Connectez-vous S'inscrire






Société

Les organisations musulmanes se mobilisent contre le froid

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Jeudi 3 Janvier 2013

Début décembre, le plan « Grand Froid » a été déclenché dans plusieurs départements. Depuis, la douceur est revenue sur une grande partie du pays mais l'hiver n'étant pas terminé, les températures pourraient bientôt redescendre. Les associations restent donc mobilisées d'autant que, chaque année, le froid tue dans l'Hexagone. Dans cet élan de solidarité, les organisations musulmanes répondent présentes.



Les organisations musulmanes se mobilisent contre le froid
Il y a quelques semaines, Cécile Duflot, la ministre du Logement, menaçait de réquisitionner les biens immobiliers de l'archevêché de Paris pour faire face à la pénurie de logements d’urgence à l’approche de l’hiver. Oubliant sans doute que l'Église s'investit depuis toujours dans l'aide aux personnes les plus démunies, elle avait vexé l'institution religieuse.

Comme l'Eglise, la religion musulmane par le biais des mosquées et associations engage ses fidèles à lutter contre la pauvreté, notamment en hiver où les sans-abris sont les plus vulnérables.

Repas chaud et duvet

La Grande Mosquée de Paris (GMP) offre, comme tous les ans depuis 1986, un repas chaud à 500 personnes. Cette année, la campagne a démarré lundi 3 décembre et prendra fin le 23 mars. Chaque jour, sauf les mercredis, la GMP propose un dîner entre 17 h 30 et 19 h 30. De quoi réchauffer et redonner des forces à tous les nécessiteux qui se présentent sans distinction. Pour cette opération au coût estimé entre 150 000 et 170 000 €, la mairie de Paris apporte une contribution à hauteur de 30 000 €.

Sans subvention d'Etat, l'association Ensemble contre l'oubli (ECO) mène le même combat. Ce sont les dons des personnes et la mobilisation des bénévoles qui lui permettent de mettre en place son plan « Grand Froid » qui s'est étalé, en 2012, du 2 décembre au 23 décembre sur quatre dimanches.

« Nous avons fourni à 100 personnes par dimanche un kit repas. Le dernier dimanche, nous avons distribué 100 kits froids comprenant un duvet, un bonnet, des gants et une écharpe ainsi que 100 kits d'hygiène », nous apprend Karima Berkouki, l’une des responsables de l’association. En tout, ce sont donc 400 kits repas et 100 kits froids et hygiène qui ont été donnés à des sans-abris retrouvés à proximité des rames de métros parisiens. Chaque dimanche, 16 à 20 bénévoles regroupés en petits groupes sont allés à leur rencontre.

« Nous venons en aide aux personnes en errance, qui sont vraiment dans le besoin », précise Mme Berkouki. Une aide rendue possible grâce à la générosité des donateurs qu’ECO arrive à mobiliser par le biais d’Internet. Les dons « des particuliers » d’un montant total de 5 800 € ont ainsi permis de mener à bien cette troisième opération « Grand Froid » de l’association.

L'association, qui organise également à la fin du Ramadan l'opération « Un Aïd pour tous, tous pour un Aïd », qui permet de distribuer à des familles dans le besoin le tiers du mouton de l'Aïd destiné aux pauvres, contribue ainsi à sa manière à apporter un peu de réconfort aux plus précaires qu’elle n’oublie pas.

La précarité gagne du terrain

La précarité gagne du terrain en France. 8,6 millions de personnes vivent en situation de pauvreté monétaire en 2010, soit 14,1 % de la population en France métropolitaine au lieu de 13,5 % en 2009, d’après le rapport du gouvernement sur la pauvreté en France publié en décembre 2012.

Et « les situations d’extrême pauvreté s’étendent depuis plusieurs années. Ainsi, 2,1 millions de personnes vivent avec moins de 642 € par mois en 2010 », s’alarme le gouvernement.

Dans le froid, sans chauffage ou sans toit, cette situation prend de plus grandes proportions et touche des populations diverses. « Les équipes du Secours Islamique France (SIF) le constatent tous les jours, la précarité et la pauvreté se présentent sous plusieurs visages dans la rue : femmes ou hommes seuls, personnes âgées, couples, travailleurs pauvres, sans-abris, mineurs isolés, etc. », indique l'ONG dans un communiqué, en novembre dernier, dans lequel elle présente son plan hivernal qu’elle met en place de novembre à mars.

L'association humanitaire, présente dans une vingtaine de pays, se mobilise contre la misère qui touche de plus en plus de Français en ces temps de crise. Maraudes sociales, hébergement d’urgence, centre d’accueil de jour ou encore épicerie solidaire font partie de ses actions.

Son plan hivernal prévoit une augmentation de « la fréquence de ses maraudes sociales en les organisant également en journée » en Seine-Saint-Denis, l’un des départements les plus pauvres de France, où les kits grand froid et alimentation sont proposés.

« Si le niveau 2 du plan "Grand Froid" est déclenché (température en-dessous de 0 degré), le SIF met à disposition de femmes seules ou avec enfants une Mise à l’Abri (dans l’Essonne) constituée de 8 chambres qui pourront les abriter durant les nuits les plus froides », précise l’association qui se dit également prête si ce niveau est atteint à « ouvrir un gymnase pour une centaine de personnes ». Par ailleurs, l'ONG indique étendre son accueil de jour dans l'Essonne, de 9 h jusqu’à 21 h, durant cette période où les journées sont courtes.

Le besoin est grand. La France compterait plus de 150 000 sans-abris. Autant de personnes à aider à se protéger du froid.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu