Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un ex-otage du Nigéria de retour en France

Rédigé par La Rédaction | Lundi 18 Novembre 2013



Retenu en otage depuis décembre 2012 dans le nord du Nigéria, Francis Collomp est enfin arrivé en France lundi 18 novembre. L’avion médicalisé, qui le transportait et dans lequel se trouvait le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, s'est posé sur l'aéroport militaire de Villacoublay (Yvelines) peu après 6 heures du matin. L’ex-otage a été accueilli par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault car le chef de l’Etat est actuellement en visite au Proche-Orient.

La veille, on apprenait que l’ingénieur âgé de 63 ans avait échappé à ses ravisseurs, des membres d’Ansaru, la branche dissidente de la secte nigériane Boko Haram, impliquée dans plusieurs attaques terroristes contre les chrétiens du pays. Les circonstances exactes de son évasion restent encore floues. Francis Collomp aurait profité d’un échange de tirs entre l'armée nigériane et ses geôliers pour s’enfuir de sa cellule et trouver refuge dans un commissariat de Kaduna (nord du Nigéria), samedi 16 novembre, selon une source proche du dossier. Mais d'après le commissaire de police de Kaduna, l’otage français aurait plutôt échappé à la vigilance de ses ravisseurs pendant qu’ils priaient.

Enfin libre, Francis Collomp devrait pouvoir délivrer sa version des faits et fournir des détails sur sa captivité qui aura duré près d'une année. Il s’est déjà entretenu dimanche par téléphone avec François Hollande. Ce dernier a salué son « courage ».

Il n'y aurait pas eu de négociations d'une rançon pour l'otage. La libération des quatre otages d’Arlit, au Niger, en octobre dernier, aurait à l’inverse était le fruit du versement d’une rançon de plus de 20 millions d'euros.

Francis Collomp n’est pas le seul Français à avoir été capturé dans cette partie de l’Afrique. Au Cameroun, pays voisin du Nigéria, une famille entière avait été capturée en février 2013 par Boko Haram avant d’être libérée après deux mois de captivité. Dernièrement, jeudi 14 novembre, un prêtre français a été enlevé au nord du Cameroun, toujours par ce groupe.

Lire aussi :
Les ex-otages du Niger libérés contre une énorme rançon
Cameroun : Boko Haram accusé du kidnapping d’une famille française
Nigeria : Human Rights Watch s'inquiète des violences entre musulmans et chrétiens




Loading












Recevez le meilleur de l'actu