Connectez-vous S'inscrire






Finance éthique

Le leader mondial des fonds indiciels basés sur l’or certifié charia compatible

Rédigé par | Jeudi 16 Février 2017



Le leader mondial des fonds indiciels basés sur l’or certifié charia compatible
SPDR Gold Trust a annoncé, mercredi 16 février, qu'il était certifié conforme aux principes de la finance islamique. Cette déclaration, rapportée par Reuters, doit permettre de stimuler la demande de lingots auprès des investisseurs musulmans.

SPDR est le plus gros fonds indiciel côté en bourse, détenant la première réserve mondiale d’or privée avec 836,7 tonnes de lingots d'une valeur de 33 milliards de dollars (31 milliards d’euros). Les fonds indiciels cotés (dit ETF - Exchange Traded Funds) ont pour caractéristiques de reproduire en temps réel les variations d’un indice d’actions, d’obligations ou encore de matières premières, ce qui est le cas du fonds SPDR Gold Trust qui reproduit la variation du cours de l’or.

Au 1er janvier 2016, les banques centrales détenaient environ 20 % des réserves d’or mondiales, soit exactement 32 702 tonnes d’après leurs déclarations.

L’or, un actif refuge important

World Gold Trust Services, filiale du Conseil mondial de l'or (WGC) qui est l'organisation chargée du développement du marché de l'industrie aurifère, a déclaré dans un communiqué que le fonds avait reçu la certification de la société malaisienne Amanie Advisors, cabinet de conseil charia spécialisé en finance islamique.

Ce fonds est donc maintenant conforme au dernier standard aurifère de l’Organisation de comptabilité et d'audit des institutions financières islamiques (AAOIFI) récemment adopté. Cette matière a en effet été admise en novembre 2016 dans la liste des actifs négociables autorisés des institutions financières islamiques.

Selon un rapport du WGC, la demande d'investissement pour l'or a augmenté l'année dernière de 70 % et les fonds indiciels côtés basés sur l’or ont connu une augmentation de 532 tonnes, la deuxième meilleure année jamais enregistrée après l’augmentation de 646 tonnes en 2009. Cependant, toujours selon le même rapport, la demande de lingots d'or et de pièces a chuté au Moyen-Orient de 71 % en 2016, celle des bijoux de 15,6 %.

Les analystes estiment que les acheteurs du Moyen-Orient ont fait des transactions en or bien avant que le dernier standard aurifère de l’AAOIFI ne soit publié. Par conséquent, ils estiment que cette annonce ne devrait pas avoir de conséquence rapidement observable au niveau de la demande mondiale. Néanmoins, cela facilitera aux institutions financières islamiques l’accès à l'actif refuge en cas de mouvement brusques sur les marchés.



Ezzedine Ghlamallah
Ezzedine GHLAMALLAH est consultant, fondateur de SAAFI, cabinet de conseil en finance islamique et... En savoir plus sur cet auteur



Loading











Recevez le meilleur de l'actu