Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L’islam occupe trop de place dans les débats publics (IFOP)

Rédigé par Saphirnews | Vendredi 14 Octobre 2016



L’islam occupe trop de place dans les débats publics (IFOP)
L’islam a pris une place démesurée dans les débats publics en France. C’est ce que pensent une majorité des Français interrogés par l'Ifop dans un sondage rendu public jeudi 13 octobre. A l’inverse, 27 % estiment qu’on en parle « pas assez » et 17 % « comme il faut ».

Pour Mohamed Skander, du collectif Vivre ensemble, commanditaire du sondage, il s’agit d’ « un résultat plutôt rassurant, qui témoigne d’un décalage entre les stratégies de communication des hommes politiques et la réalité ». 2 000 personnes ont été interrogées du 7 au 12 octobre par des formulaires en ligne pour l’étude et leur représentativité a été organisée par des quotas.

70 % des Français pensent que les personnalités politiques ont trop parlé des « Gaulois », une polémique générée par les propos de Nicolas Sarkozy qui déclarait que « dès que l'on devient Français, nos ancêtres sont les Gaulois ». Il en va de même pour la controverse autour du « burkini » (69 %), des « prénoms musulmans » d'Eric Zemmour (59 %) ou de « Marianne » (51 %) suite aux déclarations de Manuel Valls expliquant que si ce symbole de la République n'est pas voilée, c'est « parce qu'elle est libre ».

Aux yeux des deux tiers des sondés, Marine Le Pen (66 %) et Nicolas Sarkozy (65 %) arrivent en tête des candidats exploitant le plus les questions relatives à l'islam. Le Premier ministre Manuel Valls (51 %) occupe la troisième place du podium, loin devant François Hollande (36 %), François Fillon (31 %), Jean-Luc Mélenchon (30 %) et Cécile Duflot (28 %), indique le collectif Vivre ensemble. Le maire de Bordeaux Alain Juppé arrive dernier avec 27 % de Français qui trouvent qu'il parle « trop » de ces sujets.

Le premier débat des primaires de droite organisée jeudi 13 octobre ont été une nouvelle occasion de constater la trop grande place donnée à l'islam en des termes négatifs dans les débats politiques.

Lire aussi :
Le sondage polémique du JDD qui renforce les clichés
L'intox de Valeurs actuelles sur les musulmans face à l'EI
Rapport Montaigne sur les musulmans de France : 28 %, pourquoi le chiffre choque
2007-2012 : Les musulmans votent toujours plus à gauche




Loading











Recevez le meilleur de l'actu