Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Réfugiés : l'accord Turquie/UE fait déja ses preuves, MSF s'en inquiète

Rédigé par Saphirnews | Vendredi 13 Mai 2016



Réfugiés : l'accord Turquie/UE fait déja ses preuves, MSF s'en inquiète
L'agence européenne Frontex en charge de la sécurité aux frontières de l'Union européenne a annoncé, vendredi 13 mai, que le nombre de migrants arrivés en Grèce a baissé de 90 % entre mars et avril. Environ 2 700 personnes sont arrivées le mois dernier. Il s'agit essentiellement de Syriens mais on retrouve parmi eux des Afghans, Irakiens ou Pakistanais.
« La baisse du nombre d'arrivées dans les îles grecques est énorme. Le total pour tout le mois d'avril est nettement inférieur à celui du nombre de personnes qui atteignaient la seule île de Lesbos en une journée lors des mois les plus chargés de l'année dernière », commente Fabrice Leggeri, directeur de Frontex.


Cette baisse importante est sans doute à relier à l'accord conclu le 18 mars dernier entre la Turquie et l'UE. Ankara s'était engagé à recueillir tous les réfugiés illégaux échoués en Grèce en contrepartie de plusieurs milliards d'euros, la réinstallation de migrants dans les États membres ainsi que des facilités de visa pour les ressortissants turcs.

L'organisation Médecins sans frontières s'est dit inquiète à l'égard de cette accord par la voix de sa présidente Joanne Liu, qui a adressé une lettre aux États membres de l'UE. Selon elle, « cet accord sous-traite la prise en charge de ces populations à la Turquie en échange, entre autres, d'un plan d'aide de plusieurs milliards d'euros (…), l'Europe recule ainsi devant ses obligations légales et morales ».

Joanne Liu craint que d'autres États s'inspirent de ce compromis et que peu à peu d'autres pays se soustraient « à leur devoir de proposer l'asile » et ajoute que « le concept de "réfugié" pourrait cesser d'exister ». « La Seconde Guerre mondiale est-elle déjà si loin que vous ne vous souvenez plus du besoin vital de fuir les violences et les persécutions ? », conclut la présidente de MSF.

Lire aussi :
Agressions à Cologne : les réfugiés refusent d'endosser une responsabilité collective
Cologne, les agresseurs n’étaient pas des réfugiés




Loading












Recevez le meilleur de l'actu