Connectez-vous S'inscrire






Vivre ensemble

Le recul de la démocratie

Par Mustapha Cherif *

Rédigé par Mustapha Cherif | Mardi 1 Juin 2010



Mustapha Cherif est philosophe, professeur des universités et auteur d’ouvrages sur le vivre-ensemble et le dialogue des cultures.
Mustapha Cherif est philosophe, professeur des universités et auteur d’ouvrages sur le vivre-ensemble et le dialogue des cultures.
Alors qu’il n’y a pas d’alternative au vivre-ensemble, l’air du temps est à la xénophobie. Les années 1930 sont-elles devant nous ? Malgré des acquis, comme les liens entre les responsables musulmans et les autorités locales, paradoxalement l’Europe prend une tournure xénophobe envers ses citoyens musulmans. Alors que tous les Européens ne confondent pas islam et fanatisme, l’opinion hostile aux musulmans se renforce. L’inconscient collectif en vient à considérer la figure du « musulman » comme étrangère.

Dans quelle sorte de monde sinistre est-on en train de vouloir nous précipiter ? Interdire la construction de minarets en Suisse, lancer un débat en France sur l’identité nationale en visant l’islam, tout comme refuser de manière obsessionnelle l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, et faire la guerre avec cynisme à des populations musulmanes dans plusieurs pays de l’Orient, généralisent un amalgame fondé sur la haine de l’autre. Racisme d’un côté, réaction fanatique de l’autre mettent en danger l’avenir.

Les musulmans, diabolisés, sont assimilés à des extrémistes incapables de vivre avec les autres. Situation qui ressemble à l’atmosphère préfascisante du siècle dernier. Les discours islamophobes, les actes de profanation des mosquées et des cimetières sont des signes avant-coureurs, tels qu’on a pu les voir dans les années 1930 dans l’Allemagne nazie. L’extrême droite européenne s’est construite depuis des décennies sur l’hostilité par rapport aux musulmans et ce mouvement est en train de déborder, pour faire diversion aux impasses morales et économiques.

Depuis de nombreuses années, je ne cesse d’appeler au dialogue et d’alerter sur les risques que des idéologues font courir au monde, avec l’invention d’un « nouvel ennemi » sous la figure du musulman stigmatisé. Pour ceux qui sont habités par l’ignorance, il est toujours plus facile de diaboliser les couches les plus vulnérables de la société, la nouvelle minorité dans la Cité et de refuser le dialogue que de faire face aux réalités.

Que ce soit les pseudos « nouveaux philosophes » pyromanes comme Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann et Pascal Bruckner, ou les « théoriciens » de la politique américaine, comme Bernard Lewis, Samuel Huntington et Daniel Pipes, et autres politiciens qui chassent sur le terrain proche des droites extrêmes ; tous participent à la construction de l’idée suicidaire d’ennemis supposés saper l’« identité » occidentale et alimentent les préjugés sous toutes ses formes contre les musulmans, sous couvert de défense des valeurs de la « République ».

La guerre intérieure contre les « mauvais Européens », extérieure contre « les autres » semble s’installer. Au lieu de s’occuper des grands problèmes liés au devenir de l’humanité, des agitateurs d’idées et des politiciens considèrent qu’à notre époque la question décisive, c’est de savoir si les filles musulmanes doivent ou non se mettre un foulard sur la tête ! Des questions marginales, comme le voile intégral rigoriste, qui méritent un traitement pédagogique sont montées en épingle de manière excessive. La diversion l’emporte sur la raison.

Il n’y a encore ni pogroms, ni rafles, ni discriminations systématiques, mais ce qui se passe est préoccupant. Rappelons-nous les drames à la fin du XXe siècle à Srebrenica et à Sarajevo, au cœur de l’Europe et à Gaza isolée, qui a subi les massacres à huis clos. À l’heure de l’absence de sens, des pouvoirs de pays européens tentent de reconstruire leur identité contre l’Autre, que l’on présente comme tout autre.

Pulsions de nations vieillies et conservatrices, qui ont vu s’affaiblir la capacité à reconnaître l’autre, à l’échange des cultures. Cette politique injuste et dangereuse refuse aux citoyens européens de confession musulmane de s’enrichir de plusieurs sources sous prétexte de risque de communautarisme. Les xénophobes en Europe contredisent toutes les valeurs démocratiques.

Reste aux citoyens musulmans à pratiquer l’autocritique, pour ne pas prêter le flanc. Les reculs des sociétés musulmanes et des comportements archaïques, irrationnels, voire criminels d’individus et de groupuscules manipulés qui usurpent le nom de l’islam contribuent à alimenter les préjugés et les crispations.

Les problèmes de fond sont liés au recul de la démocratie. Le vrai débat est celui sur la démocratie. Ceux sur les voiles et l’identité dopent les xénophobes, le libéralo-fascisme et les rigoristes. Le recul de la démocratie est un danger pour tous. Vivre ensemble en respectant autrui est l’enjeu.



Mustapha Cherif est philosophe, professeur des universités et auteur d’ouvrages sur le vivre-ensemble et le dialogue des cultures.







Loading














Recevez le meilleur de l'actu