Connectez-vous S'inscrire






Cinéma, DVD

« Ils l’ont fait », une comédie satirique et civique sur la politique en banlieue

Rédigé par | Mardi 14 Février 2017

Diffusé actuellement au cinéma La Clef, à Paris, « Ils l’ont fait » parodie l’impitoyable monde de la vie politique dans les banlieues françaises. Un film indépendant qui raconte l’histoire (im)probable d’un jeune du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie (campé par Oumar Diaw) qui, plutôt que d'accepter un poste de vigile dans un magasin low cost ou de pointer au chômage, choisit de se présenter aux élections municipales.



Et si les rôles étaient inversés ? Et si c’était un jeune Noir, RMIste, qui défiait un maire blanc, quinquagénaire et corrompu ? « Vous en avez assez de toute cette racaille ? Eh bien, on va vous en débarrasser ! », clamerait Khalifa Kamara, s’adressant à un habitant qui, du haut de son balcon, évoquerait son ras-le-bol des conditions de vie en banlieue.

Eh bien, ils l’ont fait ! Les coréalisateurs Saïd Bahij et Rachid Akiyahou, accompagnés de Khalid Balfoul et de Majid Eddaikhane, se sont réunis tous les jours pendant quatre mois pour écrire le scénario du long métrage. Malgré diverses tentatives, ils n’ont pas réussi à obtenir les aides du Centre national du cinéma (CNC) et autres financements du circuit traditionnel. Originaires du Val-Fourré, à Mantes-la-Jolie (Yvelines), ils ont fait appel au crowdfunding pour rassembler 5 414 euros grâce à des petits donateurs. Afin de ne pas éveiller les soupçons de la municipalité entre autres, le pitch évoquait seulement une histoire de braquage de « plusieurs centaines de millions d’euros sans armes ni violence ».

Au casting d’« Ils l’ont fait », on trouve Oumar Diaw dans le rôle de Khalifa Kamara. Ce jeune Mantois s’est fait remarquer notamment pour avoir joué en duo avec Sabrina Ouazani dans la pièce « Amour sur place ou à emporter ». Ils remplaçaient là le duo Noom Diawara et Amelle Chahbi. Oumar Diaw a joué également aux côtés de Jean Reno dans le film d’action « Antigang », sorti en salles en 2015. Il se mettra bientôt dans la peau de Youv, un détenu de la prison de Bois-d'Arcy, devenu star sur Facebook grâce à ses chroniques sur la vie de taulard. Marc Pierret, comédien expérimenté surtout dans le répertoire du théâtre classique, incarne, quant à lui, le maire Jacques Adie. Les secondes rôles ne déméritent pas, en particulier Crevette (interprété par Yassine Chatti) et Momo (joué par Abderahim Khalil) qui incarnent les hommes de main de chacun des deux candidats à la municipale. Les co-scénaristes Saïd Bahij et Majid Eddaikhane sont également à l'écran et quelque 200 personnes, dont de nombreux habitants de Mantes-la-Jolie, ont participé bénévolement au tournage.

« Ils l’ont fait » s’inscrit dans le registre de la comédie. Le film met en lumière la réalité de la vie politique dans de nombreux quartiers populaires. Le maire Jacques Adie, adepte du clientélisme et du triple discours est prêt à toutes les bassesses pour se faire élire. Enfiler une djellaba pour saluer la communauté marocaine autour d’un thé, puis un boubou pour les Sénégalais en partageant un thiéboudiène et ensuite promettre, lors d’une réunion avec des citoyens blancs, la fin du rap et du halal. Epaulé par ses « Arabes de service », Jacques Adie sait remplir ses poches en achetant des soutiens en échange de postes de gardien de gymnase ou d’octroi d’appartements.

Face à cette corruption, Khalifa Kamara sait s’entourer d’une équipe ad hoc (le débrouillard, l’avocate militante, l’intellectuel, la geek) pour inciter les habitants du quartier à se saisir des bulletins de vote et reprendre en main leur ville. « Votez pour nous, c’est voter pour vous ! », « Votez pour nous, ils auront le seum ! » sont les slogans punchy et imparables de Khalifa.

Réalisé avec des bouts de ficelle, le film pêche quelque peu sur le plan technique par des prises de vue pas toujours bien léchées et un début un peu lent. Mais il est ensuite bien emmené par des répliques incisives, un scénario qui va bon train et par un jeu d'acteurs qui ne craignent pas d'en rajouter sans y mettre de la lourdeur ni du cynisme. Il prend son rythme au moment où la campagne électorale (impitoyable) prend son envol et les scènes où le minibus estampillé « Brigade des votes » vient dénicher les électeurs pour les emmener aux bureaux de vote sont particulièrement savoureuses. Le tout est accompagné d'une excellente bande son, qui ne manque pas non plus d'humour et de connotations politiques.

Les premières projections du film se sont déroulées début 2015 d’abord à Mantes-la-Jolie. N’ayant pas de visa d’exploitation, l’équipe du film a investi un camion et arpenté les routes à destination des quartiers populaires de France. En l’espace de deux ans, plus de 90 projections-débats ont été organisées dans 20 villes, pour un total de près de 10 000 spectateurs. « Ils l’ont fait » a même été projeté lors de Nuit Debout sur la place de la République, à Paris. Le long métrage a obtenu la reconnaissance de l’Académie française en 2015, en obtenant le prix de la Fondation Feuilhade pour la solidarité de proximité. Une aide précieuse qui a facilité l’obtention, fin 2016, d’un visa d’exploitation.

« Ils l’ont fait » est diffusé en exclusivité dans le cinéma La Clef (34, rue Daubenton - 75005 Paris), du 15 au 28 février 2017.






Loading











Recevez le meilleur de l'actu