Connectez-vous S'inscrire






Politique

Un plan « discount » pour sauver les banlieues en crise ?

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Vendredi 22 Février 2013

Le gouvernement socialiste a dégainé son plan pour les banlieues, à l’issue d’un comité interministériel des villes (CIV) qui s’est tenu mardi 19 février, en présence de 20 ministres. Mais après 30 ans d’échec de la politique de la ville, les nouvelles mesures peuvent-elles vraiment permettre de diriger les banlieues françaises vers une sortie de crise ? L'Etat prévient : elle ne mettra pas plus de moyens budgétaires qu'avant pour aider les zones en difficulté.



Un plan « discount » pour sauver les banlieues en crise ?
Oubliées des politiques. Ce sentiment est celui des habitants des banlieues depuis des décennies, ce qui avait amené le collectif AC Le Feu (Association Collectif Liberté, Égalité, Fraternité, Ensemble, Unis) à occuper, en février 2012 en pleine campagne présidentielle, un hôtel particulier à Paris pour interpeller les candidats à l'Elysée sur les problèmes spécifiques des quartiers populaires.

Alors candidat, François Hollande avait rendu visite au collectif. Depuis son élection, le sentiment d’être les oubliés de l’action gouvernementale a ressurgi chez les habitants des quartiers populaires. A présent, leur situation semble être au cœur des préoccupations du gouvernement, qui a présenté, mardi 19 février, lors d’un comité interministériel des villes (CIV) à Matignon, un plan d’action à destination des banlieues, touchées de plein fouet par le chômage, la précarité et les discriminations.

Deux fois plus de chômeurs dans les banlieues

La nécessité d’agir dans les banlieues est primordiale. Et pour cause : « les inégalités persistent entre les banlieues, les quartiers, et le reste des territoires. Pire encore, ces inégalités ont recommencé à s’accroître depuis une dizaine d’années. Dans ces quartiers, plus d’une personne sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté au lieu d’une sur huit partout ailleurs. Le taux de chômage y est deux fois plus élevé. Près d’un jeune sur 4 y sort sans qualification du système éducatif, contre 1 sur 9 dans les quartiers urbains environnants », a détaillé le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, dans un discours prononcé à l’issue du CIV.

Pour lutter contre ses maux, 27 mesures ont été fixées. Elles s’articulent autour de cinq engagements : construire ensemble la politique de la ville, territorialiser les politiques de droit commun, rénover et améliorer le cadre de vie, concentrer les interventions publiques et lutter contre les discriminations.

Elles fixent le cadre d’une réforme qui a pu se faire après « une vaste concertation avec les habitants, les élus, les responsables associatifs, et tous les partenaires de la politique de la ville » lancée par le ministre délégué chargé de la Ville, François Lamy.

Priorité à la lutte contre le chômage

C'est l’emploi qui est au cœur du deuxième volet. Ainsi, 30 % des emplois d’avenir visant les jeunes de 16 à 25 ans, peu ou pas diplômés, seront déployés dans les quartiers, comme 25 % des services civiques. La Banque publique d’investissement (BPI), l'organisme public chargé de garantir le financement des petites et moyennes entreprises (PME) formellement créé en janvier 2013, devra soutenir les porteurs de projets de ces zones.

En outre, le dispositif « emplois francs » sera expérimenté dans dix villes. « En 2013, on le fera sur 2 000 emplois. Il s’agit de financer, avec le soutien évidemment de l’Etat, 5 000 euros par emploi la première année, les entreprises qui vont employer un jeune issu des quartiers concernés, qu’ils soient diplômés ou non diplômés », explique M. Ayrault.

Par ailleurs, les banlieues devront bénéficier en priorité de la scolarisation des enfants de moins de trois ans et de l'embauche de nouveaux enseignants. Les policiers et les médecins devront aussi y être en nombre suffisant.

« Pas de plan Marshall » bis

Pour tenir ses engagements, plusieurs ministères sont invités à participer à l’action politique dans les quartiers populaires. Le gouvernement socialiste compte ainsi témoigner de sa détermination à tenir l’engagement 27 de François Hollande.

Il serait temps car les habitants des banlieues, qui ont voté majoritairement pour le candidat socialiste, attendent des actions concrètes visant à améliorer leur quotidien. Dernièrement, des personnalités, appelant à la création d’un ministère de la diversité, ont fustigé le fait que les quartiers populaires soient totalement oubliés.

« Je voudrais en quelque sorte m’adresser aux habitants des quartiers populaires, et leur dire que l’Etat est de retour dans les quartiers, l’Etat républicain, celui de l’égalité entre les citoyens, celui de l’égalité entre les territoires, qu’ils soient ruraux, qu’ils soient urbains », a voulu les rassurer Jean-Marc Ayrault.

« Ce matin, je ne suis pas venu à la suite de ce comité interministériel vous présenter un nouveau "plan Marshall" pour les banlieues », a-t-il également voulu préciser, souhaitant démarquer la démarche de son gouvernement de celle menée par Nicolas Sarkozy quand il était au pouvoir.

En signe de la volonté de tenir compte de l’avis de la population de ces quartiers, « la politique de la ville donnera plus de place aux habitants au stade de l’élaboration même des futurs contrats de ville » , est-il indiqué dans la synthèse du CIV qu’a pu consulter Saphirnews.

« Pour y voir un peu plus clair sur la participation des acteurs de terrain, les acteurs citoyens, une mission en ce sens a été confiée à Marie-Hélène Bacque (sociologue et urbaniste, ndlr) et Mohamed Mechmache », président de AC Le Feu, a également ajouté le Premier ministre.

Une nouvelle géographie prioritaire en vue

Mais si l’Etat est de retour dans les banlieues dixit le Premier ministre, on note qu’il ne met pas de moyens supplémentaires pour aider les banlieues. Faute de marge de manœuvre budgétaire, il doit se contenter de mieux répartir les crédits existants. SOS Racisme déplore ainsi « la réduction des ambitions gouvernementales » et a estimé qu'à budget constant, il était « impensable de pouvoir répondre à l'urgence sociale qui demeure dans ces quartiers défavorisés ».

Dans un rapport publié en juillet 2012, la Cour des Comptes, qui faisait le constat d’échec de la politique de la ville menée ces dix dernières années, et notamment du Programme national de rénovation urbaine (PNRU) lancé en 2003 par Jean-Louis Borloo, alors ministre délégué à la Ville, conseillait au gouvernement de réduire le nombre de quartiers ciblés afin de renforcer l'efficacité de l'aide. La Cour déplorait également l'absence d'agences Pôle emploi dans beaucoup de quartiers visés par un contrat urbain de cohésion sociale (CUCS).

Des conseils dont a visiblement tenu compte le gouvernement socialiste. Dans les faits, les crédits de la politique de la ville (505 millions d'euros en 2013) seront concentrés sur un millier de communes, contre 2 500 actuellement. Des agences Pôle emploi devraient ouvrir dans tous les quartiers déclarés sensibles. La liste des villes qui bénéficieront des aides de l'Etat ne sera connue qu'en juin. L'argent ira là où les besoins sont les plus criants, selon des critères fixés par l'Etat : d'ici là, les élus locaux devront jouer des coudes pour que leur ville soit retenue.

Pourtant, en dix ans, 42 milliards d'euros avaient été débloqués dans le cadre du PNRU. Les précédents plans spécifiques pour la banlieue ont également coûté des milliards d’euros, sans pour autant améliorer la situation des banlieues. Un plus gros budget, ne permettrait donc pas forcément d’atteindre un meilleur résultat. Sans résultat concret, le scepticisme reste prégnant dans les quartiers en difficulté, après 30 ans d’échec de la politique de la ville.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu