Connectez-vous S'inscrire






Religions

Profanation du Coran à Guantanamo

Rédigé par Bensilmane Hafida | Lundi 16 Mai 2005

Le magazine 'Newsweek' a révélé que des enquêteurs de la prison de Guantanamo, auraient placé des Corans dans les toilettes pour décontenancer leurs captifs musulmans. Et, selon le magazine, il a été jeté au moins 'un Livre saint dans les toilettes'. La nouvelle a mis le monde musulman en émoi. Une manifestation à Kaboul s’en est suivi. Bilan : 4 morts et 71 blessés.



Le magazine 'Newsweek' a révélé que des enquêteurs de la prison de Guantanamo, auraient placé des Corans dans les toilettes pour décontenancer leurs captifs musulmans. Et, selon le magazine, il a été jeté au moins 'un Livre saint dans les toilettes'. La nouvelle a mis le monde musulman en émoi. Une manifestation à Kaboul s’en est suivi. Bilan : 4 morts et 71 blessés.

Manifestation anti-américaine

Quatre personnes ont été tuées et 71 autres blessées, mercredi, dans une manifestation anti-américaine à Jalalabad. La police a ouvert le feu sur la foule.

 

Plusieurs centaines d’étudiants ont défilé dans les rues de la ville située près de la frontière pakistanaise au cri de 'Mort à l'Amérique'.  Les manifestants protestaient contre des actes de profanation présumés du Coran rapportés par des enquêteurs américains dans la prison de Guantanamo.

 

Des vitres de voitures et des vitrines de magasins ont été cassées, des pierres lancées sur un convoi de soldats américains. Ces derniers ont tiré en l'air avant de quitter rapidement les lieux, a expliqué Sardar Shah le chef des services de renseignements de la province.

 

Des manifestants ont aussi attaqué le consulat pakistanais, les locaux de deux agences de l'ONU et de plusieurs organisations humanitaires. Aucun étranger n'aurait toutefois été blessé. Selon le ministère de l'Intérieur, quatre personnes ont été tuées e t 71 blessées, parmi lesquels sept policiers. Il s'agissait de la plus importante manifestation anti-américaine depuis la chute du régime taliban en 2001.

 

Les manifestations ont débuté mardi, quand des manifestants ont brûlé une effigie du président américain, George W. Bush, suite à des informations du magazine 'Newsweek' selon lesquelles des enquêteurs de la prison de Guantanamo, à Cuba, auraient placé des Corans dans les toilettes pour décontenancer les captifs musulmans qui y sont détenus, et, au moins une fois, jeté 'un Livre saint dans les toilettes'.

Apaiser le monde arabe

 

Le jeudi, au lendemain des manifestations, Condoleezza Rice a cherché à apaiser le monde musulman. Car même dans les pays amis de l’Amérique comme l’Afghanistan, le Pakistan et l’Arabie saoudite, la tension était vive. Madame Rice a estimé que ces actes sont par nature 'odieux'.

 

La secrétaire d'Etat américaine a tenu à donner une forme solennelle à ses propos en faisant une déclaration dès l'ouverture d'une audition devant la commission du budget du Sénat. Elle a voulu s’adresser 'directement aux musulmans en Amérique et partout dans le monde […] Nous honorons les livres sacrés de toutes les grandes religions du monde. Un manque de respect pour le Coran est pour nous tous quelque chose d'odieux' a-t-elle expliqué avant d’ajouter que 'si les faits sont prouvés, nous prendrons des mesures adéquates. »

 

La chef de la diplomatie américaine a assuré 'partager et comprendre' l'émotion dans le monde musulman, tout en critiquant ceux qui utilisent cette affaire pour attiser des sentiments anti-américains. Mme Rice a ainsi appelé 'nos amis à travers le monde à rejeter toute incitation à la violence de la part de ceux qui déforment nos intentions'.

 

Les Saoudiens demandent une enquête « rapide »

 

L'Arabie Saoudite, autre allié-clé des Etats-Unis dans le monde musulman, a de son côté demandé une enquête 'rapide' et des 'mesures de dissuasion' si les faits sont confirmés.
Un premier examen des compte-rendus d'interrogatoires n'apporte toutefois aucune preuve permettant de corroborer les déclarations du « Nesweek », a indiqué le général Richard Myers, chef d'état major interarmées américain.

 

Ces compte-rendus 'ne peuvent même pas confirmer qu'il y ait eu un quelconque incident dans les toilettes sauf un cas, encore à confirmer, rapporté par un gardien qui aurait vu un détenu déchirer des pages du Coran pour les mettre dans la cuvette des toilettes comme signe de protestation', a indiqué le général Myers.

 

Les conditions de captivité sur la base, l'absence d'application de la convention de Genève sur les prisonniers de guerre ainsi que l'absence de procès réguliers ont provoqué de multiples protestations dans la communauté internationale tout comme parmi les organisations de défense des droits de l'Homme. L'affaire des profanations complique également les efforts des Etats-Unis pour redresser leur image dans le monde musulman, gravement dégradée par la guerre en Irak et les sévices pratiqués par des soldats américains sur des prisonniers irakiens dans la prison d'Abou Ghraïb, près de Bagdad.

 

Washington a engagé un important effort diplomatique et de communication pour se présenter comme un héraut de la démocratisation et des droits de l'Homme dans cette partie du monde. Avec de gros moyens matériels et humains, elle tente de rompre avec une image de soutien à des régimes autoritaires ou corrompus pourvu qu'ils soient pro-américains.

 

 





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu