Connectez-vous S'inscrire






Monde

Séisme au Népal : le Secours islamique France à l’œuvre

Rédigé par Mérième Alaoui | Jeudi 30 Avril 2015

Népal, les jours d'après. Le tremblement de terre qui a secoué le pays niché dans l'Himalaya a provoqué la mort de plus de 8 000 personnes.* Des dizaines d'ONG françaises dont le Secours islamique France se mobilisent. Avec elles, l'aide internationale s'organise mais avec difficultés face à l'ampleur de la catastrophe. La mobilisation est telle que le Népal n'est plus en capacité d'accueillir de nouveaux avions humanitaires.



Séisme au Népal : le Secours islamique France à l’œuvre
La situation est dramatique au Népal depuis le puissant séisme du 25 avril à 11h56 (8h11 heure de Paris). Le dernier bilan officiel fait état plus de 8 000 morts et près de 15 000 blessés à ce jour.* Des milliers de personnes sont toujours portées disparues dont 560 Français. Le tremblement de terre de 7,8 de magnitude qui a ravagé à Katmandou, la capitale, a été ressenti jusque dans le nord de l’Inde et au Bangladesh. Selon l'ONU, ce sont plus de huit des 28 millions d'habitants pays qui sont affectés par la catastrophe, qui a provoqué des avalanches meurtrières sur l'Everest.

Les plus grandes organisations internationales humanitaires sont déjà sur place ou se préparent à intervenir. Le Secours Islamique France (SIF) en fait partie. Une équipe a été mobilisée pour le Népal pour évaluer les besoins et organiser les prochaines actions humanitaires sur place. Le SIF, présidé par Rachid Lahlou, a profité de l’envoi d’un fret par le Centre de crise-Urgence Humanitaire de ministère des Affaires étrangères (CDC) pour envoyer 2 500 kits d'eau avec jerricans et pastilles de chlore pour permettre aux populations de rendre l'eau potable et de la stocker. L’envoi est également composé de 50 rouleaux bâches en plastique pour construire des latrines d’urgence, et surtout des abris pour environ 250 familles. 100 000 € ont été débloqués pour sa première phase d'intervention au Népal.

Un convoi humanitaire dans lequel se trouvent des dizaines d'ONG françaises dont le Secours islamique France en route vers le Népal. © SIF
Un convoi humanitaire dans lequel se trouvent des dizaines d'ONG françaises dont le Secours islamique France en route vers le Népal. © SIF

Chaque action compte

Avant le départ dans l’avion, Samira Alaoui, chargée de communication terrain, aux côtés des autres ONG françaises, raconte : « En voyant tous ces pompiers, médecins, infirmières, chefs de mission, logisticiens remontés à bloc pour une nouvelle fois soigner, retrouver, déblayer, transporter, acheminer ; je me dis que oui, notre action, même minime face à la catastrophe, fait la différence et que l’humain essaiera toujours de sauver, ne serait-ce qu’une vie, inlassablement, malgré les risques, les dangers et l’augmentation des urgences humanitaires. »

L'une des principales difficultés qui se posent pour les humanitaires est la gestion des départs de la population. « Les personnes sinistrées essaieraient par tous les moyens possibles de quitter la capitale Katmandou, ce qui créé des bouchons incroyables au niveau de tous les axes de circulation. Or, ce qu’ils ne savent peut-être pas encore c’est que 3/4 des sinistrés ne sont pas situés à Katmandou mais autour », poursuit la même membre du SIF.

Cette ONG fait partie des 83 associations et fondations agréées par le Comité de la Charte du don en confiance qui ont « choisi de respecter des règles déontologiques et éthiques et de se soumettre à son contrôle continu de conformité ». Sur les 83 organisations dotées du label « Don en confiance », plus d’une dizaine interviennent au Népal, a fait savoir le Comité. « Parce que donner est un acte généreux mais aussi de responsabilité, le donateur doit s’assurer que son don ira bien au Népal », ajoute-t-il.

Une seule piste d'atterrissage pour l'accueil du fret international

Sur place, l’unique aéroport international ne permet pas d’accueillir toutes les équipes étrangères, au point que malgré une situation encore très difficile, le Népal a demandé aux équipes de sauveteurs de ne pas venir. « Ceux qui sont déjà en route peuvent venir mais il est demandé aux autres de ne pas venir » car elles sont déjà en nombre dans le pays, a fait savoir mercredi 29 avril un haut responsable de l'ONU.

D'ailleurs, l’avion humanitaire envoyé le 27 avril par la France, dans lequel se trouvent une quarantaine de représentants d'ONG dont le SIF et la Croix-Rouge, est toujours bloqué ce mercredi à Abu Dhabi, faute d'autorisation pour atterrir à Katmandou.* Les appareils des forces aériennes des Etats-Unis, de la Chine ou encore d’Israël se sont joints aux services népalais pour la gestion des flux.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé une opération d'aide d'urgence d'un coût de 116,5 millions de dollars pour fournir un soutien alimentaire à 1,4 million de personnes pour les trois prochains mois. Des actions internationales qui tentent difficilement d'être à la hauteur de la catastrophe humanitaire du tremblement de terre le plus violent du pays depuis 1934, qui avait fait près de 20 000 morts.

*Mise à jour vendredi 1er mai : L'avion humanitaire a finalement pu atteindre le Népal où les autorités officielles ont annoncé le bilan, toujours provisoire, de 6 200 morts.

Mise à jour mercredi 13 mai : Un nouveau séisme a frappé le Népal. Près de 100 personnes ont été tués, dont environ 70 dans le pays, qui s'ajoutent aux 8 000 morts du premier tremblement de terre.

Lire aussi :
Plus de 5 000 morts au Népal après un violent séisme
#Neloublionspas, le Secours islamique France investit les rues
Secours islamique : la Légion d’honneur pour Rachid Lahlou
Colloque des 20 ans du SIF, « incontournable » pour la France




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu