Connectez-vous S'inscrire






Monde

La liberté de la presse menacée par les guerres, hommage à ses héros

Rédigé par Maria Magassa-Konaté et H. Ben Rhouma | Samedi 3 Mai 2014

La Journée mondiale de la liberté de la presse est célébrée le 3 mai de chaque année depuis 1993. Cette journée est l’occasion de réaffirmer la nécessité d’une liberté de la presse à promouvoir en toutes circonstances, et de dénoncer le sort des journalistes maltraités dans leur travail à travers le monde.



La liberté de la presse menacée par les guerres, hommage à ses héros
Cette année, la Journée mondiale de la liberté de la presse intervient une dizaine de jours après la libération de quatre journalistes français qui furent retenus pendant 10 mois en Syrie. Dans ce pays où sévit une guerre civile sanglante, la liberté de la presse est inexistante. La Syrie stagne à la 177e place du classement mondial 2014 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF) qui s’est focalisé sur la situation de la presse en 2013 dans 180 pays, contre 179 en 2012.

« Le classement 2014 souligne logiquement la corrélation négative entre un conflit – ouvert ou non déclaré – et la liberté d’information », note RSF. Cette corrélation est illustrée par les chutes au classement du Mali (122e, – 22 places), de même que de la République centrafricaine, théâtre de violences intercommunautaires, qui perd 34 places (109e). « Les guerres ouvertes ou intestines qui déstabilisent la République démocratique du Congo (151e, – 8), tout comme les actions de guérillas et de groupes terroristes en Somalie (176e, 0) et au Nigeria (112e, + 4) ne contribuent pas à améliorer leur classement », est-il constaté.

Du côté de l’Egypte (159e), la situation a continué à se dégrader pour les journalistes après le coup d'Etat contre Mohamed Morsi en juillet 2013. La Libye, autre pays où les lendemains du printemps arabe sont très difficiles, se classe loin dans le classement (137e), juste derrière le Maroc. Sans surprise, le royaume saoudien fait pire en se classant une nouvelle fois à la 164e place. Il reste toutefois devant son rival, l’Iran, qui se positionne au 173e rang mondial, parmi les pires ennemis de la liberté de la presse.

Des pays occidentaux en recul

Les dernières places sont occupées par le Turkménistan, la Corée du Nord et l’Érythrée, qualifiés de « trio infernal » par RSF. « La liberté de la presse (y) est tout simplement inexistante », dénonce l'ONG. Mais « les pays qui se prévalent de l’État de droit ne donnent pas l’exemple, loin de là », constate RSF. Pour preuve, les États-Unis (46e) perdent 13 places dans le nouveau classement. Son acharnement à traquer l’analyste de la NSA Edward Snowden, est compris comme un avertissement « à ceux qui oseraient livrer des informations dites sensibles ».

De même en Israël (96e), « la liberté de l’information reste soumise à l’argument sécuritaire », fait-on remarquer. Bien qu'elle gagne 17 places au classement, « les exactions de l’armée israélienne contre les professionnels de l’information palestiniens et étrangers restent extrêmement fréquentes, notamment lors des manifestations hebdomadaires devant le Mur de séparation », déplore RSF. L'entrée même au pays ne leur est pas garantie, comme en témoigne le cas de la photographe arrêtée le 28 avril à l'aéroport Ben Gourion de Tel Aviv. Des arrestations très fréquentes pour les voyageurs arabes et/ou musulmans (d'apparence du moins) qui aboutissent pour certains à l'expulsion pour des « raisons de sécurité »,

Les arguments de « menaces à la sécurité nationale » sont aussi courants en Turquie (154e), qui « demeure l’une des plus grandes prisons au monde pour les journalistes », confirmée par RSF par la gestion gouvernementale de révolte de Gezi, à Istanbul en mai 2013.

Pour sa part, la France se classe à la 39e place, soit deux points de moins que l’an dernier. En tête du classement, on retrouve pour la quatrième année consécutive la Finlande, suivie des Pays-Bas et de la Norvège. Dans ces pays, faire son travail de journaliste est beaucoup plus aisé qu'ailleurs.

Hommage aux héros de l'information

À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, RSF a publié, pour la première fois, une liste de 100 héros de l’information. « Dotés d’un courage exemplaire, ces "100 héros" contribuent, par leur travail ou leur combat, à promouvoir la liberté prévue par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, celle de "chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit" », fait-on savoir.

Le courage de ces journalistes, prêts à risquer leur vie pour informer leurs concitoyens, est indubitable. On y retrouve notamment Mazen Darwish pour qui son engagement en faveur de la liberté d’expression en Syrie lui vaut d’être poursuivi pour « terrorisme » avec d’autres confrères. Incarcérés depuis février 2012 dans l’enfer des prisons syriennes, ils sont actuellement incarcérés à Damas, en attente de leur procès.

Comme eux, les héros de l’information ont souvent été condamnés pour faire taire leur parole. En Azerbaïdjan, Khadjia Ismaïlova, une journaliste d’investigation connue pour ses enquêtes approfondies sur la corruption au plus haut niveau de l’Etat, a été condamnée en 2013 à balayer les rues pour avoir participé à une manifestation non autorisée. « Ses révélations sur la mainmise du clan présidentiel sur les activités économiques les plus rentables du pays et ses investissements dans des paradis fiscaux font référence », indique RSF.

Malick Aliou Maiga, au Mali, Waleed Al-Shehhi, aux Emirats arabes unis, Hasan Cemal, en Turquie, Najiba Ayubi, en Afghanistan et même Julian Assange, fondateur de Wikileaks qui est cloîtré dans l’ambassade d’Équateur, à Londres, depuis août 2012... la liste est longue à égrener (à consulter ici). Autant de parcours professionnels exemplaires qui doivent être soutenus et promus pour préserver une liberté trop souvent bafouée ou méprisée.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu