Connectez-vous S'inscrire






Finance éthique

Paris-Dauphine lance son master en finance islamique

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Vendredi 20 Novembre 2009

L'université Paris-Dauphine a inauguré, mercredi 18 novembre, sa formation spécialisée en finance islamique. Le lancement de ce master vient confirmer la volonté de Paris d'ancrer solidement et durablement la finance islamique en Europe par l'émergence d'un capital humain expérimenté.



Paris-Dauphine lance son master en finance islamique
Prestige oblige, Paris-Dauphine a frappé fort mercredi 18 novembre. À l’heure où la finance islamique suscite un réel engouement au sein des institutions financières, l’une des universités les plus cotées de France a inauguré son nouveau master spécialisé en la matière en invitant, à la tribune du Palais Brogniart, des professeurs de renom et des professionnels de la finance à un cycle de conférences-débats instructif.

Parmi eux, Olivier Pastré, professeur d'économie, Arnaud de Bresson, directeur de Paris Europlace, mais aussi Hervé de Charrette, ancien ministre des Affaires étrangères, ou encore Christian Sautter, maire-adjoint de Paris chargé du Développement économique et de l'Attractivité internationale, tous venus louer la bonne résilience de la finance islamique face à la crise et l’importance pour la France de se positionner dans ce secteur face à la Grande-Bretagne à travers la multiplication de formations.

Kaouther Jouaber Snoussi : « La formation en finance islamique se veut une continuité de l'enseignement délivré par l'université dans le domaine de l'économie et des finances. »
Kaouther Jouaber Snoussi : « La formation en finance islamique se veut une continuité de l'enseignement délivré par l'université dans le domaine de l'économie et des finances. »
Le diplôme, équivalent au master 2 et qui répond du nom de « Principes et pratiques de la finance islamique », a pour vocation de former des compétences utiles au développement du système financier islamique en France. Jusque-là, l’offre pédagogique restait très limitée.

Seuls l’Institut français des études et sciences islamiques (IFESI) et l’École de management de Strasbourg délivraient, depuis 2008, un diplôme en finance islamique.

Sans compter l'Institut international de la pensée islamique (IIIT), établissement privé, qui lance, lui aussi, le 23 novembre prochain son DEFI (diplôme d’économie et de finance islamique).

Trop peu au vu du potentiel que recèle ce secteur. « Ce besoin a été réitéré à maintes reprises par des professionnels du secteur. Le rapport Jouini-Pastré (sur les enjeux et les opportunités de la finance islamique en France, ndlr) a souligné le manque de formation. C’est pourquoi l’université a décidé de répondre à ce besoin en transposant un diplôme de ce type », a déclaré Kaouther Jouaber Snoussi, co-responsable du DU Principes et pratiques de la finance islamique à Paris-Dauphine.

Dès l’ouverture des inscriptions en juin dernier, plus de 200 candidatures ont été recensées malgré le coût du master : 4 000 € en formation initiale et 8 000 € en formation continue. Après une procédure de sélection stricte, seuls « 35 ont été admis, dont 20 en formation initiale et 15 en formation continue », ajoute Mme Jouaber Snoussi.

Une première promotion enthousiaste

La formation, qui durera un an, a débuté ce vendredi 20 novembre. Sa particularité : les cours se dérouleront les vendredis et samedis, de sorte à permettre aux professionnels d’exercer leurs activités habituelles et aux étudiants d’effectuer un stage qui se rattache au diplôme ou de terminer leur cursus.

C’est le cas de Nordine Sadki, 23 ans, qui effectue sa dernière année en école d’ingénieurs en parallèle du DU de Paris-Dauphine avec beaucoup d’enthousiasme. « Je me suis intéressé à la finance islamique comme une finance socialement responsable. Elle peut être une solution alternative à certains problèmes que connaissent les marchés. Elle est surtout le reflet d’une certaine demande », déclare-t-il auprès de Saphirnews.

Comme lui, Arfang Sonko, 26 ans, diplômé en droit de la banque et des marchés financiers, approche la finance islamique sous un angle éthique. « Je me suis longtemps intéressé à elle, mais elle était peu développée jusque-là en France. Garantir la confiance des investisseurs et des particuliers est importante. Quand il n’y a plus de confiance, il n’y a plus de marché. La finance islamique apporte cette confiance et l’éthique dont on a besoin dans le secteur financier. »

Tous espèrent beaucoup de ce diplôme, à l’instar de Constance Martin, 23 ans, diplômée d’un master de gestion d’actifs, et de Naoual Belgriri, 25 ans, qui a fait ses études au Maroc avant de venir faire un master d’analyse financière internationale à Lille. « C’est un métier d’avenir. On se projette dans ce secteur d’autant plus que la finance islamique s'est bien sortie de la crise », déclarent-elles. Constance et Naoual se verraient bien travailler à l’étranger, notamment en Asie, où les perspectives d’embauches sont, selon elles, plus fortes qu’en France à ce jour.

Dernier profil mais tout aussi pertinent, celle de Murielle Thibierge, 32 ans, diplômée d'une école de commerce de Lyon et qui travaille actuellement dans le domaine de la micro-finance en assistant la Chaire de recherche de micro-finance de Dijon. « Le bruit courait dans le monde de la micro-finance que la finance islamique était importante et qu’elle allait devenir une tendance de la micro-finance. Après une recherche sur Internet, je suis tombée sur cette formation », explique-t-elle. Sa volonté de travailler dans la micro-finance islamique au Sahel, où vit une forte population musulmane, lui est chère.

Les étudiants du master semblent bel et bien promis à un bel avenir.








Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu