Connectez-vous S'inscrire






Economie

Saphirnews dévoile les raisons de la suspension commerciale entre Casino et Socopa

Wassila et Socopa Halal en pleine turbulence

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Vendredi 17 Juin 2011

Un nouveau pavé dans la mare du halal est jeté. Cette fois, c'est le groupe Socopa, dont les produits halal sont certifiés par la Grande Mosquée d’Evry, qui est touché. Casino a décidé de ne plus se fournir ‒ pour le moment ‒ auprès de l'industriel, par ailleurs filiale du groupe Bigard, en raison de son non-respect du cahier des charges relatif aux produits halal. Traçabilité, contrôle, nettoyage... huit points auraient été déclarés défaillants lors d'un audit commandité par Casino, qui n'a pas apprécié les manquements de son fournisseur. Explications.



Saphirnews dévoile les raisons de la suspension commerciale entre Casino et Socopa
Les produits bovins fabriqués par Socopa tant sous la marque MDD Wassila que sous sa propre marque sont depuis quelques semaines absents des rayons des hyper- et supermarchés Casino. Le géant de la grande distribution a en effet décidé, le 10 mai, de suspendre sa collaboration commerciale avec le groupe industriel, qui certifiait halal des produits carnés via la Grande Mosquée d’Evry-Courcouronnes (ACMIF).

Contactée par Saphirnews, la direction de Casino a confirmé, jeudi 16 juin, cette information. « Le Groupe Casino a décidé l’arrêt de la commercialisation de l’ensemble des produits halal fabriqués par la société Socopa. Un récent audit mené chez Socopa avait révélé le non-respect du cahier des charges. Les corrections demandées n’ayant pas été apportées par l’industriel, le Groupe a décidé le déréférencement des produits halal fabriqués par Socopa », nous a-t-on simplement indiqué sans vouloir, à ce jour, s’étendre sur les motivations de sa décision.

La traçabilité et le contrôle en cause

Les exigences auxquelles Socopa devait se conformer étaient nombreuses. Selon nos sources, huit points de défaillance ont été constatés lors de l'audit effectué le 15 avril. La traçabilité de certains produits, à commencer par les boyaux de merguez, était en doute et figurerait parmi les points auxquels Socopa n'aurait pas trouvé de solutions conformes à la volonté de Casino. L'industriel n'aurait pas été capable de fournir de garanties concernant l’origine des boyaux, dont Ali Sedouki, responsable halal auprès de la Grande Mosquée d'Evry confirme qu’ils proviennent de Nouvelle-Zélande mais probablement pas de fournisseurs de viande halal tant le sérieux des certificats n'étaient pas vérifiables.

« Dès lors qu'on a constaté cela, on a demandé à Socopa d'arrêter d'acheter ces boyaux jusqu'à nouvel ordre tant qu'on ne peut pas voyager en Nouvelle-Zélande pour contrôler de nos yeux leur production et qu'on n'a pas discuté avec les fournisseurs », nous déclare M. Sedouki.

La traçabilité des carcasses n'était également pas garantie, car le suivi des formulaires d'accompagnement, que les contrôleurs habilités par la Grande Mosquée d'Evry se doivent de remplir et de signer lors de la réception et de l'utilisation des carcasses, n'était pas au point. M. Sedouki reconnaît que des erreurs de ce type ont très bien pu se produire mais assure que, dès qu'il constatait une absence de formulaire sur un produit, il ne certifiait pas halal.

Des défaillances non résolues

De nombreux manquements dans le contrôle des produits auraient également été constatés lors de cet audit. Les contrôles fixes pour chaque poste de production, imposés par Casino, n'étaient pas respectés car, dès lors qu'il manquait du personnel, les contrôleurs devaient faire des allers-retours entre chaque poste.

De plus, des problèmes de nettoyage de la chaîne de production auraient été observés puisque de la viande aurait été retrouvée sur les tapis de poussoir alors même que les produits halal sont produits sur la même chaîne que celle du non-halal. Évidemment, cette situation rend possible la contamination des produits halal par de la matière carnée non halal.

Face aux menaces de Casino de suspendre sa collaboration, Socopa aurait réussi à résoudre la plupart des défaillances, notamment celles qui sont liées au contrôle et au nettoyage mais pas le problème de la traçabilité des carcasses et des boyaux de merguez. Les mises en garde n'auront pas suffi à convaincre Socopa de changer totalement de méthode de travail.

Un gros porte-feuille perdu pour l’abatteur

Contacté par Saphirnews, l’ex-fournisseur de Casino, par crainte sans doute de l’ampleur soudaine que prend cette affaire, se refuse à tout commentaire.

On ne sait pour l’heure si cette suspension est temporaire ou définitive. Mais quelle que soit la nature de la décision prise par le géant de la grande distribution, les répercussions financières doivent se sentir du côté de Socopa. La filiale de Bigard, qui réalise un chiffre d’affaires estimé à plus de 2 milliards d’euros par an et dont le halal représente une part non négligeable du groupe, a du souci à se faire si d'autres acteurs de la distribution suivent le chemin frayé par Casino.

Si cette affaire prend tant d'ampleur, c'est que Socopa est l'un des principaux producteurs des barquettes Wassila. Une marque qui a bénéficié d'investissements significatifs pour gagner la confiance de ses consommateurs. Jusque-là, Casino, qui ne souhaite aucunement être éclaboussé par une quelconque affaire de cross-contamination, à l’instar de celles de Herta ou de Kenza Halal, se démarque très nettement de ses concurrents par l'attitude préventive dont elle fait preuve sur le terrain du halal.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu