Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le patrimoine irakien menacé de « nettoyage culturel » par l’Etat islamique

Rédigé par La Rédaction | Mardi 30 Septembre 2014



Le patrimoine irakien menacé de « nettoyage culturel » par l’Etat islamique
Déjà mis à mal dans les années qui ont suivi la chute de Saddam Hussein, le patrimoine culturel irakien est à nouveau menacé. L’Etat islamique détruit des sites historiques en Irak et vend des antiquités pour se financer, ont affirmé experts et diplomates au cours du colloque international « Le patrimoine irakien en danger : comment le protéger ? » organisé lundi 29 septembre par l’Unesco.

De nombreux monuments et édifices religieux, sanctuaires des patrimoines chrétiens, juifs mais aussi musulmans ont déjà été dynamités par l’EI, ont affirmé les participants au colloque. C’est notamment le cas de la tombe du prophète Jonas, de nombreuses statues à Mossoul, ou des palais assyriens situés dans la zone sous domination de l’EI.

Bien qu’un état des lieux précis soit difficile à dresser, il est possible de se rendre compte des dégâts déjà commis par l’observation de données satellitaires, « par comparaison entre les images que l'on avait il y a deux ou cinq ans avec celles qui remontent à quelques jours ou à quelques heures. Ainsi on peut mesurer l'ampleur des dégâts », a expliqué Philippe Lalliot, ambassadeur de France délégué à l’Unesco.

Des sites archéologiques sont, quant à eux, pillés ; et la vente des objets récupérés, parfois vieux de plusieurs millénaires, alimente les caisses de l’EI. « Lutter contre le trafic, c’est lutter contre le terrorisme » et faire en sorte que « la contrebande n’alimente pas le trésor de guerre et l’armement des organisations terroristes », affirme Philippe Lalliot.

« Il y a des mafias internationales qui s’occupent des vestiges et de tout ce qui a trait au patrimoine, qui informent Daesh de ce qui peut être vendu. Il y a des intermédiaires mafieux », a précisé Qais Hussen Rashied, le directeur du musée de Bagdad, ancien directeur du patrimoine et des antiquités. « Daesh fait des fouilles pour vendre sur les places européennes et asiatiques par l’intermédiaire des pays alentour. Ces montants financent le terrorisme », a-t-il encore assuré.

« Le patrimoine irakien est en très grand danger », a insisté Philippe Lalliot. « Nous pouvons éprouver des scrupules à dénoncer des crimes perpétrés contre le patrimoine, alors que les pires horreurs sont commises contre les hommes. Quand les morts se comptent par dizaines de milliers, faut-il se préoccuper du "nettoyage culturel" ? Oui », a jugé l’ambassadeur de France délégué à l’Unesco.

« La protection de la culture est inséparable de la protection des vies humaines. On cible des hommes et des femmes en même temps qu'on cherche à détruire les lieux qui portent leurs identités et à nier la sédimentation d'une histoire millénaire », avait pour sa part assuré dans une tribune Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco en amont du colloque.

Lire aussi :
Irak : des tombes de prophètes détruites par l'Etat islamique (vidéo)
Etat islamique ou Daesh : un débat lexical pour rien ?
« L’Etat islamique va s’installer durablement en Irak et en Syrie »




Loading














Recevez le meilleur de l'actu