », fait savoir M. Nakes.

Pas d'argent pour payer l'électricité

Si l'OGME, sensé être en charge de la gestion de la mosquée d'Epinay, n'a pas réglé ses factures d'électricité, c'est qu'elle n'en a pas les moyens. « C'est l'Union des associations musulmanes d'Epinay (UAME) qui collecte les dons des fidèles dans la mosquée. Son président a annoncé avoir récolté 160 000 €. Nous avons donc demandé de l'argent, pas la totalité mais juste une avance pour établir un échéancier avec EDF et résoudre le problème. Malheureusement, l'UAME a refusé et a dit garder cet argent pour l'achat d'une nouvelle mosquée », explique M. Nakes.

L'OGME et l'UAME se battent pour la direction de la mosquée. La justice a tranché en faveur de l'OGME depuis que Intégration musulmane spinassienne (IMS), l'ancienne association gestionnaire de la mosquée, a quitté la direction du lieu de culte. Mais l'UAME, qui s'estime plus légitime, continue de gérer la mosquée et reste active en collectant les dons des fidèles... sans pour autant vouloir mettre un sou dans les factures d'électricité.

Pourtant, « dans la convention signée entre la mairie et la Grande Mosquée de Paris (...), la collecte des dons des fidèles doit servir à la prise en charge financière de la mosquée », indique M. Nakes, qui fustige leur projet d'achat d'un autre lieu de culte. « On a toujours été empêché par l'UAME de collecter des dons », ajoute-t-il.

Un conflit vieux de deux ans

Le pouvoir de la GMP semble bien faible à la mosquée d'Epinay-sur-Seine. L'UAME, composée notamment d'anciens membres de l'association IMS, n'a jamais accepté que la GMP puisse diriger le lieu de culte et dénonce une ingérence du maire de la ville Hervé Chevreau (divers droite).

Pourtant, M. Nakes rappelle que l'UAME a perdu tous ses procès. « Elle a attaqué l'OGME, elle a été débouté, elle a attaqué EDF, elle a été débouté et quand la GMP a attaqué l'UAME, elle a été condamnée », raconte-t-il. En ordonnant à l'UAME de « restituer les clés de la moquée », la justice avait également interdit à leur imam de ne plus y officier. Mais un autre imam, toujours choisi par l'association y officie à sa place. L'OGME « a essayé de ramener un imam de la GMP » mais après « quatre tentatives » et des « menaces de mort », rien n'y fait, répète M. Nakes.

En septembre dernier, deux membres de l'UAME ont été placés en garde à vue. Leur imam, qui avait organisé une manifestation pour dénoncer leur interpellation, avait également été placé en garde à vue.

Une mosquée menacée de fermeture

Aujourd'hui, sans électricité, la mosquée a des chances de fermer ses portes par mesure de sécurité. « Nous attendons quelques jours. Ensuite, nous allons informer par tracts que nous dégageons notre responsabilité car les normes de sécurité ne sont pas là. Le système d'évacuation des fumées ne marche pas », nous indique M. Nakes.

L'OGME aurait même préféré qu'EDF coupe l'électricité bien avant, afin de reprendre en main la direction de la mosquée, qui avait déjà été fermée après un incendie en mars 2011. A l'époque, les deux organismes s'étaient renvoyés la responsabilité.
A présent, l'UAME accuse l'OGME d'être à l'origine de la coupure d'électricité. Ce que dément M. Nakes. « Nous avons les courriers de relance d'EDF pour preuve », dit-il.

Les relations entre l'OGME et l'UAME demeurent plus que dégradées car « chacun campe sur ses positions. » Pour tenter d'apaiser les tensions, Dalil Boubakeur, le recteur de la GMP, vient de désigner un médiateur. « Neutre », il permettra peut-être de « faciliter la tâche », juge M. Nakes.

Pour l'heure, ce sont les musulmans spinassiens qui souffrent de cette situation. « Ils en ont marre », déplore M. Nakes, ajoutant qu’ils veulent simplement une « mosquée ouverte. » « J'appelle à la sagesse de l'UAME qui doit regarder l'intérêt des musulmans. Nous avons cette mosquée là qui fonctionne alors pourquoi vouloir acheter une autre mosquée », regrette-t-il.

Saphirnews n'a pu entrer en contact avec l'UAME. Le dialogue reste plus que jamais nécessaire pour le bien-être des fidèles de la mosquée.

*La parole a été donnée à l'UAME et au maire d'Epinay, Hervé Chevreau, dans un nouvel article publié mardi 13 novembre sur Saphirnews. Pour en savoir plus, cliquez ici.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu