Connectez-vous S'inscrire






Société

Zoubida Chergui : 'Pour préparer un mariage aujourd'hui, on vient forcément à Paris'

Rédigé par Propos reccueillis par Assmaâ Rakho Mom | Jeudi 18 Septembre 2008

La deuxième édition du Grand salon du mariage oriental se tiendra samedi 4 et dimanche 5 octobre 2008 au Salon des Congrès/Paris-est Montreuil. Désireux de l'installer dans la durée, les organisateurs de ce salon, avec à leur tête Zoubida Chergui suivent les tendances tout en apportant l'innovation qui constituera le plus de l'événement. Entretien avec Zoubida Chergui.



Zoubida Chergui : 'Pour préparer un mariage aujourd'hui, on vient forcément à Paris'

Saphirnews : Quel sens donnez-vous à ce salon du mariage oriental ?

Zoubida Chergui : Le sens de ce salon, c'est de faciliter la relation entre les professionnels du mariage et les futurs mariés. L'idée c'est vraiment de représenter l'ensemble des corps de métiers et de faire en sorte qu'il y ait un rendez-vous annuel qui permette de mettre en œuvre un peu tous les artisans du mariage qui aujourd'hui sont un peu dans l'ombre. L'idée c'est de les présenter à la lumière durant ces deux jours et de présenter une panoplie complète qui permet aux futurs mariés de trouver les services dont ils peuvent avoir besoin pour être accompagnés dans le cadre de leur mariage.

Comment s'est déroulée la première édition du salon et quelles leçons en avez-vous tiré ?

Z. C. : L'an dernier il y a eu 80 exposants et 17 000 visiteurs sur deux jours. Le premier constat qu'il faut faire, au-delà des éléments quantitatifs, c'est que Paris fédère la partie mode ou représentativité au niveau du mariage, et lorsqu'on a besoin d'accompagner un mariage aujourd'hui, on vient forcément à Paris. Les visiteurs sont venus d'un peu partout en France.

Le deuxième constat, c'est que, pour comparer avec nos confrères qui organisent des salons du mariage comme au Carousel ou au Parc floral, on a drainé un visitorat qui existe chez eux depuis 8 à 10 ans d'expérience. Pour une première, la satisfaction est là, et en même temps les gens ont travaillé, ce qui veut dire qu'il y a eu une bonne osmose entre les professionnels et le grand public.

Ce que je retire de ce salon, c'est qu'il y avait un besoin fondamental de pouvoir représenter aujourd'hui les us et coutumes, puisque le mariage est culturel. On a facilité à de nombreux futurs mariés la rencontre avec des gens de qualité. Et on reçoit régulièrement des mails pour savoir si d'autres éditions vont se tenir.

En outre, l'ambiance du salon était extrêmement sympathique. Les gens sont venus comme on vient à un mariage, ils se sont appropriés le salon au même titre que les exposants.

Justement, qui sont ces exposants ?

Z. C. : S'agissant du profil des exposants, vous avez tout ce qui est traiteurs, robes, accessoires, ce qu'on appelle la neggafa, qui est la femme qui va avoir des tenues à louer et qui va embellir la mariée sur un plan maquillage, tenues, etc. Il y a également la partie hammam, bijoux, ce qu'on appelle faire-parts orientaux. Dans les métiers de bouche, la pâtisserie bien entendu. On va trouver aussi toute la partie musicale, qu'elle soit à caractère folklorique ou traditionnel.

Il n'y a rien de religieux...

Z. C. : Non, c'est plutôt culturel. La partie religieuse, des salons la traitent complètement comme celui de nos confrères de l'UOIF. Nous c'est plutôt une démarche facilitatrice sur le plan professionnel. Il n'y a pas de côté spirituel comme on pourrait l'attendre. Et je n'ai pas eu de demande là-dessus.

Existe-t-il un réseau de prestataires de services spécialisés sur le mariage, ou cela reste-t-il l'apanage de particuliers délivrant des services ponctuels ?

Z. C. : Non, non ! C'est vraiment un réseau de professionnels. Aujourd'hui on recense sur l'Ile-de-France, pas loin de 500 à 600 entreprises oeuvrant dans ce secteur d'activité. Quand on regarde l'ensemble des grandes villes françaises où il y a une forte concentration de population dite maghrébine, il existe quasiment autant de prestataires. A Paris, c'est une concentration beaucoup plus conséquente, mais aujourd'hui on a dans toutes les villes des professionnels qui sont là pour répondre à ces besoins.

Aujourd'hui un mariage, non seulement c'est un budget, mais en plus on ne peut pas prendre le risque de le rater. La tendance est dpnc de s'orienter vers des professionnels. Il y a une quinzaine d'années, les gens qui faisaient un mariage ne prenaient pas forcément de traiteur ou de salle de réception. Désormais, il n'y a pas un mariage qui se fait comme il se faisait traditionnellement. Et dans les pays du Maghreb c'est pareil.

Lors de notre premier entretien, vous chiffriez à 15 000 euros le montant d'un petit mariage. Est-ce toujours le cas ?

Z. C. : Ce qu'on a constaté l'an dernier par rapport aux devis qui ont été établis, c'est qu'un mariage maghrébin d'une manière générale, si on prend le henné et le mariage, on est entre 15 et 20 000 euros. Et la moyenne ce n'est pas 100 personnes, mais 300 personnes.

Et il y aussi une tendance qui veut qu'aujourd'hui, on va refaire un deuxième mariage dans le pays d'origine durant les vacances. Et par exemple au Maroc, les prestations de mariage sont excessivement chères, contrairement à ce que l'on peut imaginer, et cela suppose d'avoir de l'argent pour se marier.

Internet révolutionne-t-il l'organisation des mariages ?

Z. C. : Disons qu'il ne le révolutionne pas, il le facilite, puisque les moteurs de recherche vous permettent de trouver des prestataires ou d'accéder à des forums et d'entrer en interactivité avec des gens qui ont utilisé les services de ces mêmes prestataires. C'est facilitant, parce qu'on n'a pas pour le moment de guide ou d'annuaire qui recense l'ensemble de ces professionnels.

Pensez-vous que le mariage traditionnel a de beaux jours devant lui ou que les jeunes mariés s'orientent vers des mariages plus 'simples' ?

Z. C. : Non ! Pour être claire, je vais illustrer avec le rôle de la neggafa. Historiquement elle est marocaine. Si on regarde un peu son historique, on voit qu'elle est en train de s'étendre à l'Algérie et à la Tunisie. Donc on veut des choses traditionnelles parce que le mariage, il est culturel et religieux, quoi qu'on en dise. Cela on ne peut pas le gommer. Même quand on fait un mariage mixte, et il y a 40 000 mariages franco-maghrébins, on souhaite des choses traditionnelles avec une démarche un peu plus occidentalisée dans la présentation par exemple.

Quelles sont enfin les nouveautés de cette deuxième édition du salon du mariage oriental ?

Z. C. : Cette année le défilé va être mis en place avec le magazine Femmes du Maroc. Ce sont eux qui sont à l'origine du défilé Caftan haute couture, qui a lieu chaque année à Marrakech. L'idée c'est de les présenter au grand public et de donner la possibilité aux visiteurs du salon de rencontrer des stylistes renommés. Et c'est vraiment une première, car le défilé Caftan au Maroc n'est pas ouvert à tout un chacun.

Par ailleurs, on fait aussi un défilé spécial neggafa, en illustrant la partie Maroc, Algérie et Tunisie, avec tout le rituel du mariage qui va être accompagné des tenues traditionnelles. L'idée c'est de mettre en scène le rituel du mariage.


A lire aussi : http://www.saphirnews.com/Le-mariage-oriental-tiendra-salon-les-27-et-28-octobre-2007_a6314.html




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu