Connectez-vous S'inscrire






Société

Attentats, état d'urgence, Charlie... le bilan 2015 en chiffres

Rédigé par Samba Doucouré | Samedi 9 Janvier 2016

L’année 2015 aura été marquée par une série d'attaques terroristes qui ont frappé de plein fouet la France. Ces tragédies, particulièrement celles de novembre qui ont déclenché l’état d’urgence, ont fait de 2015 une année exceptionnelle pour les Français. Bilan en chiffres.



Attentats, état d'urgence, Charlie... le bilan 2015 en chiffres

Une année meurtrière

147 C'est le nombre de victimes des attentats : 17 victimes en janvier lors des attaques contre la rédaction de Charlie Hebdo, puis à Montrouge et à l’Hypercasher ; 130 victimes lors des attentats de Paris et Saint-Denis en novembre.

8 journalistes sont morts en France, ce qui fait de l’Hexagone le troisième pays le plus meurtrier pour les journalistes après la Syrie et l’Irak (ex-æquo avec 9 morts) selon Reporters sans frontières (RSF).

4 000 dossiers d’indemnisations ont été déposés au Fond de garantie des victimes d’actes terroristes et d’autres infractions (FGTI), soit autant que depuis sa création en 1986.

La Charlie-mania

4,3 millions d'euros de dons reçus, dont 3 millions de la part de particuliers et 1 million de la part de l’État. Le journal a annoncé qu’il redistribuera la somme aux familles des victimes des attentats de janvier.

20 millions d'euros de chiffre d’affaires pour Charlie Hebdo sur l’année.

200 000 sont abonnés à l’hebdomadaire satyrique contre 10 000 avant les attentats.

80 000 exemplaires sont vendus chaque semaine en moyenne, ce qui mené l'Etat à exclure Charlie Hebdo des aides de la presse. Plus d'un million d'exemplaires ont été tirés pour le premier numéro de l'année 2016.

Une riposte sécuritaire de l’État

20 000 fiches S dont « 10 500 concernent les individus mis en attention pour leur appartenance à la mouvance islamique, la mouvance radicale, ou leur lien avec la mouvance » existent selon Manuel Valls.

2 977 perquisitions administratives et 391 assignations à résidence ont été recensés depuis le 13 novembre dans le cadre de l'état d'urgence.

200 interdictions de sortie de territoire ont été prononcés contre des individus soupçonnés de vouloir rejoindre des groupes terroristes en Syrie et en Irak.

213 détenus décrits comme des « islamistes radicaux », selon Matignon, sont actuellement en prison.

25 infractions en lien direct avec le terrorisme ont été mises à jour, a annoncé jeudi 7 janvier François Hollande lors de ses vœux aux aux forces de sécurité.

La prévention

10 000 soldats déployés pour l’opération Sentinelle depuis les attentats de janvier afin de protéger les institutions, les lieux de cultes et autres lieux sensibles.

3 645 individus repérés par la police par l’intermédiaire du numéro vert Stop djihadisme. Ce chiffre n’indique cependant pas la pertinence des signalements.

484 jeunes sont suivis par le Centre de Prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI).

Une islamophobie galopante

400 actes islamophobes ont été recensés par la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme (DILCRA), soit trois fois plus qu’en 2014.

222 actes visant les musulmans ont été recensés par le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) depuis les attentats de novembre et jusque fin décembre 2015.

Lire aussi :
La réforme de la Constitution menace d'ériger les mesures d'urgence en nouvelle norme
Un mois d'état d'urgence, ses abus et son lot de récits inquiétants
La fiche « S », qu’est-ce que c’est au juste ?




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu