Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le savant soufi Jean-Louis Michon est décédé

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 8 Mars 2013



Jean-Louis Michon s’est éteint le 22 février 2013 dans la plus grande discrétion. Le monde musulman perd l’un de ses grands savants soufis.

Né dans une famille catholique en 1924 à Nancy, après un cursus en droit, en anglais et en sciences politiques, Jean-Louis Michon, en quête de spiritualité dès son enfance, est attiré par le bouddhisme. Il est sur le point de se rendre au Japon pour se diriger dans cette voie mais ne s’y rendra finalement pas car en pleine Seconde guerre mondiale, une bombe atomique est lancée sur Hiroshima en 1945.

Quelques temps après, Jean-Louis Michon tombe sur un extrait de l'ouvrage L'Islam moderne du philosophe Augustin Berque. La figure du grand chef soufi algérien, le cheikh Ahmed al-Alawî, qui avait des disciples européens, y est évoquée. Cette lecture le persuade alors que cette voie est la sienne.

Il se rend en Suisse où il suit les enseignements d’un guide spirituel et devient Ali 'Abd al-Khâliq. En 1947, il décroche un poste de professeur d'anglais au lycée franco-arabe de Damas, en Syrie. La même année, il est reçu au Caire par le métaphysicien soufi René Guénon, à qui il voue une admiration.

Par la suite, Jean-Louis Michon, qui a appris la langue arabe et les sciences islamiques, se rend plusieurs fois au Maroc dans les années 60 et consacre sa thèse de doctorat à un grand soufi marocain. Le Soufi marocain Ibn 'Ajîba et son mi'râj. Glossaire de la mystique musulmane, tel est l'intitulée sa thèse. Amoureux de ce pays, il dirige une mission de préservation du patrimoine pour l'Unesco entre 1972 et 1980.

De retour en Suisse, l’homme poursuit ses recherches. Il traduit de l’anglais l’ouvrage Le Prophète Muhammad. Sa vie d'après les sources les plus anciennes et écrit en français le livre Lumière d'Islam: Institutions, art et spiritualité dans la Cité musulmane (édition Milano Archè, 1994) et d’autres ouvrages en anglais comme Introduction to Traditional Islam: Foundations, Art, and Spirituality (World Wisdom Books, 2008).

Savant érudit à la fin de ces jours, il est un fin connaisseur de la spiritualité musulmane.

Lire aussi :
Le cheikh Abdessalam Yassine est décédé
Adieu Cheikh Maurice Bejart
Le voyage soufi d’Isabelle Eberhardt





Loading












Recevez le meilleur de l'actu