Connectez-vous S'inscrire






Société

Les Pakistanais de France, des musulmans discrets

Rédigé par Amara Bamba | Samedi 7 Septembre 2013

Ils sont au moins 500 invités attendus ce samedi 7 septembre 2013, à Drancy (93)*, pour célébrer l’anniversaire de l’indépendance du Pakistan, à l'initiative de Minhaj Welfare France et l'Association culturelle pakistanaise de Drancy (ACDP). Muhammad Naeem Chaudry, qui dirige ces deux organisations, a accepté de répondre aux questions de Saphirnews sur cette part de Pakistan dans la communauté musulmane en France.



Distribution de colis alimentaire au Pakistan par le Minhaj Welfare France lors du Ramadan 2013.
Distribution de colis alimentaire au Pakistan par le Minhaj Welfare France lors du Ramadan 2013.

Saphirnews : L’indépendance du Pakistan est le 14 août et vous la fêtez maintenant ?

Muhammad N. Chaudry : Oui, en effet ! Au 14 août, vous le savez, ce sont les vacances en France. Mais l’ambassade du Pakistan à Paris a organisé une cérémonie officielle à laquelle nous avons participé. En dehors de ce cadre solennel, nous voulons saisir cette occasion pour jouer notre rôle d’association humanitaire pakistanaise en France.

Quel est votre objectif ?

Muhammad N. Chaudry : Il s’agit d’informer nos enfants, de leur enseigner l’histoire difficile de notre pays d’origine. Rappeler les dures conditions d’accès à l’indépendance. Tout n’est pas parfait au Pakistan, mais il est important d’informer les enfants afin qu’ils connaissent cette histoire pour mieux comprendre les réalités d’aujourd’hui.

Les Pakistanais sont discrets en France. Minhaj Welfare France n’est pas connue, pourquoi ?

Muhammad N. Chaudry : Minhaj Welfare France existe seulement depuis deux ans. Mais il existe une autre association pakistanaise qui est mieux connue : Idara Minhaj ul Qur’an. C’est peut-être la plus grosse association pakistanaise en France. Mais elle s’occupe plutôt des questions en relation avec le religieux et l’islam. Pour ce qui concerne Minhaj Welfare France, nous sommes une association humanitaire.

Muhammad Naeem Chaudry
Muhammad Naeem Chaudry

Quelles sont vos actions depuis votre création ?

Muhammad N. Chaudry : Minhaj Welfare est une association internationale dont le siège social est à Londres. Nous en sommes le bureau français. Nous intervenons, en général, auprès de populations dans le besoin. Soit pour créer des écoles, soit pour apporter des soins, etc. Au Pakistan, il y a des écoles traditionnelles, des médersas. Mais il y a besoin d’écoles modernes où, en plus de leur langue et de leur religion, les enfants apprennent l’anglais, l’informatique et d’autres disciplines modernes. C’est là que nous intervenons par exemple. Nous avons aussi des dispensaires avec consultations et soins gratuits ainsi que la fourniture des médicaments. Nous avons des services d’ambulance aussi. Nous créons des puits et installons des pompes à eau dans certaines régions où l’accès à l’eau potable est un problème.

Mais avez-vous des actions humanitaires en France ?

Muhammad N. Chaudry : Oui, nous en avons, mais avant, j’aimerais préciser que nous avons à Lahore un centre spécialisé qui accueille des orphelins. Nous en avons 500 en charge jusqu’à leur majorité. Et pour celles qui sont en âge de se marier, nous organisons la cérémonie et nous leur apportons soutien moral et financier dans leur installation.

Et pour ce qui est des gens dans le besoin en France ?

Muhammad N. Chaudry : Nous avons des projets en cours. Cet été, nous avons organisé une sortie pour les enfants de La Courneuve qui n’ont pas pu partir en vacances. Ce fut au Parc Saint-Paul, près de Beauvais. Un merveilleux séjour dont les photos sont sur notre site Internet. Et durant le mois de Ramadan, nous avons organisé des iftar ouverts à tous à notre siège, à La Courneuve. Bientôt, à l’occasion de l’Aïd el-Kébir, le sacrifice du mouton, nous préparons des colis à distribuer dans les prisons.

C’est une initiative assez originale en effet.

Muhammad N. Chaudry : Ce n’est pas notre première à l’occasion de cette fête. L’an dernier, nous avons organisé le sacrifice au Kenya et en Somalie, deux régions où il y a de gros besoins alimentaires. Mais pour en rester à nos actions en France, nous travaillons à l’idée d’une soupe populaire pour cet hiver.

Tout cela nécessite de moyens financiers. D’où viennent vos fonds ?

Muhammad N. Chaudry : C’est vrai qu’il faut financer tout cela. Je pourrais vous parler des colis envoyés à Gaza ou au Pakistan à la suite des inondations. Mais pour répondre à votre question, nos fonds viennent des sources classiques des organisations humanitaires musulmanes. Des collectes dans les mosquées, d’organisations internationales qui soutiennent nos projets… Notre maison mère, à Londres, nous aide aussi. Les dons sont les bienvenus à travers notre site Internet.

Tout cela est intéressant. Comment expliquez-vous la grande discrétion de Pakistanais dans l’espace musulman de France ?

Muhammad N. Chaudry : Je pense que c’est une question de temps. Avec le temps, beaucoup de choses qui sont aujourd’hui discrètes vont finir par s’exprimer. En attendant, il faut simplement bien faire ce que l’on peut pour aider celles et ceux qui ont besoin d’aide.

* La soirée se tient samedi 7 septembre, dès 18 h, au Gymnase Paul Langevin : 96, rue Saint-Stenay, à Drancy (Seine-Saint-Denis). Site officiel de Minhaj Welfare France





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu