Connectez-vous S'inscrire






Monde

États-Unis : les musulmans ont prié au Capitol Hill

Rédigé par Leila Belghiti | Mardi 29 Septembre 2009

La communauté afro-américaine est venue en nombre, vendredi 25 septembre, afin d’accomplir la prière commune, al-jumu’a, devant la Maison Blanche. Une initiative portée par l’institut Dar-el-Islam (New Jersey), autant saluée que décriée, notamment par les mouvements chrétiens conservateurs.



A l’initiative de la Grande Mosquée du New Jersey, Dar-ul-Islam, la prière du vendredi s'est déroulée devant le Capitole « dans l’esprit de l’unité islamique et de la solidarité américaine ».
A l’initiative de la Grande Mosquée du New Jersey, Dar-ul-Islam, la prière du vendredi s'est déroulée devant le Capitole « dans l’esprit de l’unité islamique et de la solidarité américaine ».
Une importante disposition policière a été mise en place pour assurer la sécurité des milliers de fidèles venus prier au Capitole. Plus de places dans les parkings, métros bondés. Même si l’événement n’a pas eu l’affluence qui était prévue (de cinq à dix mille personnes, selon les estimations), « l’ambiance de recueillement était bien présente », comme l’affirme Bocar Moussa Bâ, un des fidèles venus de la banlieue de Washington. « Les gens étaient très réceptifs, c’était très émouvant », poursuit-il, « ils pleuraient, emportés par l’extraordinaire voix de l’imam. »

L’imam, c’est Muhammad Jibril, un récitateur égyptien très connu, dont la voix retentit dans tout le Capitole, en récitant la sourate 87 du Coran, « Le Très-Haut ».

Un vendredi chargé de symboles, ponctué par les interventions de l’imam Abd el-Malik de la mosquée Elisabeth (New Jersey) et Hassan Abdellah Esq, organisateur et initiateur de l’événement. Le message est clair : « S’il y a quelque chose que les musulmans peuvent apporter aux États-Unis, c’est ce qu’ils ont de meilleur en eux. »

À quelques pas de l’entrée du Capitole, des membres des communautés chrétiennes et évangéliques manifestent, brandissant pancartes, distribuant CDs, et hurlant à qui veut les entendre que « l’Amérique est entre les mains du diable ».

En France, les musulmans sont partagés quant à la portée de cette prière symbolique : « Et dire qu’à Al-Aqsa toutes les prières jetaient l’anathème sur l’Amérique et demandaient sa perte... Dieu va exaucer quelle prière ? », s’interroge, dubitatif, Raouf, qui revient tout juste d’un séjour en Palestine occupée.

L’ensemble de l’événement a été financé par les fidèles seuls, amenés à cotiser cinq dollars et plus chacun. D'une portée hautement symbolique, ce rassemblement intervient quelques semaines après la publication du rapport du Pew Research Center ayant démontré une large méconnaissance de l'islam de la part des Américains.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu