Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com

Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss




Monde

Roses des Sables : un rallye féminin pour aider les enfants marocains

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Jeudi 27 Septembre 2012

Femmes, course d’orientation, sable, dunes, humanitaire : ces mots peuvent résumer le Trophée Roses des Sables. Dans cette compétition sportive réservée aux femmes, les concurrentes s’affrontent en 4 x 4, en buggy, en moto ou en quad sur une piste en plein cœur du désert marocain. Au-delà de la dimension sportive, les participantes ont pour mission de remettre des dons aux enfants marocains dans cette grande aventure humanitaire. Cette année, pour la 12e édition du Trophée, Saphirnews soutient un équipage (l'équipage 311) parmi les 350 concurrentes qui se sont inscrites au départ de la course, qui aura lieu du 11 au 21 octobre 2012.



Roses des Sables : un rallye féminin pour aider les enfants marocains
Anne-Sophie Chast a choisi de participer au Trophée Roses des Sables, « un peu par hasard, beaucoup par envie et par défi », indique-t-elle. Sur la ligne de départ de la course, elle sera au volant d’un 4 x 4 au côté de sa collègue Naouel Onesti au poste de copilote.

Comme les 350 participantes de cette année, elles ont choisi de participer au Trophée Roses des Sables, qui propose une course d’une dizaine de jours sur un parcours de 6 000 km, en plein désert marocain.

Pour cette aventure hors du commun, rendez-vous sera donné au village de départ, le 11 octobre, à Ciboure, dans le sud-ouest de la France. Le lendemain, les concurrentes se rendront en Espagne puis, le 13 octobre, elles rallieront le Maroc par bateau. La 1re étape en plein désert sera lancée dans la foulée. Du 14 au 20 octobre 2012 suivront sept étapes, dont la destination finale est Marrakech.

Dans les dunes du désert marocain situé au sud du pays, toutes les participantes de cette compétition 100 % féminine devront faire preuve d’un grand sens de l’orientation, car c’est le critère principal qui est pris en compte dans le classement et non la vitesse. Les concurrentes ont pour mission de franchir l’étape du jour en parcourant le moins de kilomètres possible à l’aide d’une carte et d’une boussole. Difficile de se retrouver dans l’étendue de sable, mais ces femmes venues des quatre coins du monde viennent pour se dépasser.

Anne-Sophie Chast, participante au Trophée Roses des Sables.
Anne-Sophie Chast, participante au Trophée Roses des Sables.

« Mon moteur : le partage »

Pour Anne-Sophie Chast, le défi à relever est d’autant plus difficile qu’elle n’a pas le sens de l’orientation et qu’elle n’est pas familière des gros véhicules comme les 4 x 4. Mais habituée à se lancer dans l’inconnu et aimant tester ses limites, elle compte bien donner le meilleur d’elle-même. Le Trophée Roses des Sables est « une aventure humaine comme je n’en ai jamais vécue », indique cette maman de trois jeunes enfants. « C’est le plus gros défi que je me sois lancée », ajoute-t-elle.

Ce nouveau challenge lui offrira l’occasion de faire un point sur sa vie et de se dépasser, juge t-elle. « C’est mon aventure à moi, pas celle de maman, d’épouse ou de professionnelle, non, juste celle d’Anne-Sophie », affirme-t-elle.

Mais plus qu’un défi personnel, le Trophée Roses des Sables permet aux concurrentes de s’engager dans une action humanitaire, car ce rallye est avant tout une belle aventure solidaire. Durant leur aventure, les concurrentes sont invitées à remettre du matériel humanitaire aux enfants du désert marocain par le biais de l’association Enfants du désert, associée au Trophée Rose des Sables. D’ailleurs, Anne-Sophie Chast souhaite terminer la course sans se donner comme objectif d’arriver en tête. « Mon moteur, ce n’est pas la gagne mais le partage », dit-elle.

« Aider, se sentir utile, défendre une cause, aller vers les autres et découvrir une nouvelle culture, c’est tant de valeurs et un exemple à donner pour mes enfants », estime sa coéquipière Naouel Onesti sur leur blog consacré à la compétition.

« On doit apporter au minimum 50 kg de matériel humanitaire par équipage mais on peut apporter plus. Nous avons de la place, nous pouvons toujours récolter du matériel », précise Anne-Sophie Chast, qui indique qu'elles ont récolté « essentiellement des produits d’hygiène (dentifrices, shampoings, couches…) » mais aussi des fournitures scolaires grâce au bouche-à-oreille et au réseau social sur Facebook.

Anne-Sophie Chast, directrice commerciale et communication chez Radio Orient et sa collègue-coéquipière retracent également leurs préparatifs à l’antenne de la station de radio sous la forme de « billets ».

2 000 Roses des Sables

L’an dernier, les participantes au Trophée Roses des Sables ont fait des heureux. Les équipages présents ont permis d’acheminer plus de 21 tonnes de matériel scolaire et médical, de parrainer 54 enfants, d’équiper un internat pour petites filles d’une pompe à eau solaire et d’installer 17 panneaux solaires sur les toits d’un village. 1 000 consultations pédiatriques ont également été offertes dans les villages du désert marocain et 5 000 kits d’hygiène ont été distribués.

Toujours dans un objectif de partage, Géraldine Rey, la fondatrice de la course, a créé en 2011, en partenariat avec la Croix-Rouge française, l’association Les Roses Solidaires. Lors du village de départ, le 11 octobre 2012, les Roses pourront apporter 10 kg de denrées alimentaires non périssables qui seront distribuées aux foyers français qui en ont besoin.

L’an dernier, 4 000 repas avaient pu être distribués dans la région Aquitaine grâce à l’opération. Et cette année 2012, le rallye a décidé d’apporter son soutien à l’association « Le Cancer du sein, parlons-en ! » pour sensibiliser à la prévention du cancer du sein.

A moins d’un mois du coup d’envoi du Trophée Rose des Sables, Anne-Sophie Chast se dit envahie par un mélange de « stress » et d’« impatience ». Avant elle, 2 000 femmes ont relevé le défi depuis la création du rallye en l’an 2000. Les Roses se dépassent et contribuent à un élan de générosité. « Elles sont courageuses, elles ont la gagne chevillée au corps mais restent solidaires. Je suis très fière d’elles parce qu’à leur niveau elles ont contribué à changer le regard des autres sur les femmes », souligne Géraldine Rey.





Maria Magassa-Konaté


Société | Religions | Economie | Monde | Culture & Médias | Votre revue de presse | Politique


Inscription à la newsletter



Loading





L'actu vue par Yace