Connectez-vous S'inscrire






Cinéma, DVD

« Zaytoun » : l'olivier palestinien en terre d'Israël

Rédigé par | Mardi 19 Mars 2013



© Eran Riklis / Pathé Distribution
© Eran Riklis / Pathé Distribution
On ne choisit pas où on naît, on ne choisit pas son destin.

1982 : le soldat Yoni, pilote de chasse, se crashe au-dessus de Beyrouth et est fait prisonnier par l’armée palestinienne. Fahed, jeune garçon de 12 ans, qui vit avec son grand-père et son père dans un des camps palestiniens du Liban, est chargé de le surveiller. Pourtant : « Je te libère et tu me fais passer la frontière pour que je retrouve mon village et ma terre natale. »

Zaytoun, d’Eran Riklis, suit l’échappée de Yoni et Fahed à travers les « terres hostiles » puis l’amitié qu’ils vont nouer. Le film prend le temps d’« installer » la relation entre les deux protagonistes, l’un et l’autre étant chacun « victime » de la politique et de l’histoire de leur pays respectif.

En montrant comment le conflit israélo-palestinien peut détruire des destinées humaines sur plusieurs générations, le réalisateur ne donne pas d’échappatoire ni de solutions. Il se met simplement à hauteur d’homme et d’enfant pour évoquer cette guerre d’occupation dont on ne voit pas l’issue.

Si Zaytoun n'égale pas la qualité et la dramaturgie des Citronniers, le superbe film d'Eran Riklis sorti en 2008, il permet d'évoquer le conflit israélo-palestinien en imbriquant la petite à la grande Histoire, dont le poids pèse sur chacun des protagonistes.

Il nous fait surtout découvrir le jeune acteur Abdallah El Akal, à la fois sensible et déterminé, qui joue le rôle de Fahed, dans sa quête de son village disparu, aujourd'hui rayé des cartes géographiques israéliennes, afin d'y planter le pied d'olivier que son père, abattu au Liban, rêvait de planter lui-même...









Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Novembre 2016 - 11:00 Swagger : filmer la banlieue avec classe


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu