Connectez-vous S'inscrire






Livres

Tu parles bien la France !, par Julien Barret

Reçu à Saphirnews

Rédigé par | Vendredi 24 Mars 2017



Présentation de l’éditeur

Ce n’est un secret pour personne, les Français sont attachés à leur langue. Ils entendent la défendre, l’honorer, ils la révèrent et n’oublient jamais de pointer les fautes de ceux qui l’écorchent. De l’ouvrier à l’académicien, de l’ado révolté au prof, chacun parle d’un point de vue inconsciemment bourgeois, voire aristocrate. On s’observe, on s’écoute, on se corrige.

Cet élitisme inconscient des Français, et peut-être de la plupart des locuteurs du français, je dis qu’il relève de notre inconscient linguistique – collectif, partagé.

Il n’est pas question de se lancer dans un énième livre pour stigmatiser les usages de l’époque, ni d’écrire une nouvelle grammaire prescriptive sur le mode du « ne dites pas mais dites », qui prolongerait une tradition en vogue depuis Vaugelas.

Il s’agit de décrire la langue d’un point de vue de linguiste et de faire entendre qu’elle peut servir sans asservir. Concrètement ? On peut tout dire du moment qu’on se comprend. La langue s’enrichit, évolue, bref, se transforme. C’est le signe même qu’elle est en vie.

Tu parles bien la France !, par Julien Barret

Extrait de l'ouvrage

A la fin du 17e siècle, l’académicien Mézeray, chargé par l’Académie de fixer les règles d’orthographe à suivre dans le futur Dictionnaire de 1694, formule un jugement sans équivoque : « La Compagnie declare qu’elle desire suiure l’ancienne orthographe qui distingue les gents de lettres davec les ignorants et les simples femmes, et qu’il faut la maintenir par tout, hormis dans les mots ou un long et constant usage en aura introduit une contraire. »

Cette esthétique pédante férue de tradition, élitiste et snob, Rivarol la reprend à son compte en 1784, dans son Discours sur l’universalité de la langue française : « Racine et Boileau parlent un langage parfait dans ses formes sans mélange, toujours idéal, toujours étranger au peuple qui les environne ».

Il est étranger au peuple, le langage de la cour. Si elle se soulage derrière les rideaux et se parfume à outrance pour masquer des effluves nauséabonds, la cour n’en affecte pas moins une préciosité de parole. Il s’agit de faire briller la langue comme un joyau d’une pureté sans mélange.

Paradoxe blessant : ce même peuple semble avoir intégré le mépris de classe contenu en germe dans l’inconscient de notre langue.

L'auteur

Julien Barret est un linguiste et journaliste culture. Il a à son actif deux ouvrages consacré à l’analyse de la poésie du rap : Ecrire à voix haute (2012) et Le rap ou l’artisanat de la rime (2008). Il a fondé Criticomique.com, un site consacré à la critique de la scène comique actuelle.

Julien Barret, Tu parles bien la France ! Essai sur la langue française d’aujourd’hui, L’Harmattan, octobre 2016, 140 p., 12,50€.





Loading














Recevez le meilleur de l'actu