Connectez-vous S'inscrire






Monde

Une école musulmane à Québec

Rédigé par Amara BAMBA | Samedi 19 Août 2006

Les musulmans du Québec s’apprêtent à ouvrir une première « école musulmane ». Dénommée « école de l’Excellence », cette institution scolaire est l’aboutissement d’un projet qui commence en 1990. Les locaux du collège Bellevue à Sainte-Foy, un ancien collège catholique, accueilliront les élèves de l’Excellence. Ils y côtoieront ceux du collège Stanislas et ceux de l’école Montessori, deux établissements scolaires non musulmans.



Une école musulmane à Québec

Un symbole d’ouverture


Le programme pédagogique de l’Ecole de l'Excellence est celui de l’Education nationale. La directrice des programmes est une bénévole de religion chrétienne. L’embauche de cinq enseignants est prévue pour cette première année où seules la première et deuxième section de maternelle seront ouvertes. Les classes de niveaux suivants ouvriront progressivement selon l’évolution des niveaux scolaires.

Pour Amira Boulmerka, directrice de l’Excellence, le choix de partager le bâtiment de son établissement, la cour de récréation, le gymnase et la cafétéria est un symbole d’ouverture. « Les enfants ne sont certainement pas exclus, ni isolés » explique-t-elle à Cyberpress.ca.

L’administration a donné son accord pour le projet. Selon la procédure, le Ministre de l’Education doit aussi donner son accord. Son porte-parole a fait savoir à la presse que le projet remplissait toutes les conditions requises.

Pour l’heure, une dizaine d’élèves sont inscrits à Excellence. Les initiateurs collectent les fonds pour leur projet à but non lucratif. L’aide de l’Etat ne sera possible qu’une fois que l’école aura fait ses preuves. Pour les familles, les coût annuel de la scolarité est d’environ 2500 dollars canadiens (environ 1750 €) par enfant.

Pour des raisons historiques, les musulmans québécois ont commencé à s’organiser beaucoup plus tard que leurs concitoyens des régions anglophones. Dans la région de Montréal, on compte déjà une bonne dizaine d’écoles musulmanes.


Immersion multiethnique


C’est en 1990 que l’Association des étudiants musulmans de l’Université Laval (AEMUL) commence à organiser des cours de langue arabe durant les week-ends. Cet enseignement s’adresse aux enfants musulmans de la ville de Québec. Six ans plus tard, le Centre culturel islamique de Québec étend l’initiative à un large public.

Il faudra attendre l’année 2002 pour voir se mettre en place une collaboration avec la direction des loisirs de la ville de Québec. On compte alors quatre vingt dix enfants inscrits aux activités proposées et une dizaine de nationalités.

Forts de ce succès, certains parents musulmans émettent l’idée de l’Ecole de l’Excellence, une école dont « la philosophie d’éducation est inspirée par l’exemple du Coran et de la Sunna ». En 2004, leur initiative recueille quatre cents signatures.

Pour la direction de l’Excellence, « les enfants qui fréquenteront l’École de l’Excellence vivront une immersion dans un environnement multiethnique. Ils profiteront d’un programme d’enrichissement culturel (activités et travaux dans trois langues : français, arabe, anglais) et spirituel (religieux musulman et moral). Les élèves seront ainsi, mieux préparés à côtoyer des personnes à l’héritage culturel différent. Cela leur permettra de développer des capacités de communication interculturelle de façon naturelle et progressive. »

Une communauté récente


La présence musulmane au Canada est un phénomène très ressent. Jusqu’au milieu du XXe siècle, l’immigration au Canada était réservée à des personnes de religion chrétienne. En 1921 par exemple, les statistiques annoncent seulement 478 musulmans sur le territoire.

Lorsque ces lois furent abolies, la population musulmane est montée en flèche au rythme des difficultés économiques mais aussi des conflits de décolonisation que vivait le monde musulman. Ainsi, de 40 000 en 1970, ils sont passés à 250 000 en 1991.

Ces premiers migrants arrivèrent essentiellement des anciennes colonies anglaises et s’installèrent de préférence dans des zones anglophones. Ils s’y installent non seulement pour les facilités économiques, mais aussi certainement en raison de l’ouverture et du discours politiques des Canadiens anglophones qui défendaient les minorités ethniques du pays.

Il fallut attendre les années 1960 pour voir des musulmans francophones arriver et s’installer dans le bassin francophone à la faveur d’une politique d’immigration qui leur était bienveillante. Aujourd’hui, dans la seule ville de Québec, on compte environ 5000 musulmans.

Pour en savoir plus, voir:

Le site de l’Ecole de l’Excellence : http://www.ecoledelexcellence.ca/

L'excellent article de Ali Daher dans la revue Relation






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu