Connectez-vous S'inscrire






Société

Un guide pratique pour gérer le fait religieux dans les entreprises

Rédigé par Christelle Gence | Vendredi 16 Mai 2014

Une étude de l’Observatoire du fait religieux en entreprise montre que la religion ne pose que peu de problèmes dans le monde du travail et que les cas conflictuels restent marginaux. Un guide pratique à destination des managers a récemment été publié pour gérer avec sérénité les cas concrets qui peuvent survenir dans l'entreprise.



Un guide pratique pour gérer le fait religieux dans les entreprises
Les pratiques et revendications religieuses prendraient-elles plus place dans le monde du travail ? Une étude de l’Observatoire du fait religieux en entreprise (OFRE) et de l'institut Randstad, présentée mercredi 14 mai à l’Assemblée nationale, fait état de chiffres stables par rapport à l’année précédente. Les cas conflictuels sont en très légère augmentation mais restent avant tout marginaux.

3 % de cas conflictuels en entreprise

Le fait religieux concerne 70 % des entreprises mais seulement 12 % y sont confrontées régulièrement, de façon quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle. 56 % des personnes interrogées ne le sont jamais, ou moins d’une fois par an. Les faits les plus courants sont les demandes d’absences (16 %) et d’aménagement des horaires (13 %), le refus de travailler avec des femmes ou sous les ordres d’une femme (12 %) ou encore le port de signes religieux désignés comme « ostentatoires » (10 %).

Cependant, la part des cas bloquants ne constitue que 3 % en 2014, contre moins de 2 % en 2013. « Au-delà de quelques cas qui peuvent être marquants et spectaculaires, la plupart des cas problématiques posés en entreprise relèvent de l’action managériale », indique le rapport. Un cas sur quatre (25 %) nécessite une intervention du management et 22,2 % des personnes interrogées constatent une augmentation des cas nécessitant une implication de l’encadrement.

L'étude estime toutefois que les rares cas de blocage laissent les managers démunis. 73,5 % d’entre eux soulignent que « le fait religieux qui marque une situation la rend plus délicate à aborder qu'une autre situation de management ». Ils craignent surtout d’être accusés de discriminations (40 %).

La prière au travail, oui mais en pause

De manière générale, la question de la religion n’est pas un tabou au travail. Mais tous les comportements ne sont pas admis : les comportements qui s’imposent aux autres ou qui remettent en cause la bonne réalisation du travail. Une très large majorité des sondés estime qu’il est inacceptable de refuser de réaliser des tâches pour des motifs religieux (89,3 %). 94,5 % estiment qu’on ne peut pas prier pendant le temps de travail. En revanche, « plus de 60 % des personnes interrogées considèrent qu’il est tout à fait acceptable qu’une personne prie pendant ses pauses. La même proportion (60,4 %) considère qu’elle n’a pas à demander la permission à l’entreprise et au management pour cela », lit-on.

Les salariés attendent de l’entreprise qu’elle adopte une attitude neutre, c’est-à-dire « ni une interdiction de tout ce qui est religieux » - une pratique personnelle visible mais qui ne s’impose pas aux autres et n’interfère pas avec la réalisation du travail ne pose pas de problème - « ni une prise en compte officielle des demandes et pratiques ».

Un guide pratique élaboré pour les managers

En outre, 6 % des sondés pensent avoir été victimes à un moment ou un autre de discrimination en raison de leur croyance ou de leur pratique religieuse. En revanche, une proportion plus importante (20,6 %) dit avoir été témoin de pratiques discriminatoires liées à la religion.

L’Alliance du commerce, qui regroupe les fédérations d'enseignes de l'habillement, de la chaussure et des grands magasins, a récemment édité un guide à ce sujet. Organisé autour de 18 cas concrets (tenue vestimentaire, dissimulation du visage, aménagement des horaires, prosélytisme au sein de l’entreprise…), il fournit des clés juridiques aux managers pour aborder sereinement les situations qui peuvent s'offrir à lui et gérer les cas conflictuels, de sorte que les réponses apportées ne soient pas perçues comme discriminatoires avec un rappel systématique à la loi. Ce guide pratique saura être utile auprès d'employeurs soucieux que le fait religieux en entreprise ne soit pas source d'un malaise ou de conflits.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu