Connectez-vous S'inscrire






Religions

Après Epinay, la mosquée du Bourget fermée

Une manipulation politique en vue ?

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mardi 14 Décembre 2010

Après la mosquée d’Epinay-sur-Seine, c’est au tour de celle du Bourget, en Seine-Saint-Denis, d’être fermée depuis le 7 décembre, sans que les fidèles aient été informés au préalable, pour des raisons de sécurité selon la mairie. Les fidèles réclament la réouverture de la mosquée, ouverte par d’anciens responsables de la mosquée de Drancy, commune voisine du Bourget, et détracteurs de l’imam Hassan Chalghoumi. Drancy, Epinay, Bourget… leur particularité : ces villes sont toutes trois dirigées par des maires centristes.



Après Epinay, la mosquée du Bourget fermée
Les fidèles de la mosquée au Bourget (93), avenue de la Division-Leclerc, sont consternés. Venus pour la prière du crépuscule (maghreb) comme à leur habitude le 7 décembre dernier, ils ont trouvé portes closes. Ils n’ont eu, pour seule explication, qu’un simple mot accroché à l’entrée par la police, qui a procédé à la fermeture de la mosquée sur ordre du maire Vincent Capo-Canellas (Nouveau Centre).

Selon la mairie, la fermeture de la mosquée est motivée par des raisons de sécurité. « A la suite d’un avis défavorable de la Commission de sécurité, comme les textes le prévoient et lui en font obligation, le maire du Bourget a pris un arrêté de fermeture d’un local utilisé comme établissement recevant du public (ERP) », informe le cabinet du maire par communiqué.

Une mauvaise surprise pour les fidèles ainsi que pour l’Association culturelle des musulmans des Deux Rives (ACMR), gestionnaire de la mosquée, d’autant plus qu’aucun incident n’avait été signalé auparavant avec la mairie ni une quelconque institution depuis son ouverture au mois du Ramadan 2010.

Une mosquée indépendante de la mairie

Cette affaire rappelle évidemment bien une autre : celle de la mosquée d’Epinay-sur-Seine, gérée par la Grande Mosquée de Paris sur demande du maire. Mais, contrairement à celle-ci, les locaux du lieu de culte de Bourget appartiennent non pas au maire mais à l’ACMR.

« Cette décision s’inscrit dans le cadre de l’application de la réglementation : tout établissement recevant du public est soumis à des règles de sécurité », précise la mairie, ajoutant que « l’usage de cet ERP (mosquée) n’entre pas dans la motivation de la décision prise » et « ne met pas en cause la liberté de culte ».

Pourtant, il semble que c’est le cas. L’association, qui a fait l’objet d’une visite de la Commission de sécurité en novembre, devait se charger à mettre la mosquée aux normes dans les deux mois suivant la visite. Les 60 jours n’ont pas été écoulés que la mairie a pris la décision, sans prévenir l’association, de fermer l’édifice religieux, estimant que la non-conformité des lieux aux règles de sécurité était une raison suffisante. Les travaux d’aménagement et d’extension de la gare du Bourget, qui ne vont pas tarder à commencer, y seraient pour quelque chose.

Des maires du Nouveau Centre mis en cause dans ces affaires

En outre, comme Le Bourget, Drancy est conduit par le Nouveau Centre (Jean-Christophe Lagarde) et le maire d’Epinay Hervé Chevreau, ex-Modem, bien qu’il ne soit pas encarté, est du centre droit.

Ces maires seraient-ils de mèche dans les décisions prises ces derniers mois ou ne sont-ce que de simples coïncidences ? La fermeture de la mosquée du Bourget pourrait en effet faire revenir les anciens fidèles de Drancy à la mosquée municipale drancéenne, vidée depuis les multiples incidents de mars dernier avec l’imam Chalghoumi.

En attendant, les musulmans du Bourget de l'avenue de la Division-Leclerc ne se laissent pas faire. Après de multiples appels aux services municipaux, la situation commencerait à se débloquer, à en croire une déclaration collégiale des responsables de la mosquée.

Dès le lendemain de la fermeture, « le dialogue a été établi entre les représentants de l’ACMR et les responsables de la municipalité. Un climat de confiance et de respect mutuel est engagé. […] L’instruction du dossier et les échanges avec la mairie sont en de très bonne voie », peut-on lire.

« Cependant, des limites ont été franchies par certains par excès d’émotion non contrôlée, dans la manière d’interpeller les services de la municipalité », indique le président de l’ACMR, invitant les mécontents à « cesser toute forme de pression ou de harcèlement en direction de la mairie ». « Il est de notre devoir d’exploitant du site de la mosquée de promouvoir un climat de confiance dans les institutions et de faire respecter le dialogue constructif et positif entrepris par l’ACMR et les responsables de la mairie du Bourget pour trouver ensemble une solution durable », conclut-il.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu