Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Nicolas Sarkozy présente ses propositions contre « l’islam radical »

Rédigé par Saphirnews | Vendredi 17 Juin 2016



Dans une interview accordée à six journaux européens dont Le Figaro jeudi 16 juin, l’ancien président de la République a présenté ses idées pour lutter contre le mal nommé « islam radical ». A l’orée de la tuerie d’Orlando et de l’assassinat de policiers à Magnanville, Nicolas Sarkozy estime que « nous sommes en guerre ». « Une guerre extérieure, contre l’organisation de l’Etat islamique et Al-Qaïda, et une guerre intérieure contre ceux de nos compatriotes adeptes de l’islam radical », précise-t-il.

Les deux premières propositions du président du parti Les Républicains concernent les prisons. Il souhaite ainsi que tous les détenus islamistes soient placés à l’isolement pour combattre le prosélytisme. Il réclame aussi « la création en urgence d’un véritable service de renseignement des prisons. Il faut non seulement "sonoriser" (mettre sur écoute) les cellules, mais il faut du renseignement humain, comme d’ailleurs dans les lieux de culte extrémistes et au sein des groupes radicalisés », estime-t-il, demandant par ailleurs le rattachement des gardiens de prison au ministère de l’Intérieur et « non plus à celui de la Justice, car ce sont des personnels de sécurité ».

Le candidat toujours non déclaré à la primaire LR en vue de la présidentielle de 2017 relance de nouveau le débat sur la binationalité, tout en précisant qu’il n’est « pas d’accord pour créer des apatrides ». « Toute personne étrangère ou binationale ayant des liens avec des activités ou des réseaux terroristes doit être expulsée sans délai. Que l’état d’urgence serve au moins à ça ! », affirme Nicolas Sarkozy. Il ajoute que « nous n’avons pas les moyens de surveiller 24 heures sur 24 les quelque 11 500 individus fichés. Or, tous ceux qui sont passés à l’acte, sans exception, avaient été repérés à un moment donné ».

Pour obtenir la coopération des pays étrangers, il a sa petite idée : il « souhaite que l’aide au développement soit conditionnée aux visas de réadmission et à la lutte contre l’immigration clandestine ». L’ancien président fait ainsi une allusion à peine voilée aux pays d’Afrique du nord.

Nicolas Sarkozy propose enfin « l’assignation à résidence de toute personne suspectée de connexions directes ou indirectes avec des activités terroristes et le recours à un bracelet électronique pour suivre cet individu en permanence ». Il souhaite par ailleurs que le passage obligatoire en centre de déradicalisation pour toutes les personnes condamnés : « La prison, c’est la punition pour les horreurs qu’ils ont pu commettre. Mais il ne faut pas qu’ils puissent retourner dans la nature dès leur sortie, pas avant (…) la preuve fournie à la société qu’ils ne sont plus une menace. »

Lire aussi :
Une méthode express pour déradicaliser les jeunes (vidéo)
Une école de déradicalisation sur le Web lancée en 2017
Mourad Benchellali : « La déradicalisation est un faux concept »





Loading











Recevez le meilleur de l'actu