Connectez-vous S'inscrire






Religions

Evreux : malgré les conflits, feu vert obtenu pour la construction d'une mosquée

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mardi 14 Avril 2015



Djamel Lefkir n'est plus le président de l’Union cultuelle musulmane d’Évreux (UCME). Il a démissionné à l’occasion de la dernière assemblée générale du 24 janvier. Près de trois mois après, une assemblée générale extraordinaire (AGE) s'est tenue samedi 11 avril pour faire élire un successeur et valider les nouveaux statuts. Loin de se dérouler dans la sérénité, la réunion s’est terminée dans « les hurlements et les larmes », selon le journal local Paris Normandie.

D'importants désaccords internes ont pollué l’AGE de l'UCME, de celles qui avaient poussé Djamel Lefkir vers la sortie après trois ans et demi de mandat, provoquant ainsi la dissolution du bureau et du conseil d’administration. A ce jour, l’UCME n’a ni bureau ni conseil d’administration. Une situation particulièrement délicate alors que l’association a la lourde mission d’organiser la construction de la mosquée. Elle a tout de même un président : c'est Rachid Ayouche, enseignant de langue arabe et imam itinérant en charge du prêche du vendredi, qui aura la lourde tâche de présider la structure.

La mairie d'Evreux soutient avec prudence

L'UCME peut aussi se réjouir de deux bonnes nouvelles. Après la ville de Guichainville, qui lui a récemment délivré un avis favorable pour le permis de construire, c'est au tour de la commune d’Evreux, qui a changé de couleur politique en mars 2014, de lui donner son feu vert lundi 13 avril.

Le maire Guy Lefrand reste néanmoins prudent dans son soutien, en raison de l'« insécurité juridique » qui règne autour du projet, « le résultat de conflits au sein de la communauté musulmane qui devrait s’unir pour être le maître d’œuvre d’un tel projet ». Théoriquement, l’UCME a six ans pour ériger la mosquée. Mais le chantier n'est pas prêt de démarrer : l'association doit encore rassembler la somme de 2,4 millions d’euros pour lancer le projet et, surtout, réconcilier tous ses membres ainsi que les musulmans d'Evreux, désunis.

Des décisions de justice attendues

Rachid Ayouche se veut confiant pour réunir les forces. Contacté par Saphirnews, le nouveau président, flou sur les raisons des dissensions régnant au sein de l’UCME, affirme que chaque association membre prônait auparavant une vision différente du projet. « On doit apprendre de nos erreurs pour ne pas les recommencer. (…) Mon travail est celui de l’union », affirme-t-il, en déclarant son intention de contacter toutes les associations pour former le bureau.

« On est ouvert pour travailler avec tous ceux qui le veulent », y compris, selon ses dires, avec l’Association des musulmans d’Evreux, éludant le conflit avec l’UCME qui dure depuis plusieurs années. Des recours judiciaires de l'AME mais aussi du Front national suivent toujours leur cours. Les décisions rendues seront décisives pour l'avenir du projet cultuel.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu