Connectez-vous S'inscrire






Monde

Russie : le mois du Ramadan dans la fournaise moscovite

Canicule et incendies font rage en Russie

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 12 Août 2010

Il n’a jamais fait aussi chaud aussi longtemps depuis 1 000 ans. C’est le constat alarmant des autorités russes devant ce qui est l’une des pires canicules qu’a connu la Russie. Les fortes chaleurs et les incendies apportent chaque jour son lot de morts depuis juillet. Le mois d’août, pendant laquelle se déroulera une grande partie du mois de Ramadan, s’annonce d’ores et déjà compliqué pour les deux millions de musulmans de Moscou.



Canicule ou pas, le jeûne du mois de Ramadan 2010 débute mercredi 11 août en Russie.
Canicule ou pas, le jeûne du mois de Ramadan 2010 débute mercredi 11 août en Russie.

Alors qu’en France, le climat se révèle bien doux pour un mois d’août, la partie occidentale de la Russie vit l’enfer, frappée de plein fouet depuis plusieurs semaines par la canicule, qui est décrite comme la plus forte jamais enregistrée depuis « 1000 ans » selon les services météorologiques russes.

Un mois de jeûne bien particulier

La situation est particulièrement critique dans la région de Moscou où la température atteint facilement les 40°C. La mortalité a presque doublé depuis juillet, les fortes chaleurs causant la mort de 700 personnes par jour contre 380 habituellement selon les services de santé de la capitale.

Conséquence de cette canicule sans précédent : les incendies, qui ont fait pour le moment 54 morts, n’ont cessé de se multiplier. Quelques 770 000 hectares ont brûlés et plusieurs villages ont été rayés de la carte. Plongés dans une épaisse couche de fumée, les Moscovites scrutent avec intérêt le ciel dans l’espoir qu’il leur daigne apporter un peu de miséricorde. Tombée en masse au Pakistan voisin où l’on dénombre plus de 12 millions de sinistrés, la pluie ne semble en revanche pas prête de s’abattre en Russie. Les quelques gouttes tombés la veille du Ramadan sur Moscou, qui a quelque peu dégagé la fumée, entrouvre tout de même un espoir.

Depuis deux semaines, les incendies ont plongé Moscou et sa région dans une épaisse fumée toxique.
Depuis deux semaines, les incendies ont plongé Moscou et sa région dans une épaisse fumée toxique.

A la rencontre de musulmans moscovites

Autant dire que le mois de Ramadan, qui a commencé mercredi 11 août en Russie, s’annonce très difficile pour les quelque deux millions de musulmans de la capitale. En témoigne Abdullah, Iman ou encore Svetlana, de jeunes musulmans que Saphirnews a rencontré à Moscou. Pour les fidèles, le plus difficile à gérer sera, sans aucun doute, l’absence d’eau durant la journée, la déshydratation étant actuellement l’une des principales causes de mortalité.

« Les docteurs nous demandent de fermer les fenêtres et de rester à l’intérieur. Dans les rues, nous devons porter un masque spécial », déclare Iman, 22 ans, étudiante en droit. « La situation s’améliore mais les scientifiques disent que les fumées peuvent revenir. Tout dépend du vent maintenant », ajoute-t-elle.

« Nous passons la plupart de notre temps à la maison ou au bureau car ils sont climatisés. Nous limitons bien sûr nos mouvements. Mais ce n’est pas facile de limiter les enfants. Pour eux, nous sortons 1h ou 1h30 par jour. Nous le faisons quand les fumées ne sont pas difficiles à respirer », témoigne Abdullah, 28 ans, journaliste et père de deux enfants.

Un mois de Ramadan toujours très attendu

Mais le meilleur moyen encore de s’évader de la canicule et de ces fumées hautement toxiques reste encore – pour ceux qui en ont les moyens - de partir temporairement hors des zones dangereuses. Les plus riches ont d’ailleurs pris d’assaut les agences de voyages. Parmi les destinations les plus prisées, la Turquie ou encore l'Égypte, qui profite du Ramadan cette année pour faire sa promotion.

Pour les autres, les maisons dans de lointaines campagnes s’avèrent aussi une solution. « Si les fumées ne partent pas (d’ici peu), ma femme et mes enfants iront à Surgout, en Sibérie occidentale, où il fait 12°C. Mes beaux-parents y vivent », nous confie Abdullah.

Des journées longues, des iftars (ruptures du jeûne) tardifs doublée de la canicule et des fumées… Malgré les difficultés, nombreux sont ceux qui attendent ce mois avec impatience. « Je m’en remets davantage à Allah », déclare simplement Abdullah. « Allah nous donne une très intéressante façon d’obtenir sa Miséricorde ». Même constat pour Iman et Svetlana, étudiantes. « Ce mois est très chère à mon cœur. J’espère le passer au mieux en faisant attention à ne pas trop me fatiguer durant la journée », conclut Svetlana. Le Ramadan 2010 marquera bel et bien les esprits des musulmans de Russie pour longtemps.

Lire aussi :
L'Islam, deuxième religion en Russie par le nombre de ses adeptes




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu