Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Mali : IBK officiellement président

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 5 Septembre 2013



Après 18 mois de crise, le Mali tente de se reconstruire. La première étape de cette reconstruction passe par le retour d’un ordre constitutionnel, ce qui est chose faite depuis l’élection d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Élu à la tête du pays à l'issue du second tour de la présidentielle, le 11 août, le nouvel homme fort du Mali a prêté serment mercredi 4 septembre.

Après une cérémonie de passation des pouvoirs à la présidence durant laquelle le président par intérim Dioncounda Traoré lui a cédé la place, IBK a pu lire le serment contenu dans la Constitution malienne devant la Cour suprême. Les membres du gouvernement sortant, d'autres officiels tout comme Soumaïla Cissé, son principal adversaire lors des dernières élections avaient fait le déplacement.

Cependant, la présence de l'ancien président Moussa Traoré (1968-1991) connu pour son règne dictatorial a laissé perplexe la presse malienne, fait remarquer RFI. D'autant plus que le nouveau président l'a vivement salué.

Mais dans son discours, IBK s’est surtout engagé à faire de la réconciliation la priorité de son mandat de cinq ans et à « garantir l’unité nationale ». Une unité cruciale alors que la rébellion de Touaregs pour l’indépendance de la région du Nord de l'Azawad, en janvier 2012, fut le point de départ du chaos dans lequel est tombé le pays.

Accusant le président Amadou Toumani Touré de ne pas prendre les bonnes décisions face à la rébellion touarègue, les militaires décidaient de le renverser, le 22 mars 2012. Une chute qui n’arrangea pas la situation car profitant du mouvement des rebelles touaregs, des membres d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), d'Ansar Dine et du Mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) réussissaient à prendre le contrôle du Nord du pays.

L’intervention de forces africaines et françaises dès janvier 2013 ont permis en quelques mois de mettre un coup d’arrêt à ces groupes conquérants en route vers le sud. Paris avait mobilisé 4 000 militaires dont un millier est toujours sur place. C’est encore la France qui poussa à accélérer la date des élections présidentielles alors qu’un vote s’avérait compliqué pour 500 000 réfugiés.Toutefois, le taux de participation de ce scrutin, remporté au deuxième tour par IBK avec 77,62 % des voix, fut un record.

A Paris, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot, a félicité le nouveau président «à l’occasion de sa cérémonie de prestation de serment ». « Dotées à l’issue des récentes élections d’une forte légitimité, les nouvelles autorités peuvent à présent répondre aux attentes du peuple malien et relever les défis auxquels le Mali fait face. La France est prête à apporter tout son soutien au président Keïta », a-t-il déclaré.

La Mali peut déjà compter sur une aide de 3,2 milliards promis par la communauté internationale, dont tous les regards sont à présent tournés vers le conflit syrien.

Lire aussi :
Mali : IBK, un ex-Premier ministre élu président
Elections au Mali : un ancien Premier ministre en tête
Election Mali : un second tour « indispensable »
Intervention au Mali : la Françafrique à la Hollande
L’armée française reste au Mali
La Banque islamique de développement promet d'aider le Mali
Mali : Aminata Traoré, une voix anti-guerre interdite de séjour en France
2012 : année tourmentée pour le Mali

Et aussi :
Le Mali, la France et les extrémistes
Occupation du Nord-Mali : l’autre vrai paternalisme occulté par Tariq Ramadan




Loading












Recevez le meilleur de l'actu