Connectez-vous S'inscrire






Société

Réactions à l'article de Mr Szafran.(1)

Rédigé par Tayeb Fatiha | Mardi 16 Décembre 2003

Claude Imbert, membre du Haut Conseil à l'Intégration et fondateur du magazine Le Point, a fait une déclaration choquante dans laquelle il exprime ouvertement son mépris pour l'Islam et les musulmans. Ce dernier, invité le 24 octobre, sur LCI, déverse des propos dont la haine et le mépris n'ont d'égales que son ignorance sur le sujet. Ce personnage influent et puissant de par les fonctions qu'il exerce a tout naturellement incité à la haine religieuse et raciale en insultant l'Islam et les musulmans de 'débiles'. Maurice Szafran, journaliste de Marianne, consacre tout un article à trouver des circonstances atténuantes à son confrère du Point. La mauvaise foi constitue son principal atout.



Claude Imbert, membre du Haut Conseil à l'Intégration et fondateur du magazine Le Point, a fait une déclaration choquante dans laquelle il exprime ouvertement son mépris pour l'Islam et les musulmans. Ce dernier, invité le 24 octobre, sur LCI, déverse des propos dont la haine et le mépris n'ont d'égales que son ignorance sur le sujet. Ce personnage influent et puissant de par les fonctions qu'il exerce a tout naturellement incité à la haine religieuse et raciale en insultant l'Islam et les musulmans de 'débiles'. Maurice Szafran, journaliste de Marianne, consacre tout un article à trouver des circonstances atténuantes à son confrère du Point. La mauvaise foi constitue son principal atout.

 

Voici textuellement les propos de Mr Imbert:' j'ai le droit, je ne suis pas le seul dans ce pays à penser que l'islam  -- je dis bien l'islam, je ne parle même pas des islamistes --   en tant que religion apporte une débilité d'archaïsmes divers, apporte une manière de considérer la femme, de déclasser régulièrement la femme' et ' en plus un souci de supplanter la loi des Etats par la loi du Coran, qui en effet me rend islamophobe'.

Quand tout le monde devrait être scandalisé, Mr Szafran lui, trouve exagérées et déplacées les réflexions (pourtant ni nombreuses ni vraiment fermes) faites à Claude Imbert suite à sa déclaration. Voilà comment ce journaliste de Marianne s'y prend pour minimiser les propos abjects de son confrère:

Tout d'abord, et volontairement, il ne retranscrit qu'en partie la déclaration de Mr Imbert. Ce faisant il n'hésite pas à bafouer l'un des fondements de la Charte de déontologie ('la déclaration des devoirs et des droits des journalistes') qui rappelle le devoir des journalistes à 'ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents'. Et pourtant, voici comment Mr Szafran , retranscrit la déclaration dans Marianne:

'Moi, je suis un peu islamophobe. Cela ne me gêne pas de le dire (…) que l'islam en tant que religion apporte une débilité d'archaïsmes divers et une manière de déclasser régulièrement la femme'.

Certes, cette deuxième citation fait largement apparaître la haine et le mépris pour l'Islam et les musulmans mais en revanche la première (l'intégrale, la vraie), met en lumière deux éléments essentiels cachés derrière ce sigle (…) complètement vide:

Tout d'abord, Mr Imbert  fait part de son profond dégoût des musulmans en se justifiant derrière le fait qu'il est loin d'être 'le seul à penser que l'islam est 'débile'. Il normalise sa haine à l'islam et donne ainsi son feu vert à des milliers de téléspectateurs qui ne savaient pas trop où se situer jusque là. Les personnes qui n'ont pas su rester lucides face à l'ignoble manipulation des médias  sur l'islam, devraient désormais être en mesure de choisir un camps (et quel camps!)grâce à l'aide incontestable de Mr Imbert.  Le matraquage médiatique qu'ont subit l'islam et les musulmans depuis le 11 septembre 2001 et avril 2002 n'ont fait qu'alimenter la peur et la haine des téléspectateurs qui se cantonnent derrière les idées du FN n'y voyant plus de gêne ( comme c'était encore le cas durant l'ère de la marche des beurs et de SOS racisme!). Comment ces nouveaux adeptes du FN seraient-ils gênés, quand c'est le Membre du Haut Conseil à l 'Intégration lui même qui leur tend la perche? Après tout l'ordre vient d'en haut !

 

Le deuxième aspect essentiel de déclaration d'origine (qui ne figure pas dans la retranscription de Marianne),  met en évidence un  dangereux amalgame dans la bouche de notre Membre du Haut Conseil à l'Intégration. Ce dernier pense  que les musulmans ( et il ne 'parle même pas des islamistes') sont habités par un 'souci de supplanter la loi des Etats par la loi du Coran'. Mais à qui fait-il donc allusion? A ces quelques millions de musulmans qui vivent leur islam dans le respect des lois françaises? Non, les religieux auxquels Mr Imbert fait allusion, ne sont autres que ces 'islamistes 'tant médiatisés par lui est ses semblables. Mais le pire c'est que cet éditorialiste croit parler des musulmans, puisqu'il précise bien' je ne parle même pas des islamistes'. Depuis quand entend-on que les musulmans souhaitent faire un coup d'état en France. Ne respectent-ils pas les lois tout comme leur concitoyens juifs, chrétiens, ou bouddhistes? Si tel était le cas je pense que ça se saurait, vue qu'un simple voile provoque une véritable frénésie médiatique!

 

Dans leur quête obsessionnelle du scoop, et du sensationnalisme certains magazines (comme  Le Point ou Marianne) font fi des valeurs journalistiques comme l'éthique et la vérité. Ce faisant, ils supplantent les lois de l'information par celles de la désinformation. Mr Imbert est pitoyablement tombé dans le piège qu'il a pris soin de tisser lui même. Cette ignorance largement diffusée par Le Point magazine est un réel danger pour les pratiquants de la deuxième religion de France.

Mais dans son abnégation,  Mr Szafran continue à trouver des circonstances atténuantes à Mr Imbert . Tout d'abord il dépeint le portrait de ce dernier comme étant 'libéral de droite' et (tenez vous bien) 'un tantinet réac'. La haine déversée  par le membre du Haut Conseil à l'Intégration est naturellement légitimée par un trait de caractère qui relève davantage d'une opinion politique  que du délit. En effet, la liberté d'expression n'autorise pas l'incitation à la haine raciale et religieuse (sauf depuis plusieurs mois sur une cible bien particulière).

 Dans un second temps Mr Imbert explique à Marianne, que la dérive haineuse de sa déclaration était une réaction  à un  discours du  premier ministre dans lequel ce dernier faisait part de son inquiétude face à 'une certaine islamophobie qui se développe incidemment et parfois sournoisement.' Notre éditorialiste du Point  a qualifié ce discours du premier ministre de 'faux' et de 'trouble'. Mr Szafran explique qu'en s'exprimant ainsi, Mr Imbert ne souhaitait que 'prendre le contre- pied' de Mr Raffarin. Quelle douteuse façon d'exprimer son désaccord!

Toutes les déclarations racistes, antisémites, ou islamophobes se valent dans la mesure où toutes, incitent à la haine de son prochain. Elles sont toutes condamnables car (pour toutes) les conséquences peuvent être dramatiques. L'histoire nous l'a confirmé. 

 

Tout comme on a condamné J.M Le Pen  pour avoir dit que 'les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire', on doit aussi condamner Mr Imbert qui maudit tout une population à cause de sa religion! Jean Marie Le Pen avait exprimé sa haine du juif. Imbert exprime celle du musulman. L'analogie me glace et  légitime ma peur. Ce personnage politique (Le Pen) a suscité un choc terrible dans la communauté juive et non juive. Tout le monde avait largement condamné ses propos horribles et ce, quelque soit la religion ou l'origine de chacun. On devrait tous se mobiliser de la même façon pour que notre Membre du Haut Conseil à l'Intégration soit condamné. En effet l'antisémitisme, l'islamophobie ou le racisme ne doivent pas rester des combats communautaires parce qu'en réalité, tout le monde est concerné.    

 

L'abnégation de Mr Szafran à  Claude Imbert me fait froid dans le dos tant elle va à l'encontre de l'éthique et de la bonne foi. Si Mr Szafran  utilisait toute cette énergie à la quête de la morale, de l'objectivité et de la justice, il aurait déjà reconnu et condamné l'erreur de Claude Imbert.  Mais comment espérer une telle démarche lorsqu'on lit le Marianne du 05/05/03 qui écrit: 'le débat surréaliste actuel sur le foulard, véritable étendard de l'islamisme politique, la mise en cause de la laïcité française ne doivent pas faire perdre de vue qu'il s'agit pour la France et les français de refuser et de résister à l'implantation sur notre territoire d'une idéologie dangereuse, perverse et surtout mortelle pour la République' (le seul danger c'est d'écrire des propos aussi haineux). Et Mr Imbert, au lieu de se confondre dans des justifications légères qui n'ont ni queue ni tête ('contre-pied'; 'un tantinet réac') aurait déjà du  adresser un message d'excuses à la population maghrébine et musulmane.  

 

Mr Szafran ne fait pas une seule fois allusion dans son article à la vive émotion suscitée dans la population  musulmane suite aux propos islamophobes et xénophobes de Mr Imbert. Il fait comme si cette abjecte déclaration n'avait touché personne et que c'était faire bien trop de bruit pour rien! Ces deux journalistes en s'appuyant sur la liberté d'expression cherchent à légitimer un véritable message de haine et surtout à le normaliser. C'est ainsi qu'ils dissimulent sciemment la peine occasionnée à des millions de musulmans français ou pas.  Y aurait-il deux poids deux mesures chez ces journalistes et chez bien d'autres? Je crois que c'est on ne peut plus clair.

Dans son texte, Mr Szafran évoque l'essayiste Pascal Bruckner qui se plaint d'un' islam intouchable' tandis qu'on peut se moquer 'du curé' du pape' de 'mère  Teresa', du 'dalaï-lama', 'mais jamais de l'islam sous peine d'être accusé de racisme'. A ce Mr Bruckner, je réponds: bien sûr qu'on peut critiquer les religions et même l'Islam. Mais il y a tout de même une différence ( à ne pas perdre de vue) entre la critique d'une religion et une incitation à la haine de cette dernière . L'une est une opinion et donc admise et l'autre est un délit et (devrait être) condamné. Mais au fait, dans la réalité peut-on vraiment critiquer et mépriser toutes les religions comme le laisse entendre Mr Bruckner?  La réponse est claire et largement négative.

 

Amusons-nous un instant à imaginer Mr Imbert tenant les mêmes propos haineux, à l'égard cette fois-ci de la population juive. Imaginons-le prononcer sur LCI: '(…) j'ai le droit, je ne suis pas le seul à le penser que le judaïsme (je dis bien le judaïsme, je ne parle même pas des juifs orthodoxes) en tant que religion apporte une débilité d'archaïsmes divers, apporte une manière de considérer la femme, de déclasser régulièrement la femme' et 'en plus un souci de supplanter la loi des Etats par la loi de la Torah, qui en effet me rend judéophobe'.

Je vous laisse méditer sur la question et laisse libre cours à votre imagination (qui ne dépassera jamais la réalité). A ce moment-là Mr Bruckner pourra alors évoquer à juste titre le rétablissement du 'crime de blasphème' dont il ose accuser les musulmans d'en être de fervents partisans! ( toujours dans l'article de Mr Szafran).

Mr Szafran devrait sérieusement se remettre en cause quant à sa manière de traiter l'information. Pour ce faire, comme tout bon journaliste qui se respecte, il  devrait tout simplement laisser ses opinions personnelles à la maison. L'aigreur et la frustration ne doivent en aucun cas constituer les bases d'un travail journalistique sous peine d'altérer l'objectivité qui se doit de rigueur dans ce  milieu. On ne devrait plus entendre (dans la France de 2003) des propos qui  relèvent d'une forme quelconque de racisme sans qu 'à cela ne s'en suive une condamnation. Et cela devrait s'appliquer davantage aux individus de la sphère publique ou politique dangereux de par leur influence. Le fondateur du Magazine Le Pont qui est aussi Membre du Haut Conseil de l'Intégration, devrait être condamné pour avoir proféré avec une aisance déconcertante des propos haineux à l'encontre de la population musulmane,  qui dans une large mesure est d'origine maghrébine en France!  Mr Sarkozy qui sait réagir de façon très vive pour certains délits, devrait démettre Mr Imbert de sa fonction gratifiante actuelle afin qu'il puisse postuler au poste plus adéquat de Membre du Haut Conseil de l'Assimilation de l'Intolérance et de l' Ethnocide! Si notre ministre ne réagit qu'aux listes, je peux lui en faire une qui regroupe les noms d'exécrables islamophobes et racistes. Mais il est clair que Mr Sarkozy  est guidé par des préférences et des intérêts qu'il ne trouve pas chez les musulmans. Ces pratiques guidées par des intérêts personnels sont contraires à la République française et la font régresser!

Je réclame donc des excuses publiques de Mr Imbert aux pratiquants de la deuxième religion de France.

Mais est-ce possible de la part du directeur d'un magazine qui a consacré dix pages au torchon d'Oriana  Fallaci,  écrivain italienne qui écrit: 'au lieu de contribuer au progrès de l'humanité, (les fils d'Allah) passent leur temps avec le derrière en l'air à prier cinq fois par jour (…).Ils se multiplient comme des rats (…) Il y a quelque chose, dans les hommes arabes, qui dégoûte les femmes de bon goût.'

Ce n'est pas tout d'avoir du courage et de l'honnêteté, mais faudrait-il encore les utiliser à bon escient.A la quête de la vérité et de l'éthique par exemple ou encore à la lutte contre le racisme le mépris et la haine. Mr Imbert et Mr Szafran utilisent le journalisme pour exprimer des opinions et des frustrations personnelles. Imbert crache, Szafran nettoie, mais personne ne condamne. Mr Imbert  préfère étaler devant des millions de témoins une ignorance illimitée au sujet de l'islam. Mais je ne rentrerais pas dans des considérations religieuses avec des égocentriques  aux idées définitivement arrêtées. Il est clair que personne n'a la science infuse, mais lorsqu'on est directeur d'un hebdomadaire à large diffusion, on se doit de connaître un tantinet soi peu ce dont on parle. Sinon on se tait. Même ça il ne sait pas faire! 

 

Avant de terminer cet article je voudrais juste revenir sur le courage que j'attribuais (un peu  plus haut et bien sûr) à tort à Mr Imbert. En effet, quand on est courageux, on ne profite pas d'être influent pour proférer des messages de haine. C'est trop facile pour appeler ça du courage. Quand on est courageux, on ne se cache pas derrière un 'je ne suis pas le seul dans ce pays à penser que l'islam' pour déverser sa haine. Se dédouaner ainsi, en se dissimulant derrière des personnes victimes de sa campagne de désinformation, n'est pas courageux mais lâche!  Ce faisant, Mr Imbert nous fait découvrir une autre de ses multiples fonctions: porte parole des nouveaux racistes et islamophobes de France qui je l'espère sont encore minoritaires. Mais jusqu'à quand? C'est Mr Imbert et des magazines comme Le Point et Marianne qui font de la propagande et du prosélytisme. Ils sèment des fausses idées qui véhiculent la peur et la haine et ils récoltent des adeptes islamophobes et racistes. Le tout sous les yeux  aveugles (ou complices) de la république.

 

(1)Marianne du 1er au 7 décembre 2003





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu