Connectez-vous S'inscrire






Religions

RAMF 2010 : l'UOIF rassemble ses fidèles

Rédigé par Leïla Belghiti | Vendredi 2 Avril 2010

Le week-end de Pâques sonne pour quelque cent cinquante milliers de musulmans de France comme un mini-pèlerinage. Et c'est de tous les coins de l'Hexagone qu'ils afflueront au salon d'exposition du Bourget (Île-de-France), où la Rencontre annuelle des musulmans de France (RAMF) soufflera sa 27e bougie, dans un contexte de crise délicat.



« L’enrichissement de l’identité de notre société ne passe pas par l’effacement de la visibilité des citoyens musulmans », affirme l'UOIF, organisateur de la 27e Rencontre annuelle des musulmans de France.
« L’enrichissement de l’identité de notre société ne passe pas par l’effacement de la visibilité des citoyens musulmans », affirme l'UOIF, organisateur de la 27e Rencontre annuelle des musulmans de France.
Organisé par l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), le congrès s'étalera du 2 au 5 avril sur la thématique de l'identité musulmane : « Être musulman aujourd'hui : foi, témoignage, responsabilité ». Une thématique jugée par trop « généraliste » par certains, « classique » par d'autres. Serait-ce une réplique aux polémiques qui ont surgi ces derniers mois autour de l'islam ? Sans doute : « L’instrumentalisation politique et médiatique, les lois de circonstances et les raccourcis dangereux sont les maîtres mots d’un climat malsain, nourri par une stigmatisation croissante de la composante musulmane dans notre pays », justifie l'UOIF.

Linda, « bourgetiste » depuis plus de dix ans et observatrice du fait musulman en France, reste sceptique. Avec le choix de cette thématique, estime-t-elle, « l'UOIF se place dans une position victimaire, d'autodéfense ». La jeune femme appelle à « dépasser le débat », à « passer à la vitesse supérieure, dans un apport réellement constructif».

Où sont les femmes ?

Ce qui n'empêchera pas des milliers de musulmans de se déplacer, appâtés par les conférenciers, grosses pointures sinon du paysage musulman français, mieux encore des vedettes internationales, à l'instar des frères Ramadan, des icônes de la télé arabe tels que Omar Abdelkafi ou Abdellah Ben Biya, un septuagénaire à la barbe blanche et à l'humour détonnant.

La nomination − symbolique ? − d'une femme à la tête de l'organisation de la rencontre, Latifa Ait-Taleb, cache mal la quasi-absence d'intervenantes de la gent féminine...

Quoi de neuf ?

Meriem, de Lille, avoue sans complaisance y aller surtout pour faire sa réserve de foulards et acheter quelques bricoles, « les conférences, je peux les suivre en direct sur leur site Internet ! », explique-t-elle. Le public est désormais sélectif : il consulte le programme en ligne, choisit ses conférences, y assiste puis repart.

Mais la grande nouveauté cette année c'est l'« Espace ados », encadré par des psychologues. « Les conférences, pour la plupart, ne les intéressent pas », nous confie une des encadrantes, psychologue ayant exercé plus de vingt ans dans l'Éducation nationale, « alors, au lieu qu'ils paradent toute la journée sans rien faire, nous avons choisi de les prendre en charge, dans un espace ludique et de dialogue ».

Difficile de se faire aimer

Événement phare de l'UOIF, « le Bourget » constitue pour l'organisation l'occasion, chaque année, de réaffirmer son existence non seulement auprès du public musulman, mais aussi – et surtout − des institutions publiques. Une tâche un tantinet difficile. Sa force de pouvoir rassembler autant de musulmans dissimule mal une présence peu efficace – où en tout cas peu visible – dans le paysage politique et médiatique français. Pour cette 27e rencontre, aucune personnalité politique n'est annoncée. Comme l'an dernier, ils passeront peut-être en catimini – et loin des caméras – boire un thé à la vitesse éclair au salon VIP...







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu