Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Egypte : les violences intercommunautaires font rage

Rédigé par La Rédaction | Lundi 8 Avril 2013



Mohamed Morsi a condamné, dimanche 7 avril, les violences contre les Coptes (chrétiens d'Egypte) devant la cathédrale Saint-Marc du Caire, qui ont fait deux morts et 89 blessés.

« Je considère toute attaque contre la cathédrale comme une agression contre moi-même », a déclaré le président égyptien dans un communiqué, en précisant avoir ordonné l’ouverture d’« une enquête immédiate ».

Ces violences sont intervenues après les obsèques de quatre Coptes tués vendredi soir lors d’affrontements avec les musulmans dans le gouvernorat de Qalyoubia, au nord du pays.

Ces heurts avaient démarré après qu’un musulman eu réprimandé des enfants qui dessinaient une croix gammée sur un institut religieux. Une dispute avait alors éclaté entre le musulman et un passant chrétien. Elle avait dégénéré et des tirs d’armes automatiques avaient été échangés entre musulmans et chrétiens. Un musulman a également perdu la vie lors de ces affrontements.

En Egypte, les violences opposant les musulmans à la minorité copte, qui représente près de 10 % de la population, deviennent fréquentes. Depuis la chute du régime de Hosni Moubarak en février 2011, une cinquantaine de chrétiens et de musulmans ont ainsi été tués.

Ces nouveaux heurts interviennent alors que le climat sociale et politique est très houleux en Egypte. Mohamed Morsi fait face, en effet, à une contestation de plus en plus vive de ses opposants. Dernièrement, des manifestants hostiles à sa politique se sont affrontés avec la police, samedi 6 avril, dans plusieurs villes du pays.

Lire aussi :
Egypte : condamné à mort pour le meurtre de coptes
Egypte : 15 ans de prison pour une famille convertie au christianisme
Attentat en Égypte : les condamnations unanimes des musulmans
Des musulmans au secours d’une église copte du Caire
Egypte : nouvelles violences meurtrières, les législatives annulées
Egypte : la colère du peuple, deux ans après la chute de Moubarak
Egypte : l'appel au « dialogue national » de Morsi ne calme pas les tensions
Crise en Égypte : du bon usage des islamistes




Loading












Recevez le meilleur de l'actu