Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Suisse : dix fidèles d'une mosquée arrêtés après l'agression de coréligionnaires

Rédigé par Imane Youssfi | Mardi 21 Février 2017



Suisse : dix fidèles d'une mosquée arrêtés après l'agression de coréligionnaires
Dix personnes ont été arrêtées, mardi 21 février, dans le canton de Zurich, suite à l’agression de deux fidèles dans la mosquée An'Nur à Winterthour, au nord de la Suisse. Les arrestations ont été décidées par le ministère public zurichois et réalisées par la police cantonale zurichoise. Une douzaine de perquisitions ont par ailleurs été menées dans le secteur.

Les faits remontent au 22 novembre 2016. Les victimes auraient été agressées, frappées et séquestrées par leurs agresseurs, lesquels auraient également proféré des menaces de mort à l’encontre de leur famille, selon un communiqué du parquet zurichois. Les victimes étaient soupçonnées d’avoir dit à la presse que l’imam appelait au meurtre des musulmans ne pratiquant pas la prière du vendredi.

Les personnes arrêtées, âgées de 17 à 53 ans, font l’objet d’une procédure pénal pour agression, séquestration, menace, contrainte et lésion corporelle, rapporte la presse suisse.

L'imam de la mosquée, d’origine éthiopienne, a été arrêté le 2 novembre 2016 avec un membre du comité de l'association de la mosquée. Les deux responsables sont soupçonnés de provocation au crime et à la violence. Le membre du comité est sorti de prison en décembre 2016. L'imam est, quant à lui, toujours incarcéré.

L’association An’Nur, qui gère la mosquée, avait été suspendue en novembre de la Fédération des organisations islamiques de Zurich (FOIZ) suite à l’arrestation de son imam. Le lieu de culte est depuis plusieurs mois dans le collimateur des autorités, qui soupçonne l’association An'Nur d’être à l’origine de départs en Syrie de certains de leurs fidèles.

Lire aussi :
Suisse : une association musulmane accusée de radicalisme suspendue
Ile-de-France : quatre mosquées accusées de radicalisme fermées
Quelles sont les mosquées fermées après les attentats de Paris ?





Loading











Recevez le meilleur de l'actu