Connectez-vous S'inscrire






Société

CFCM : la présidence d'Ahmet Ogras, tremplin pour organiser les élections de 2019

Rédigé par | Mercredi 5 Juillet 2017



CFCM : la présidence d'Ahmet Ogras, tremplin pour organiser les élections de 2019
L'heure se veut solennelle au siège parisien du Conseil français du culte musulman (CFCM). S'y est déroulée, mercredi 5 juillet, une conférence de presse inaugurant la troisième présidence de l'instance (et dernière du mandat), qui revient pour la première fois à une personne originaire de Turquie.

S'il avait été un temps envisagé par des membres du CFCM qu'Ahmet Ogras ne reprenne pas le flambeau après Anouar Kbibech, c'est bien le Franco-Turc de 46 ans qui se présente aux journalistes comme celui qui incarnera jusqu'en juin 2019 la tête de l'instance représentative du culte musulman, en vertu des statuts qui ont instauré une présidence collégiale et tournante visant à mettre fin aux incessantes crises de leadership.

C'est la bonne entente affichée entre les représentants du CFCM présents, Ahmet Ogras allant même jusqu’à parler d’une « fraternité sincère » avec le trio formé entre lui, Anouar Kbibech, désormais vice-président, et Abdallah Zekri, qui passe du statut de secrétaire à délégué général. « Je suis très bien entouré », dit celui qui, à maintes reprises ces dernières semaines, a demandé à être épaulé dans la tâche qui l’attendait. Il ne s'est pas fait prier. A la conférence de presse, Anouar Kbibech et Abdallah Zekri s'imposent d'eux-mêmes pour dresser le bilan et évoquer une feuille de route.

Face à la radicalisation, « cesser d'incriminer le culte musulman »

Le leitmotiv d’Ahmet Ogras : se doter d’un « CFCM fort » et lui donner pour cela les moyens de fonctionner correctement. « A nous fédérations de mettre la main à la poche », martèle-t-il, sans pouvoir donner plus de détails sur la façon dont il peut espérer obtenir gain de cause auprès des organisations. Si cette question est cruciale, encore leur faut-il l’envie de financer le CFCM, à l'heure où la mise en place effective d'une association cultuelle voulue par l'Etat est déjà problématique.

A ce stade, il faut faire avec les moyens du bord. Et pour Aslam Timol, chargé de mission, le CFCM a fait « un excellent travail » avec le peu dont l'instance dispose s’agissant de la lutte contre la radicalisation. S’insurgeant du fait que soit souvent, face au phénomène de radicalisation, « incriminé le cultuel » sans que les responsabilités de l’Etat dans le problème soient vraiment questionnées, il estime que « le CFCM n’a pas à apporter toutes les réponses ». Abdallah Zekri, également président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, marque aussi son ras-le-bol de voir les musulmans sans cesse pointés du doigt alors qu’ils ne sont « ni responsables ni coupables » des crimes commis par des terroristes.

Anouar Kbibech se targue tout de même de la création du conseil religieux en avril dernier regroupant « 30 imams de sensibilités diverses » et qui donne ainsi « une dimension théologique au CFCM » qu’il n’avait pas jusqu’à présent. Face aux « usurpateurs » de l'islam, « le conseil religieux est la pierre angulaire de la lutte contre la radicalisation dans les mois et les années à venir », indique-t-il, annonçant l’établissement à la rentrée d’une liste d’une quinzaine de livres « qui font consensus » pour mieux connaître l'islam. Un projet vidéo est aussi sur la table.

CFCM : la présidence d'Ahmet Ogras, tremplin pour organiser les élections de 2019

Horizon 2019

C'est surtout la préparation des élections de juin 2019 qui va indubitablement occuper la présidence d'Ahmet Ogras. Pour Anouar Kbibech, la première année devrait être consacrée aux discussions et débats sur les statuts du CFCM et l’éventuelle réforme à adopter, idéalement en septembre 2018. « Il faudra faire un bilan sur la présidence collégiale et tournante, ses avantages et inconvénients » pour prendre les mesures adéquates qui ne fâcheront personne, dit-il.

S’il est « plus facile » d’organiser des élections aujourd’hui que par le passé pour Ahmet Ogras, rien ne dit qu’elles ne se dérouleront pas sans conflit ouvert ou même boycott.

Lors de l'iftar du CFCM en juin, Emmanuel Macron a prévenu le CFCM : il faut dès à présent préparer « ce temps fort » que seront les élections : « Elles ont trop souvent été marquées par des refus de participation. Nous savons que le nombre de mosquées qui participent à ces élections (…) est encore aujourd’hui trop faible, nous savons que vos associations peinent à recruter des bénévoles plus jeunes pour assurer leur fonctionnement et leur développement. Voilà les enjeux des élections pour l’horizon 2019. »




Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur



Loading














Recevez le meilleur de l'actu