Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Nigéria : la mendicité des enfants n'a rien d'islamique pour le sultan de Sokoto

Rédigé par | Mardi 23 Mai 2017



Muhammadu Sa’ad Abubakar III, sultan de Sokoto, au nord du Nigéria, a déclaré, dimanche 21 mai, lors d’une réunion en prélude au mois du Ramadan, que la pratique de la mendicité opérée par les enfants confiés à desdits érudits musulmans - « almajiri » en langue haoussa - n’est pas islamique.

A l’instar des talibés au Sénégal ou au Mali, la pratique du almajiri consiste d'abord pour les parents à envoyer des enfants vivre sous la houlette d’un professeur pour apprendre la religion. Ces enfants passent cependant la majeure partie de leur temps à mendier dans la rue, un bol ou une boîte de conserve à la main, pour vivre, les professeurs ne leur donnant aucun moyen de subsistance. Ils seraient près de 10 millions dans le nord du Nigéria.

« Le système almajiri de mendicité dans les rues ne représente pas l’islam et doit donc être distingué de l’islam. L’islam encourage l’éducation et l’esprit d’entrepreneuriat et condamne la paresse et l’oisiveté, comme l’illustre le mendiant itinérant », déclare le sultan de Sokoto.

Ce dernier, qui est le plus haut dignitaire musulman du pays, espère aussi couper l’herbe sous le pied de Boko Haram. Car les almajiris sont régulièrement recrutés par le groupe terroriste. La secte utilise, parmi ses tactiques de recrutement, l’offre de prêts pour les jeunes pauvres qui chercher à démarrer une entreprise. Les bénéficiaires sont ensuite obligés de s’enrôler comme combattants lorsqu’ils ne sont pas en mesure de rembourser le prêt.

Lire aussi :
Le Sénégal appelé à poursuivre les exploiteurs d’enfants mendiants
Nigéria : émouvantes retrouvailles pour des lycéennes de Chibok libérées (vidéo)
De l'usage du takfir - la controverse de Boko Haram avec l'État Islamique en Afrique de l'Ouest
Boko Haram n’a rien de halal... et d’islamiste !





Loading














Recevez le meilleur de l'actu