Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Une plainte pour apologie du terrorisme contre une pièce de théâtre sur Mohamed Merah

Rédigé par Imane Youssfi | Jeudi 13 Juillet 2017



Une plainte pour apologie du terrorisme contre une pièce de théâtre sur Mohamed Merah
Pour les familles des victimes de Mohamed Merah, cette pièce de théâtre ne passe pas. « Moi, la mort je l'aime comme vous aimez la vie » écrite par l'auteur algérien Mohamed Kacimi et mise en scène par Yohan Manca (également interprête du rôle de M. Merah) retrace les dernières heures de l'auteur des tueries à Toulouse et à Montauban avant d’être abattu par le Raid. Elle a été écrite à partir d’un verbatim avec les policiers, lequel avait été publié dans Libération.

Les familles des victimes ont demandé, mardi 11 juillet, l’annulation de la dernière représentation de la pièce à La Manufacture, dans le cadre du festival d’Avignon, où la pièce s'est jouée du 6 au 11 juillet.

« Nous qui avons la responsabilité de porter la voix de ceux qui ont péri à Toulouse et Montauban et celle de leurs familles, nous considérons qu’une telle entreprise de réhabilitation dans le contexte que nous traversons sous couvert d’alibi culturel est une honte et un déshonneur. Nous vous demandons d’y renoncer », ont fait savoir leurs avocats Maîtres Patrick Klugman, Ariel Goldman, Elie Korchia et Jacques Gauthier-Gaujoux.

Latifa Ibn Ziaten, une des mères des victimes, a critiqué la pièce de Mohamed Kacimi. « Mettre Mohammed Merah dans une pièce de théâtre, montrer ça, parler de lui, c’est faire de lui un héros. (…) Cela me fait peur, cette pièce, j’ai peur que ça donne des idées à des jeunes fragiles ».

Plainte pour apologie du terrorisme

Une pétition a même été lancée sur la plateforme Change, adressée à la ministre de la Culture Françoise Nyssen. Mise en ligne il y a trois jours, elle récolte à ce jour plus de 3 000 signataires. Mais la pièce a tout de même été jouée.

Une plainte pour apologie du terrorisme a été déposée contre l'auteur, Mohamed Kacimi, et le metteur en scène, Yohan Manca. Déposée dans un premier temps au TGI de Paris par les avocats de proches des victimes de Merah, la plainte a ensuite été transmise au parquet d'Avignon, a précisé le procureur de la République d'Avignon Philippe Guémas, apprend-t-on par l'AFP.

Le metteur en scène de la pièce, qui avait déjà été jouée au théâtre de la Loge à Paris du 11 au 13 novembre 2015, a fait savoir qu'il s'agit de « théâtre documentaire, politique ». « Merah avant d'être un monstre était un être humain. Pour essayer de comprendre ces jeunes terroristes, il faut entrer dans leurs têtes, dans leur parole. Ce n'est pas parce qu'on les humanise qu'on les excuse », a-t-il exprimé.

Lire aussi :
Latifa Ibn Ziaten : « Aujourd'hui, je vis pour les autres et pour la mémoire de mon fils »
Mohamed Merah manipulé, trahi et lâché par les services secrets français
Le frère de Mohamed Merah sous le feu des projecteurs
L'Etat reconnu responsable dans l'assassinat d'Abel Chennouf par Merah
Rapport sur l’affaire Merah : la DRCI mise en cause





Loading














Recevez le meilleur de l'actu