Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Exclue pour jupe trop longue : le coup de com' réussi de Kiabi

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 29 Avril 2015



Kiabi France a pris la défense d'une jeune fille exclue de son école pour une jupe trop longue... achetée auprès de l'enseigne.
Kiabi France a pris la défense d'une jeune fille exclue de son école pour une jupe trop longue... achetée auprès de l'enseigne.
C'est un savoureux petit coup de com'. Suite à l'exclusion de Sarah K. de son collège de Charleville-Mézières (Ardennes) à cause de sa jupe trop longue, Kiabi prend sa défense sur Twitter. Pour cause, sa jupe a été achetée auprès de cette enseigne « pour 2 € ».

La chaîne de magasins de vêtements à bas coût a vite réagi sur Twitter mardi 28 avril. « On ne comprends pas bien ce que les gens ont contre nos jupes... » avec le hashtag #JePorteMaJupeCommeJeVeux et y ajoutant même « Et puis c'est tout ! ». Une façon pertinente pour la marque d'intervenir sur une situation qui engendre des conséquences si graves pour certaines des musulmanes concernées, au nom de principes républicains dévoyés. Outre le soutien affiché à la jeune fille exclue, Kiabi entend tirer profit de la polémique pour mettre un coup de projecteur sur ses jupes.

Sarah s'est sentie obligée de justifier sa bonne foi en expliquant que si elle porte le hijab, elle se dévoile « tous les matins avant d’entrer au collège », bien consciente qu’elle n’a « pas le droit à l’intérieur », respectant ainsi la loi de 2004. En portant sa jupe Kiabi, qui respecte les codes de la mode actuelle, « il n’y a aucun signe religieux du tout », précise-t-elle. Donc où est l'infraction ? C'est la question que posent ses parents qui sont hors d'eux, rappelant que « ce n’est pas interdit par la loi de mettre des jupes longues ».

Ce n'est pas première fois que des responsables de l'Education nationale considère que le port d'une jupe considérée comme trop longue est « un signe ostentatoire d’appartenance religieuse ». Plusieurs jeunes filles ont été exclues pour ce motif, qui ne tient sur rien de légal.

Lire aussi :
Charleville-Mézières : exclue pour une jupe (trop) longue
Racisme : Kiabi s'excuse et retire les déguisements « zoulous »
Virée du collège pour une jupe : les dérives de la loi de 2004
Islamophobie latente : un nouveau « délit de jupe longue » dans le Val-d'Oise




Loading












Recevez le meilleur de l'actu