Connectez-vous S'inscrire






Ramadan

Ramadan 2008: préparatifs retardés pour cause de fin de vacances

Rédigé par Rachida Douadi | Vendredi 29 Août 2008

A la veille du mois le plus important du calendrier musulman, plusieurs mosquées planchent encore sur le déroulement de leurs activités. La proximité entre la fin des congés estivaux et le début du Ramadan a eu quelques incidences sur les réunions préparatoires cette année. Les Grandes mosquées de Mantes-la-Jolie (Yvelines) et Lyon (Rhône) s'apprêtent à accueillir, respectivement, près de 2000 et jusqu'à 3000 fidèles tous les soirs.



Ramadan 2008: préparatifs retardés pour cause de fin de vacances
Le calendrier est serré cette année. Avec la fin des vacances et une rentrée qui s’ouvre sur le mois de Ramadan, c’est le branle bas de combat dans les mosquées de France. Jeudi soir, la Grande Mosquée de Lyon finalisait sa programmation et samedi, à Mantes-le-Jolie, les membres de l’Union Islamique des Yvelines se retrouveront pour établir toute l’organisation du mois à venir. « Habituellement, la réunion préparatoire se fait une semaine avant, mais cette année elle a lieu plus tard à cause des vacances » note Mohamed Aït Faghir, membre de l’association gestionnaire de la Grande Mosquée de Mantes.

J-2 et les programmes ne sont toujours pas arrêtés. A la mosquée de Paris, « on envisage des conférences, mais rien n’est déterminé » annonce M. Kébir au service de communication. Rien à signaler non plus à propos des « personnalités de haut plan » attendues comme chaque année, place du puits de l’Ermite, pour exprimer leur « attachement » et leur « respect » à la communauté musulmane, indique-t-on avec une pointe de fierté. A cinquante trois minutes de là, en TGV, la petite mosquée de Tours compte, quant à elle dans le courant du mois, sur l’intervention de Hocine Raïs, imam à la Grande mosquée de Paris: « Il est difficile pour nous d’en prévoir d’autres car nous n’avons pas la possibilité de défrayer les intervenants. » confie Salah Merabti, président de la Communauté islamique d’Indre et Loire (CIIL). Et, cette année plus particulièrement car l’association espère poser la première pierre du nouveau complexe cultuel vers le 15 septembre. Dans les locaux actuels, la marge de manœuvre est assez étroite. Compte tenu de la vétusté et de la promiscuité des lieux, le président de l’association regrette de ne pas pouvoir organiser plus d’évènements: « on voudrait faire plein de choses, mais on n’a pas les moyens. Pour le moment, on travaille artisanalement ». Il attend les propositions de la section Jeunes qui planche sur un calendrier d’animations. Dans les Yvelines, à Mantes-la-Jolie, il faut attendre la réunion de demain pour en savoir plus sur la programmation. Mais, comme tous les ans, des exposés à thématiques libres seront présentés 20 minutes avant les prières de l’asr' et de l’icha.

« Parler de ce qui nous rassemble »

De son coté, l’équipe de la Grande mosquée de Lyon entend, cette année, « faire travailler en synergie, toutes les mosquées de la région » d’après son recteur, Kamel Kabtane. Pour la première fois, une vingtaine d’imams quadrilleront les départements du Rhône, de la Loire, de la Drôme et de l’Isère pour une tournée de conférences centrées sur la connaissance de l’Islam et du jeûne. Des rencontres inter religieuses sont proposées depuis quatre ans dans le cadre de ce mois important du calendrier musulman. Tous les dimanches après-midi, entre les prières de dohr et asr, les différentes communautés de croyants sont invitées à « parler de ce qui nous rassemble » livre Kamel Kabtane. Selon lui, ces débats sur des questions communes comme « Qu’est-ce que le jeûne ? », attirent « beaucoup de monde ». Et, parmi les œuvres proposées depuis plusieurs années, des visites auprès des jeunes handicapés seront assurées tous les jours, dans trois instituts medico éducatifs.

Mais, que ce soit à Paris, Tours, Mantes-la-Jolie ou Lyon, chaque soir un repas, Iftar, sera servi à l’heure de la rupture du jeûne. Les équipes sont constituées -de 10 à 20 bénévoles- et l’organisation semble partout « rôdée ». En moyenne, près de 1500 plats vont être offerts tous les soirs dans ces quatre villes aux plus démunis. Mais aussi aux étudiants, aux personnes seules et à tous ceux qui viennent chercher là l’esprit du ramadan. Une affluence qui augmente chaque année un peu plus. A Mantes, le public est « plutôt masculin » précise-t-on, à Lyon « des familles aussi » bénéficient de ces repas. Partout, les dons des fidèles permettent de couvrir en totalité, comme à Tours, ou en partie le budget de l’Iftar à en croire les différents responsables. Kamel Kabtane remarque même qu’« il n’y a aucun mois où les gens sont aussi généreux et où l’intérêt de la communauté prend ainsi le dessus sur les intérêts personnels ». « La mosquée, c’est une question de solidarité, pendant toute l’année, pas seulement pendant le ramadan » rappelle justement Salah Merabti.




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu