Connectez-vous S'inscrire






#1AnAprès

Anas Saghrouni : Acteurs de la société civile, restons unis et œuvrons pour l’avenir

Rédigé par Anas Saghrouni | Mardi 19 Janvier 2016

Un an après les premiers attentats qui ont bouleversé la société française, que faut-il retenir de ces funestes événements et de leurs conséquences ? Quels messages promouvoir et que préconiser pour construire une société meilleure ? Le point sur Saphirnews avec Anas Saghrouni, président des Étudiants musulmans de France (EMF) et membre de l’exécutif du Forum européen des organisations musulmanes de jeunes et d’étudiants (FEMYSO).



Anas Saghrouni est président des Étudiants musulmans de France (EMF) et membre de l’exécutif du Forum européen des organisations musulmanes de jeunes et d’étudiants (FEMYSO).
Anas Saghrouni est président des Étudiants musulmans de France (EMF) et membre de l’exécutif du Forum européen des organisations musulmanes de jeunes et d’étudiants (FEMYSO).
Les attentats qui ont attaqué Charlie Hebdo et l’Hyper Casher ainsi que les attentats du 13 novembre ont marqué l’entrée et la fin de l’an passé. Passé le deuil national, gageons qu’ils auront marqué les citoyens pour envisager la France autrement et qu’il sera compliqué de nous défaire de l’esprit du 11 janvier 2015 qui a succédé aux attentats de Charlie.

Cet esprit où chacun affirmait à qui voulait bien le croire que la nation resterait mobilisée comme un seul corps face au terrorisme et que prévaudrait l’union envers et contre tout. Si la volonté populaire était bien présente, les politiques n’auront toutefois pas tardé à sonner la fin de la récré et à reprendre leurs querelles habituelles, sans oublier au passage pour certains de pointer une certaine partie de nos concitoyens, les jetant ainsi en pâture au reste de la population.

Ne nous cachons pas les choses : cette année fut difficile et très marquée par ces événements du début de l’année 2015. Sommés par certains de nous justifier ou de nous excuser pour des actes certes horribles, mais dont nous sommes tout à fait innocents, nous n’avons jamais cédé à cette tentation, tout en essayant de promouvoir l’action de terrain qu’Étudiants musulmans de France (EMF) met en œuvre depuis maintenant plus de 26 ans, notamment sur le plan, social, culturel et syndical, au service de tous les étudiants, sans distinction aucune.

Politiques et médias, soyez les gardiens de la cohésion nationale !

Si, aujourd’hui, j’ai un message à adresser, ce serait d’appeler les différents responsables politiques ainsi que les médias à plus de responsabilité. Ils ont en effet été nombreux à trop en faire sur la promotion d’une vision dévoyée de la laïcité, consistant à neutraliser l’individu dans l’expression de ses convictions religieuses plutôt que d’affirmer la neutralité de l’État, en trahison de l’esprit de la loi de 1905.

Ainsi a été construit le mythe d’une laïcité telle qu’elle n’a jamais existé. On nous ressort le combat pré-1905 d’Aristide Briand, de Ferdinand Buisson et de Jean Jaurès versus Émile Combes – qui promouvait alors une version anticléricale de la laïcité et dont la vision n’a pas été retenue dans la version finale de la loi de 1905 au profit d’une version plus apaisée et plus inclusive promue par les premiers.

La conséquence en a été de monter certaines catégories de Français contre d’autres. Lorsque nos concitoyens juifs se font agresser parce qu’ils portent une kippa – comme cela fut le cas dernièrement pour un enseignant juif de Marseille – ou lorsque des femmes portant le voile sont quotidiennement agressées et discriminées, cela doit servir d’alertes à nos politiques ! Ils devraient être les premiers gardiens de la cohésion nationale et non jouer le jeu de la division !

Face au piège de la division, réaffirmons notre union par des actions concrètes

L’année s’est terminée, comme vous le savez, avec les attentats du 13 novembre. Comme tous les Français, nous avons été secoués par ces événements, nous nous sommes inquiétés pour nos proches, nos membres ont ressenti de la peur, de la tristesse, de la colère…

Des sentiments humains que nous avons voulu retranscrire dans une vidéo intitulée #NousSommesUnis – qui, à notre grande surprise, a fait le tour du monde – qui s’en voulait l’expression spontanée, loin de toute justification, loin de toute excuse.

#NousSommesUnis c’est aussi et d’abord le nom d’un collectif qui regroupe divers acteurs de la société civile aux côtés d’acteurs institutionnels, d’acteurs religieux.... Ce collectif part du constat simple et évident que le principal objectif des terroristes est de diviser et de déchirer la France en clivant ses citoyens les uns contre les autres, espérant ainsi qu’elle se détruise d’elle-même.

Ainsi notre réponse a-t-elle été de dire qu’il fallait réaffirmer cette union avec des actions concrètes, déclinées sur l’ensemble du territoire et avec une vision sur le long terme et pas seulement en réaction aux événements. Nous nous sommes rendu compte que ce message est partagé par beaucoup d’acteurs de terrain, ce qui nous donne de l’optimisme pour l’avenir.

Nous devons nous réapproprier notre devise républicaine

Enfin, j’aimerais aborder le sujet de l’état d’urgence. À la suite du 13 novembre a été décrété l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire. Chose inédite en France depuis 1961. Le projet de l’inscrire dans la Constitution est lancé, et je ne peux m’empêcher de ressentir de l’amertume. Il nous est dit que les terroristes ont attaqué nos libertés et notre mode de vie, je vois donc cet état d’urgence permanent comme une défaite face à eux !

De même pour la déchéance de nationalité qui fait oublier à l’opinion publique que les terroristes sont de purs produits des institutions françaises (écoles, prisons…). Je pense que la réponse devrait plutôt tendre vers plus de liberté, plus d’égalité et plus de fraternité et que nous devons nous réapproprier notre devise républicaine.

Il existe un discours politique et médiatique qui divise. À nous, acteurs de la société civile et citoyens, d’œuvrer pour un avenir meilleur. Le futur ne peut qu’être brillant si nous apprenons à nous unir grâce à nos différences, c’est le défi pour les musulmans et pour la communauté nationale !




Loading














Recevez le meilleur de l'actu