Connectez-vous S'inscrire






Livres

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté, par ATD Quart Monde

Reçu à Saphirnews

Rédigé par Saphirnews | Vendredi 18 Novembre 2016



Présentation de l’éditeur

Plus les inégalités augmentent, plus elles sont présentées comme le résultat d’une compétition économique où les vainqueurs démontrent leurs qualités et les vaincus leurs inaptitudes. Les pauvres sont sur le banc des accusés. S’ils sont pauvres, ce serait « de leur faute ». Le chômage, ce serait à cause d’eux, car « si l’on veut travailler, on trouve ». Les sans-domicile ? « S’ils sont à la rue, c’est qu’ils l’ont choisi ». Le manque de revenus ? « On ne vit pas trop mal avec un RSA ! » Au centre de ce procès, le « cancer de l’assistanat » favorisé par « un État qui dépense trop pour la protection sociale ». Cibles privilégiées des attaques, les réfugiés, qui « viennent profiter de notre système de santé ».

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté, par ATD Quart Monde
Fort de ses 70 000 exemplaires diffusés lors des deux premières éditions, ce livre entièrement mis à jour par ATD Quart Monde réplique point par point à 117 idées reçues dont une trentaine inédites. Accessible à un grand public, cet ouvrage démontre, chiffres, documents officiels et travaux de chercheurs à l’appui, que cette stigmatisation des pauvres repose non sur des faits, mais sur des discours qui masquent les véritables causes de la misère. Enrichi par les apports de 14 partenaires, cet antidote à la mise à l’écart des pauvres propose des idées neuves pour éradiquer la misère. Et si, au lieu d’élever des murs de préjugés, on construisait les ponts d’une société reposant sur l’égale dignité de chacun ?

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté, par ATD Quart Monde

Extrait de la préface (écrite par Costa-Gavras)

L’humiliation est une chose insupportable

Ma mère me disait souvent : « N’oublie jamais que ceux qui sont repus ne croient pas ceux qui ont faim. » Nous sommes des millions à être repus dans le monde et nous tournons le dos à ceux qui connaissent la précarité et la pauvreté. Ce livre décrit en détail tous ces moments auxquels nous leur tournons le dos et les arguments erronés que nous utilisons.

Avant de réfléchir à la manière dont on peut aider à changer la situation d’une personne, il faut commencer par la respecter et par respecter ses besoins. C’est le premier pas, le plus important et celui que l’on fait rarement. C’est à ce respect qu’invite ce livre, de manière détaillée et surprenante par tout ce qu’on y apprend. Lorsque je l’ai lu, j’ai été surpris et bouleversé.

Notre incapacité personnelle à changer les choses et à résoudre les difficultés qu’affrontent les pauvres nous rend très négatifs, sinon méchants. Se retourner contre eux devient alors comme une consolation. «Ce n’est pas de notre faute, c’est de leur faute à eux », pensons-nous. Il faut au contraire sortir de cette logique qui est très humaine mais erronée. C’est pour cela que je parle avant tout de respect inconditionnel. De ce respect peuvent découler beaucoup de choses.

Dans mon enfance, j’ai vécu des choses très dures. Mon père était engagé pendant la guerre avec le Front de libération nationale fondé par le parti communiste. Quand la monarchie est revenue en Grèce après-guerre, les gens qui faisaient partie de la petite classe moyenne comme nous ont perdu leur travail. J’étais alors adolescent, je prenais conscience de la vie et des choses. J’ai ressenti tout le mépris et le rejet que ma famille suscitait, comme si les gens nous disaient : « Laissez-nous en paix, dans notre tranquillité de repus », même des gens à qui nous ne demandions rien.

La pire chose que les pauvres doivent ressentir, en dehors des manques matériels, c’est certainement l’humiliation. Le mépris que l’on vous porte pour une situation que vous n’avez pas choisie est une chose insupportable.

Les auteurs

Jean-Christophe Sarrot est journaliste au sein du mouvement ATD Quart Monde. Marie-France Zimmer est militante de l'association ATD Quart Monde. Claire Hédon est présidente d’ATD Quart Monde France.

ATD Quart Monde, En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté, Editions de l’Atelier, octobre 2016, 224 p., 5 €.






Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Novembre 2016 - 12:30 Confidences à mon voile, de Nargesse Bibimoune


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu