Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Diversité à la télé : l’exemple canadien en mouvement

| Jeudi 8 Janvier 2009

La chaine publique canadienne et francophone "Radio-Canada" prend la question de la diversité à bras le corps en matière de fictions puisqu'elle va auditionner et recruter des comédiens autochtones ou issus des communautés culturelles de tous âges. Objectifs : enrichir sa banque de comédiens de la télévision et surtout refléter la société dans son ensemble, sans tomber dans la caricature. Cette mesure de discrimination positive n'est pas sans rappeler le retard en matière de "diversité" à la télévision française.



Diversité à la télé : l’exemple canadien en mouvement
La télévision de Radio-Canada tiendra en février des auditions afin de se constituer une banque de comédiens autochtones ou issus des communautés culturelles de tous âges.

« Notre but est d'avoir un imaginaire de toutes les couleurs. On doit être le reflet de la société qu'on dessert comme service public » explique Nadia Rousseau, première conseillère à la diversité à Radio-Canada.

Or, au Québec, entre 2001 et 2006, la proportion de la population appartenant à une minorité visible a grimpé de plus de 30 % selon Radio Canada. « Dans un certain nombre de téléromans, il y a des personnes issues de la diversité, mais on ne les voit à peu près pas dans les promotions», précise Nadia Rousseau.

Selon le site francophone de la société Radio-Canada, l'idée de ces auditions n'est pas de forcer les émissions à la caricature, en prévoyant spécifiquement « un rôle de noir » par exemple. Il s'agit plutôt de répondre à une demande. « Si on a besoin d'une comédienne espagnole dans la cinquantaine, il faut pouvoir la trouver », illustre Mélanie Ranger, conseillère au casting à Radio-Canada.

L'actuelle banque de comédiens de la télévision, constituée à partir des auditions passées chaque année par les finissants des grandes écoles de théâtre, ne comporte en effet que des gens d'une vingtaine d'années. C'est pourquoi les nouvelles auditions sont plus souples quant aux exigences de formation. Cette ouverture a suscité beaucoup d'enthousiasme si bien que le service de casting avait déjà reçu plus d'une soixantaine de candidatures répondant aux critères avant les vacances des fêtes de fin d'années.

Cette initiative louable de la part des canadiens rappelle le malheureux retard qu'accuse la France en matière de diversité télévisuelle, en témoigne les différents rapports publiés en 2008, à commencer par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) publié en novembre dernier.* Les rapports du club Averroès et de la commission Images de la diversité pointent eux aussi du doigt la "pâleur" de la télévision française.

Une démarche appuyée aux plus hauts sommets de l'Etat puisque dans son discours du 17 décembre dernier à la prestigieuse Ecole polytechnique de Palaiseau (Essonne), le président Nicolas Sarkozy a présenté un plan destiné à renforcer la présence de toutes les minorités au sein des élites françaises et visant à « accélérer puissamment (…) l’égalité réelle des chances et la promotion de la diversité, aussi bien dans l’administration que dans la politique, les grandes écoles ou les médias ».

Un plan gouvernemental en faveur de la diversité doit ainsi être présenté d'ici mars 2009. Celui-ci sera conduit sous la baguette d'un commissaire à la diversité et à l'égalité des chances, l'entrepreneur Yazid Sabeg.



*Voir aussi : Médias et diversité : difficile évidence





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu